Belgique : les “traceurs Covid” de N-Allo qui tracent “manuellement” les contacts des infectés constatent 20 à 30% de refus de collaborer, l’usage d’une application est envisagée.

I

Belgique. En attendant une application de traçage, N-Allo, un des “call centers” partenaires de l’opération initiée par le gouvernement, appelle les malades récemment testés positifs au coronavirus qui sont interrogés par téléphone pour retracer leurs contacts sur une période d’une dizaine de jours, depuis l’avant-veille des premiers symptômes jusqu’à sept jours après. Si le contact a dépassé quinze minutes à moins d’1,50 mètre, la personne est considérée comme “à haut risque”, et un autre “traceur” sera alors chargé de la prévenir. Si au bout de 24 heures la personne jugée “à haut risque” – censée s’isoler quatorze jours – n’a pu être jointe au téléphone, une visite à domicile est organisée, confiée à des travailleurs sociaux, personnels paramédicaux ou ambulanciers. Sur les 340 visites effectuées en région bruxelloise depuis le lancement de l’opération le 11 mai, 20 à 30% se seraient traduites par des refus de collaborer. L’application mobile verrait le jour “en complément” du traçage physique, car ce dernier “reste parcellaire et ne permet pas d’identifier les contacts dans les lieux publics ou les transports en commun”.

#0718 Source AFP