France, Paris : l’ambassade biélorusse a été attaquée en réponse aux appels à solidarité internationale lancés depuis la Biélorussie et en soutien aux interpellés et aux incarcérés du mouvement actuel

France, Paris. L’ambassade biélorusse a été attaquée à coups de bouteilles en verre remplies de peinture, brisant quelques vitres au passage, en réponse aux appels à solidarité internationale lancés depuis la Biélorussie et en soutien aux interpellés et aux incarcérés du mouvement actuel. Le communiqué en lien avec cette attaque est à lire ici.

#1468 vu sur nantes.indymedia.org

Méditerranée, Lybie : plus de 200 migrants à bord du Sea Watch 4, seul bateau de sauvetage à intervenir à l’heure actuelle en Méditerranée

Méditerranée, Lybie. Plus de 200 migrants se trouvent désormais à bord du Sea Watch 4, seul bateau de sauvetage à intervenir à l’heure actuelle en Méditerranée, qui a effectué trois sauvetages en moins de 48 heures. De nombreux migrants sauvés en mer souffrent d’hypothermie aiguë et de brûlures au carburant. Les corps de 22 migrants ont été retrouvés au large de la ville côtière de Zwara. Depuis 2014, plus de 20 000 migrants sont morts en mer en essayant de rejoindre l’Europe depuis l’Afrique. Alarmphone confirme : «après des jours passés à recueillir les témoignages des survivants, à parler aux proches des personnes disparues et à procéder à des vérifications croisées, nous pouvons maintenant confirmer qu’au moins quatre naufrages ont eu lieu dans le centre de la Méditerranée entre le 17 et le 20 août». Le premier d’entre eux qui a eu lieu le 17 août est assurément la conséquence de tirs intentionnels des garde-côtes lybiens.

#1460 vu sur infomigrants.net

Vénézuela : alors que le nombre de cas de Covid connaît une forte accélération, les soignants manifestent et sont réprimés et 12 d’entre eux ont été arrêtés

Vénézuela. Le nombre de cas de Covid enregistrés quotidiennement au Venezuela connaît la plus forte accélération de ces dernières semaines et le matériel sanitaire manque en particulier pour la protection des personnels soignants, qui est particulièrement touché, puisqu’ils constituent un tiers des décès. Les masques sont utilisés plusieurs jours de suite dans les hôpitaux qui subissent des pénuries d’eau. Alors que le gouvernement vient de demander que les soignants soient applaudis, il réprime les manifestations et au moins 12 soignants qui dénoncent ouvertement leurs conditions de travail difficiles on été emprisonné.

#1447 vu sur amnesty.fr

Australie. Le gouvernement fait avancer un projet de loi qui donne au gouvernement fédéral des pouvoirs sans précédent comme celui d’envoyer des troupes sans l’autorisation d’un gouvernement d’État “en cas d’urgence ou de catastrophe nationale”

Australie. Le gouvernement fait avancer un projet de loi pour donner aux gouvernements fédéraux des pouvoirs sans précédent pour déclarer les situations d’urgence et appeler l’armée, avec ou sans accord du gouvernement de l’État. Ce projet institutionnalise certaines des mesures répressives d’urgence prises pendant la crise sanitaire. Comme aux États-Unis, les mesures proposées annuleraient la division constitutionnelle des pouvoirs des États fédéraux, afin de permettre aux premiers ministres d’envoyer des troupes sans l’autorisation d’un gouvernement d’État ou de territoire “en cas d’urgence ou de catastrophe nationale”. Dans le cadre de la crise du Covid, environ 3 500 militaires ont déjà été mobilisés pour «l’opération COVID-19 Assist», dont environ la moitié à la demande du gouvernement travailliste de l’État de Victoria, actuellement l’État le plus touché par le virus. Les soldats patrouillent dans les rues, frappent à la porte des maisons, s’occupent des postes de contrôle aux frontières, des aéroports et des quarantaines d’hôtels, et effectuent la recherche des contacts. Dans la capitale victorienne de Melbourne, ils aident la police à faire appliquer le couvre-feu de 20 heures à 5 heures. À Victoria, le gouvernement travailliste a en outre déclaré un «état de désastre», lui permettant de suspendre toute loi du Parlement et d’émettre des instructions qui prévalent sur toute loi ou loi. Ces pouvoirs peuvent être utilisés pour réprimer les troubles et interdire les grèves.

#1448 vu sur wsws.org

Méditerranée, Lybie : des survivants d’un naufrage ayant eu lieu 17 août qui a fait 45 morts affirment s’être fait tirer dessus par “des miliciens” d’un patrouilleur lybien

Méditerranée, Lybie. Des survivants du naufrage du 17 août affirment s’être faits tirer dessus par “des miliciens” d’un patrouilleur lybien. Le dériveur avec 81 personnes à bord (et non 65 comme on le pensait initialement) est parti entre le 14 et le 15 août de la Libye mais aurait presque immédiatement commencé à avoir des problèmes. 45 personnes sont mortes dans le naufrage, dont cinq enfants, tandis que les 36 survivants ont déjà été transférés dans un centre de détention libyen, l’un de ceux gérés par le gouvernement de Tripoli. Les migrants sont originaires du Sénégal, du Mali, du Tchad et du Ghana. «Nous étions à la dérive lorsque nous avons été rejoints par un patrouilleur libyen. Les miliciens nous ont dit qu’ils nous sauveraient et nous ramèneraient en Libye si on leur donnait des téléphones portables et de l’argent, mais nous n’avions pas d’argent. Une discussion a commencé et à la fin ils ont tiré sur le dériveur, ont heurté le moteur et quelques bidons d’essence. Nous avons sauté à l’eau, mais beaucoup d’entre nous sont morts.” Les survivants ont été sauvés quelque heures plus tard par un bateau de pêche. Un autre dériveur avec 100 migrants qui seraient partis entre dimanche et lundi dernier d la côte lybienne est aussi en perdition, il aurait coulé après l’explosion d’un des boudins qui assure la flottaison. La situation est rendue d’autant plus dramatique en méditerranée par l’absence de navires d’ONG, dont quatre sont toujours sous saisie pour irrégularités présumées alors que des dizaines de bateaux partent de Libye ou de Tunisie et tentent de rejoindre l’Italie dont les hotspot sont surpeuplés comme celui du district d’Imbriacola où sont enfermées 1137 personnes pour une capacité maximale de 192.

#1441 vu sur lmanifesto.it

Espagne, les Canaries : au moins 20 personnes sont mortes en deux jours sur la route migratoire des Canaries

Espagne, Les Canaries. Au moins 20 personnes sont mortes en deux jours sur la route migratoire des Canaries. Les corps ont été récupérés dans le cayuco situé à 130 km de Grande Canarie ainsi que onze survivants qui ont été transférés au port d’Arguineguín. Jusqu’à présent ce mois-ci, 127 immigrants ont perdu la vie ou ont disparu lorsqu’ils voulaient rejoindre la côte des îles Canaries en bateau, et 359 y sont parvenus. En août, sept personnes sont mortes lors du naufrage d’un bateau à Tarfaya (Maroc); dix autres lorsqu’un autre bateau a fait naufrage à Dakhla (Sahara) et le 6 août, 27 personnes sont mortes de faim et de soif dans un bateau à la dérive situé à Nouadhibou (Mauritanie). Ce jour-là également, un bateau pneumatique avec 63 personnes à bord qui cherchaient depuis trois semaines a été porté disparu. Selon les données du ministère de l’Intérieur, au 15 août de cette année, 3448 immigrants sont arrivés aux îles Canaries à bord de 144 bateaux, contre 556 personnes arrivées de cette manière en 2019.

#1440 vu sur www.eldiario.es

Royaume Uni : le gouvernement considère l’afflux de migrants par la Manche comme une menace nationale et depuis une semaine, un avion militaire patrouille pour effrayer les migrants

Royaume Uni. Le gouvernement considère l’afflux de migrants par la Manche comme une menace nationale et décrit la traversée de la Manche comme “stupide, dangereuse et criminelle”. Le ministre de l’intérieur a déclaré que tout serait fait pour “protéger” le pays de cette menace… Ces déclarations interviennent alors qu’à partir de 2021, les accords de Dublin sur le rapatriement vers d’autres pays de l’UE seront caducs et l’accès aux bases de données européennes sans aucune restriction ne sera plus possible. Depuis une semaine, un avion militaire traverse la Manche pour effrayer les migrants.

#1439 vu sur mars-infos.org

France : alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, les masques envoyés aux bénéficiaires de la CMU sont de très mauvaise qualité et monocouches donc inefficaces…

France. Alors que le port du masque devient obligatoire dans de plus en plus de villes, l’opération d’envoi de masques par la Poste pour les bénéficiaires de la CMU prend fin le 20 août. Le ministre de la santé avait annoncé en juillet que les personnes les plus précaires bénéficieraient de masques gratuits. Des distributions ont lieu pour les personnes sans domicile fixe. Cependant ces masques ne correspondent pas aux normes sanitaires et sont de tellement mauvaise qualité (une seule couche de tissu légère) qu’ils ne protègent pas du virus…

#1446 vu sur www.msn.com

France, Toulouse : les locaux de la Croix Rouge qui participe à l’enfermement et à l’expulsion des sans papiers en veillant à ce que “tout se passe bien” ont été tagués

France, Toulouse. Les locaux de la Croix Rouge qui participe à l’enfermement et à l’expulsion des sans papiers ont été tagués : “Croix-Rouge : Alliée répressive et raciste des Etats, des frontières, de l’enfermement… Etouffe toi dans ta bonne conscience !”. Un communiqué à lire ici dénonce le rôle de cette organisation humanitaire qui veille “à ce que tout se passe bien” dans le fonctionnement de la machine à expulser au niveau européen.

#1437 vu sur iaata.info

Maroc/Epagne, Mellila : parmi les 300 migrants qui ont forcé la frontière, 50 ont réussi à passer et un migrant est mort en tombant de la clôture barbelée de 4 mètres de haut

Maroc/Epagne, Mellila. Un migrant tentant de passer en Espagne par la frontière marocaine est décédé alors que l’Espagne fait face à un nouvel afflux de migrants par l’enclave de Melilla. Il serait mort alors qu’il tentait avec environ 300 migrants en situation irrégulière, de passer du côté espagnol de la frontière en tombant de la clôture de barbelés de 4 mètres de haut qui fait office de frontière. Selon le rapport des autorités, 50 migrants ont réussi à passer du côté espagnol, et huit migrants et trois agents de la gendarmerie qui sont intervenus dans l’incident, ont été légèrement blessés.

#1445 vu sur www.aa.com.tr

Etats Unis, Portland : la police a déclaré avoir tiré des lacrymo et autres projectiles de contrôle des foules pour disperser un rassemblement d’environ 200 personnes s’étant attaqué au bâtiment de l’ICE, l’agence d’immigration américaine

Etats Unis, Portland. Plusieurs nuits émeutières ont eu lieu à Portland, la police a déclaré avoir tiré des munitions de contrôle des foules et des gaz lacrymogènes mercredi soir pour disperser un rassemblement d’environ 200 personnes qui ont lancé des pierres, allumé des incendies. La manifestation s’est particulièrement attaqué au bâtiment de l’agence d’immigration américaine (ICE).

#1443 vu sur www.reuters.com

France : plusieurs hôpitaux se sont mis en grève illimitée pour dénoncer un manque de moyens et réclamer plus d’effectifs, renforts qui font défauts face au nouveaux cas de Covid-19

France. Plusieurs hôpitaux se sont mis en grève illimitée. Les personnels des urgences à Saint-Brieuc, dans les Côtes-d’Armor, comme à Laval, en Mayenne, ont déposé des préavis de grève illimitée pour dénoncer un manque de moyens et réclamer plus d’effectifs. Les renforts alloués pendant la crise santaire ne sont plus là alors que de nouveaux cas de Covid nécessitent une hospitalisation.

#1442 vu sur www.francetvinfo.fr

Liberia : des travailleurs d’ArcelorMittal Liberia, licenciés en 2015 à cause d’Ebola, et qui n’ont rien obtenu depuis se sont emparés du chemin de fer de Sanniquellie

Liberia. Des dizaines de travailleurs licenciés d’ArcelorMittal Liberia se sont emparés du chemin de fer de Sanniquellie et ont bloqué les trains pour protester contre leur statut, depuis leur licenciement en 2015 en raison de l’épidémie de virus Ebola. En vertu de la “loi sur le travail décent” du paysan, les travailleurs licenciés dans de telles conditions doivent être réembauchés lorsque la condition pour laquelle ils ont été licenciés s’améliore, et une enquête menée par un comité interministériel comprenant les ministères du Travail et de la Justice a donné un résultat favorable. pour que les travailleurs licenciés soient réintégrés. Selon le porte-parole des travailleurs licenciés, ils ont attendu avec patience pendant longtemps sans obtenir de réparation de la direction de AML et ont fini six ans plus tard par passer à l’action. Ils se déclarent prêt à répondre par la violence à toute intervention contre eux du gouvernement.

#1438 vu sur www.liberianobserver.com

Philippines : le président Duterte continue sa guerre contre toutes les formes de dissidence, avec des arrestations et emprisonnements, mais aussi l’exécution sommaire d’opposants

Philippines. Le président Duterte continue sa guerre contre toutes les formes de dissidence et d’opposition, avec des arrestations et emprisonnements, mais aussi des formes plus violentes encore d’intimidation. Un leader du mouvement paysan, ainsi qu’une militante de la défense des droits de l’homme, ancienne directrice de l’éducation de l’alliance des droits de l’homme Karapatan, ont été été abattus, cette dernière par deux hommes qui se sont enfui à moto malgré les contrôles et checkpoints nombreux mis en place depuis le confinement. Elle est le 13e membre de cette organisation tué depuis la mi-2016. Ces exécutions sommaires surviennent quelques semaines après que Duterte a promulgué une loi anti-terroriste controversée, qui permet des arrestations sans mandat et des détentions plus longues sans inculpation.

#1436 vu sur newsinfo.inquirer.net

Brésil, Recife : des militants anti-avortement membres de groupes religieux évangéliques et soutiens de Bolsonaro ont tenté d’empêcher l’interruption de grossesse d’une fillette de 10 ans violée par son oncle

Brésil, Recife. Des militants anti-avortement membres de groupes religieux évangéliques soutiens de Bolsonaro ont tenté d’empêcher l’interruption de grossesse d’une fillette de 10 ans violée par son oncle. La ministre de la Famille (mais aussi “de la Femme et des Droits humains”), une pasteure intégriste, avait elle-même indiqué où se tiendrait l’intervention et avait déploré sur les réseaux sociaux la décision de justice autorisant l’interruption de grossesse de l’enfant. La petite fille, originaire d’une famille pauvre de la ville de São Mateus, dans l’État d’Espirito Santo (au nord de Rio de Janeiro), subissait des abus sexuels depuis l’âge de 6 ans, ce qui a motivé la justice, explique le journal, à autoriser l’avortement, interdit dans le pays. Mais pendant que l’affaire était examinée en justice, elle recevait déjà la visite de pasteurs évangéliques qui l’exhortaient à ne pas avorter, essayant également de faire pression sur la grand-mère en charge de l’enfant. L’enfant a dû être déplacée dans une autre région du pays, là où la ministre de la famille a révélé sa présence, car les hôpitaux locaux ont tous refusé de prendre en charge l’avortement. Au Brésil, sur les 66 000 viols enregistrés en 2018 dans le pays, 53,8 % ont concerné des mineures de moins de 13 ans, et la plupart dans le cadre familial.

#1435 vu sur www.courrierinternational.com

Côte d’Ivoire, Abidjan : les manifestations se multiplient contre la candidature du président pour un troisième mandat, l’opposition accuse le gouvernement de monter des milices appelées “les microbes” pour créer la panique

Côte d’Ivoire, Abidjan. Les manifestations se multiplient contre la candidature du président Alassane Ouattara pour un troisième mandat. De nombreux affrontements ont lieu, mais aussi des attaques de militants, et l’opposition accuse le pouvoir d’être à l’origine de ces troubles et de monter des milices pour créer la panique. La polémique enfle depuis plusieurs jours : « Les microbes attaquent les manifestants » peut-on lire à la Une de plusieurs quotidiens. Les « microbes » sont des jeunes hommes, souvent repris de justice, considérés comme dangereux, que l’opposition accuse d’être payés par le gouvernement pour faire ses basses oeuvres. L’opposition parle de “stratégie de la terreur” suite à ces attaques.

#1424 vu sur www.rfi.fr

Royaume Uni : après plusieurs manifestations étudiantes contre l’algorithme qui avait baissé de 40% des note du bac et du brevet, le gouvernement a dû reculer et laisser telles quelles les notes de contrôle continu

Royaume Uni. À la place de passer les examens du bac et du brevet, les étudiants anglais ont été notés en contrôle continu, avec une note “normalisée” par un algorithme. Or, la presse estime que l’algorithme a baissé les notes de près de 40% d’élèves. Une manifestation importante des étudiants a eu lieu contre cet algorithme qui décide de leur avenir scolaire en criant « Fuck the algorithm » devant le ministère de l’Éducation et « Fuck Eton », du nom de cette institution réservée à l’éducation de l’élite anglaise. En effet, les notes des lycées privées ont été algorithmiquement préservées alors que les élèves des zones défavorisées ont été bien plus touchés que ceux des établissements les plus prestigieux et les plus onéreux. Le même procédé de réévaluation (ou dévaluation) des notes pour corriger le contrôle continu par les statistiques obtenus par les établissements les années précédentes a été utilisé en France. Face à la mobilisation, le gouvernement a fini par céder et a restitué les notes de contrôle continu, bien plus favorables aux élèves

#1423 vu sur www.numerama.com

France, Marseille : 130 CRS supplémentaires ont été déployés pour surveiller le port du masque dans les sept arrondissements où il est obligatoire en extérieur, 80 amendes sont déjà tombées en une journée

France, Marseille. 130 CRS supplémentaires ont été déployés dans la ville pour surveiller le port du masque par les habitants dans les sept arrondissements où il est obligatoire en extérieur. Gabriel Attal, porte parole du gouvernement, a du mal à donner de la cohérence à la politique répressive à l’oeuvre et, sans craindre les contradictions, il affirme que les pouvoirs publics “continuent de faire de la pédagogie. Et on développe les moyens de contrôle. D’où cette annonce d’une compagnie de CRS supplémentaire à Marseille pour contrôler et sanctionner si nécessaire. Mais je vais être clair : il n’y aura jamais un gendarme ou un policier derrière chaque Français pour vérifier qu’il porte son masque. C’est avant tout une question de civisme et ce qu’il faut craindre, ce n’est pas l’amende, mais le virus qui guette et qui peut vous contaminer si vous ne portez pas votre masque.” 80 amendes sont déjà tombées en une journée dans le centre-ville.

#1422 vu sur www.francebleu.fr

Paris, Saint Denis : près de 400 migrants se sont installés sous le pont de l’autoroute A1, quinze jours après l’expulsion du campement d’Aubervilliers, le harcèlement policier est permanent

Paris, Saint Denis. Entre 300 et 400 migrants se sont installés sous le pont de l’autoroute A1 dans des conditions toujours aussi insalubres, quinze jours après l’expulsion du campement d’Aubervilliers. Il s’agit majoritairement d’hommes célibataires, originaires pour la plupart d’Afghanistan. Le harcèlement policier est permanent : «tous les jours, les policiers leur disent qu’ils viendront le lendemain à 6 heures du matin pour les déloger», explique un membre d’une des associations humanitaires qui dénoncent une situation absurde où expulsions et réinstallations se succèdent sans solution durable.

#1420 vu sur enoughisenough14.org

France, Beauvais : le syndicat FO pénitentiaire réclame un filet de sécurité pour la prison de Beauvais pour empêcher que des denrées et divers objets soient balancés par dessus les murs

France, Beauvais. Le syndicat FO (Forces Ouvrières) pénitentiaire réclame un filet de sécurité pour la prison de Beauvais, prison où jusque là une forme de solidarité trouvais le moyen de s’exprimer : de nombreux objets et colis étaient balancés depuis l’extérieur à l’intérieur de la prison. Les sources policières parlent de “fumigènes, des pinces coupantes, des lames de scies à métaux, de l’alcool, des tournevis, des substances illicites” et parle d’une administration pénitentiaire à bout, qui supplie par le biais des syndicats de réagir à cette situation “intolérable”. Surtout pendant cette pandémie de coronavirus, ces formes de solidarités diffuses ont un impact fort sur le quotidien insalubre et intolérable des détenus.

premium.courrier-picard.fr

Biélorussie : les ouvriers tournent massivement le dos au pouvoir en place et se mettent en grève en soutien aux manifestants

Biélorussie. Un grand nombre d’ouvriers tournent le dos au pouvoir en place et se mettent en grève en soutien aux manifestants, avec plus de 30% de grévistes dans certaines usines, comme à Soligorsk où les mineurs des mines de potasse ont cessé le travail. Le gouvernement tente une propagande peu efficace pour leur faire reprendre le travail, ainsi que des menaces de rétorsion. Mais les grèves se poursuivent et Alexandre Loukachenko se fait conspuer par les ouvriers en grève même quand il se déplace dans une foule soigneusement sélectionner pour essayer de montrer qu’il a toujours les faveurs des ouvriers. C’est ce qui s’est passé quand il s’est rendu dans l’usine de tracteurs de Minsk. Pour certaines usines, une solidarité se met en place par l’élaboration de chaînes de soutiens des grévistes avec de l’apport de nourriture en masses, d’argents, d’objets utilitaires, etc.

#1430 vu sur www.lemonde.fr

Italie, Messine : une quatrième évasion a eu lieu du hotspot de Bisconte, sur les 40 migrants qui ont tenté de s’échapper 20 y sont parvenu

Italie, Messine (Sicile). Une quatrième évasion a eu lieu du hotspot (lieu d’enfermement transitoire des migrants) de Bisconte, et sur les 40 migrants qui ont tenté de s’échapper, 20 ont réussi à le faire. Le maire de la ville, qui se plaint de la “dangerosité” des migrants, affirme qu’il fera fermer le centre le 26 aout, à la fin de la quarantaine des 20 personnes dont l’évasion a échoué et qui sont encore enfermées dans le centre. Il affirme que des évasions ont aussi eu lieu à Raguse, à Pozzallo ainsi qu’à Porto Empedocle et à Palerme. Plus de 4 000 migrants d’origine tunisienne ont débarqué dans la péninsule italienne durant le mois de juillet. Après avoir été mis en quarantaine sur des ferrys, ils se retrouvent enfermés dans les centres (ou “hotspot”) qui sont déjà surpeuplés et où les conditions de vie sont déplorables. Selon les données publiées par le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), entre début juin et fin juillet, 5 655 Tunisiens ont pris la mer pour rejoindre illégalement les côtes italienne, à seulement 140 kilomètres de distance.

#1429 vu sur www.blogsicilia.it

Espagne, Madrid : des centaines de manifestants ont défilé contre le port obligatoire du masque et les autres mesures anti-Covid19, aux cris de «le virus n’existe pas»

Espagne, Madrid. Des centaines de manifestants ont défilé contre le port obligatoire du masque et les autres mesures anti-Covid19, aux cris de «Le virus n’existe pas», «Le masque tue» ou «Nous n’avons pas peur» et «Liberté !». De nombreux manifestants ne portaient pas de masques, bien que ce soit obligatoire en public en Espagne. Cette manifestation intervient deux jours après que le gouvernement a annoncé de nouvelles restrictions, dont la fermeture des discothèques et l’interdiction de fumer là où il est impossible de se tenir à moins de deux mètres les uns des autres.

#1427 vu sur www.cnews.fr

Biélorussie, Minsk : un rassemblement a eu lieu devant la prison pour demander la libération des manifestants interpellés, la veille plus de cent mille manifestants avaient défilé contre Loukachenko

Biélorussie, Minsk. Quelques heures après le discours d’Alexandre Loukachenko rejetant l’idée d’un nouveau scrutin présidentiel, cent mille manifestants se sont réunis à Minsk malgré la répression, ont défilé dans les rues puis se sont ensuite réunies autour d’un monument dédié aux victimes de la Seconde guerre mondiale. Diverses manifestations ont eu lieu aussi dans les principales villes du pays et dans de plus petites communes et un appel à une grève nationale à partir du lendemain circulait dans la soirée sur les réseaux sociaux. Le lendemain, des milliers de personnes se sont réunies devant la prison pour demander la libération des manifestants encore enfermés.

#1421 vu sur www.parismatch.com

Indonésie : dans le cadre de la répression contre les anarchistes accusés lors de conférences de presse de provoquer les émeutes trois personnes ont été arrêtées pour des tags et encourent jusqu’à dix ans de prison

Indonésie. Dans le cadre de la répression contre les anarchistes accusés de provoquer les émeutes, mise en scène à coup de conférences de presse par le pouvoir en place, trois personnes de Tangerand et Bekasi ont été arrêtées pour avoir tagué “sudah krisis, saatnya membakar” (la crise est déjà là, place au feu) and “melawan atau mati konyol” (se battre ou périr) et accusées de “provocation” pour ces tags, ce qui leur fait risquer jusqu’à dix ans de prison. Ils ont été violentés et isolés de leurs proches, et n’ont pas pu voir d’avocat dans les délais légaux. Grâce au soutien de l’extérieur, un avocat a pu les rencontrer et l’un d’entre eux est sorti.

#1431 vu sur anarchistsworldwide.noblogs.org

Biélorussie : des anarchistes sont particulièrement ciblés par la répression des manifestations, 3 ont été arrêtés le 12 aout, accusés d’avoir organisé des émeutes de masse ; appel à solidarité !

Biélorussie. Trois anarchistes arrêtés le 12 août ont été ciblés particulièrement par la répression des manifestations. L’un d’entre eux est accusé d’avoir organisé des émeutes de masse, ce qui lui fait encourir de 5 à 15 ans de prison. Peu d’informations sont disponibles sur ce qui est reproché aux deux autres. Les chaînes de télévision d’État accusent directement les anarchistes russes et biélorusses de «coordonner les émeutes». Un appel au soutien et à mener des actions de solidarité est diffusé et peut être lu ici.

#1414 vu sur anarchistsworldwide.noblogs.org

France : suite à la mise en évidence de nouveaux “clusters” et alors que des mesures sanitaires spécifiques sont prises un peu partout, pas de mesures de protection dans les prisons ou les centres de rétention alors que des cas sont détectés

France. Suite à la mise en évidence de nouveaux “clusters”, souvent dans des entreprises qui n’ont pas instauré le port du masque comme les dernières dispositions sanitaires les y autorisent, et suite à l’augmentation globale et continue de nouveaux cas, de nouvelles mesures sont prises. Plusieurs régions sont à nouveau classées en rouge, ce qui permet aux préfets de prendre des arrêtés spécifiques (fermeture des bars et restaurants par exemple). Dans de plus en plus de quartiers de villes grandes et moyennes, le masque est obligatoire y compris en extérieur et on retourne à l’interdiction des rassemblements et manifestations de plus de dix personnes “qui ne garantiront pas le respect des mesures barrières”. De nombreux Ehpad sont reconfinés suite à la découverte de cas chez les soignants ou les résidents, les visites sont alors interdites et les résidents sont maintenus dans leurs chambres. Dans les lieux d’enfermement, comme les prisons et centres de rétention, en revanche, où les mesures restrictives n’ont jamais vraiment cessé, peu de mesures de protection sont prises alors que des cas sont détectés chez les détenus ou chez les forces de l’ordre.

#1412 vu sur www.leparisien.fr

Liban, Beyrouth : les manifestations et les affrontements se poursuivent malgré la démission du gouvernement, suite à l’explosion qui a dévasté le port et les quartiers avoisinants

Liban, Beyrouth. Les manifestations et les affrontements avec les forces de l’ordre se poursuivent après l’annonce de la démission du gouvernement, alors que des quartiers entiers de la ville sont transformés en champs de ruines. Le 4 août 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium, une matière toxique et potentiellement explosive qui était stockée sans dispositif de sécurité adéquat dans le port depuis maintenant 6 ans explose sur le port de la capitale. L’explosion elle-même fait près de 200 morts et 6 500 blessés et laisse un cratère de 43 mètres de diamètre dans le port. L’onde de choc de l’explosion aurait été ressentie jusqu’à Chypre, en Grèce, à 200 kilomètres de la capitale libanaise. Les habitants craignent les vapeurs toxiques relâchées par l’explosion qui vont probablement faire encore beaucoup plus de victimes, et de manière beaucoup plus durable, que l’explosion en elle-même. Les hôpitaux, déjà surchargés à cause de la pandémie, et certains ayant été endommagés par l’explosion, n’ont pas pu gérer le flot de blessés qu’a entrainé la catastrophe. Plus de 500 blessés avaient par exemple été admis dès l’après-midi dans un hôpital, dont des dizaines nécessitant des opérations chirurgicales lourdes. Au lendemain des explosions, selon les autorités locales, 300.000 personnes environ se sont retrouvées sans domicile. Pour la population, déjà éprouvée par une crise économique inédite, l’explosion qui a dévasté une partie de la ville a été la catastrophe de trop, relançant un mouvement de contestation qui avait débuté en octobre pour dénoncer l’ensemble de la politique du gouvernement. Ce mouvement de contestation avait été freiné par la crise du Covid-19 avec l’interdiction des rassemblements et le confinement du Liban en mars et prend maintenant une dimension pratiquement insurrectionnelle. Peu de temps après l’explosion, en même temps que se mettait en place une solidarité diffuse pour sortir des décombres, les déblayer, s’organiser pour survivre, se sont mis à émerger des appels à manifester. Notamment, dans la nuit du 8 août les manifestants ont pris d’assaut le ministère des Affaires étrangères mais ont été finalement délogés par l’armée. La répression de ce mouvement de contestation fait des dizaines de blessés.

#1406 Sources diverses

France, Toul : plus d’une centaine de policiers ont procédé à la dispersion des 500 participants d’une rave party au motif que les gestes barrières n’y auraient pas été respectés

France, Toul. Plus d’une centaine de policiers ont procédé à la dispersion des 500 participants d’une rave party au motif que les gestes barrières n’y auraient pas été respectés, et l’ARS du Grand Est appelle les participants à se faire dépister, considérant “qu’il y a un grand risque que le virus ait circulé très activement entre les personnes au cours de ce rassemblement”. Le département de la Meurthe et Moselle a également pris la décision d’imposer le port du masque en extérieur pour tous les rassemblements de plus de dix personnes, ainsi que dans les marchés non-couverts, les brocantes, vide-greniers et fêtes foraines.

#1426 vu sur www.cnews.fr

Russie, Bachkortostan : des dizaines de personnes ont été arrêtées à la suite d’affrontements entre des militants écologistes et des vigiles et travailleurs des syndicats de la société de construction Bashkir Soda appuyés par la police anti-émeute

Russie, Bachkortostan. Des dizaines de personnes ont été arrêtées sur la colline de Kushtau à la suite d’affrontements entre des militants écologistes et des travailleurs de la société de construction Bashkir Soda (BSK). La police a arrêté une cinquantaine de personnes et les a transportées en bus jusqu’à la ville de Sterlitamak, à une vingtaine de kilomètres à l’est. L’incident a éclaté après qu’une coalition de syndicats représentant des travailleurs de la chimie du Bachkortostan, y compris des employés de BSK, a appelé à une «flash mob» près d’un campement de 150 militants mis en place plus tôt par des écologistes pour bloquer l’exploitation par BSK de la colline, qui est un site protégé. Les vigiles de BSK et la police anti-émeute OMON se sont affrontés avec les militants.

#1425 vu sur www.rferl.org

France, Marseille : des détenus du centre de rétention administrative du Canet refusent collectivement de se rendre au réfectoire depuis deux jours

France, Marseille. Dans la suite des grèves de la faim qui ont commencé dans des centres de rétentions à Nîmes, Toulouse, où encore Vincennes, les personnes détenues au centre de rétention administrative du Canet refusent collectivement de se rendre au réfectoire depuis deux jours. Ils protestent contre le traitement administratif absurde de leur dossier. Il sont retenus alors qu’il ne seront pas expulsés à cause du Covid-19, ce qui les mets dans la situation de subir l’équivalent d’une peine de prison en restant enfermé le maximum du délai autoriser pour les expulser. De plus les conditions sanitaires sont déplorables, comme dans la plupart des centres de rétentions français, et les mettent directement en danger. La presse évoque des distances de sécurité qui ne sont pas “tolérables” au réfectoire comme dans les chambres, ainsi que le non-respect des gestes barrières les plus élémentaires. Ces grèves de la faim sont très inquiétantes, puisque les détenus se mettent en danger dans une situation de grande insalubrité, ce qui témoigne d’un désespoir et d’une gravité de la situation à ne pas prendre à la légère. La solidarité par rapport à ce que vivent les migrants dans le monde entier est plus que jamais nécessaire !

#1417 vu sur www.laprovence.com

Colombie, Bogota : près de 1000 livreurs de l’application mobile colombienne Rappi ont fait grève et ont manifesté pour protester contre leurs conditions de travail et un système de points qui leur fixe des objectifs impossibles

Colombie, Bogota. Près de 1000 livreurs de l’application mobile colombienne Rappi ont fait grève et ont manifesté dans la capitale pour protester contre leurs conditions de travail et un système de points qui fixe aux livreurs des objectifs impossibles à atteindre et sont nécessaires pour avoir le droit d’aller travailler dans les zones à forte demande. Rappi compte sur quelque 50000 coursiers, connus sous le nom de Rappitenderos, pour livrer principalement des produits d’épicerie et des plats à emporter. Beaucoup sont des migrants vénézuéliens qui ont fui la crise sociale et économique.

#1428 vu sur www.investing.com

Grèce : au moins 1072 migrants auraient été récemment refoulés par les autorités grecques hors du territoire maritime sur des radeaux de sauvetage gonflables et abandonnés en pleine mer

Grèce. D’après un décompte fait par le New York Times, au moins 1072 migrants auraient été récemment refoulés par les autorités grecques hors du territoire maritime sur des radeaux de sauvetage gonflables et abandonnés par les autorités grecques. Le Times a analysé des preuves provenant de plusieurs sources, notamment des chercheurs universitaires, des garde-côtes turcs et des groupes de surveillance indépendants. Ils ont constaté que ces incidents ont notablement augmenté avec la crise sanitaire. Une enseignante syrienne de 50 ans, a déclaré que le 26 juillet, elle et 22 autres personnes, y compris des enfants en bas âge, avaient été emmenées par des policiers grecs masqués dans un centre de détention de l’île de Rhodes. Elle a déclaré au Times qu’ils avaient été laissés sur un “radeau de sauvetage sans gouvernail et sans moteur” et avaient fini par être secourus par les garde-côtes turcs. La Grèce nie ces pratiques qui sont pourtant avérées et récurrentes.

#1416 vu sur www.businessinsider.co.za

Etats Unis, Chicago : les mobilisations se poursuivent et des affrontements importants ont eu lieu avec la police, 17 policiers ont été blessés après avoir été les cibles de jets d’objets divers

Etats Unis, Chicago. Les mobilisations se poursuivent et des affrontements importants ont eu lieu avec la police dans Millennium Park et sur Michigan Avenue, Randolph Street et LaSalle Street. Au total, 17 policiers ont été blessés après avoir été les cibles de jets d’objets divers. La police déclare avoir procédé à 24 arrestations.

#1415 vu sur chicago.cbslocal.com

France, Paris : les 100 livreurs sans papiers de Frichti qui n’ont rien obtenu suite à l’accord signé fin juillet entre la CGT et la direction continuent la mobilisation

France, Paris. A la fin du mois de juillet, la moitié des 200 livreurs sans-papiers de Frichti ont obtenu l’accès à une procédure de régularisation après une grève de six semaines, suite à un accord qui n’a satisfait que la CGT et la presse qui a aussitôt titré sur “la fin du conflit”. Pourtant, les cent coursiers, arbitrairement écartés de cette procédure, poursuivent grève et manifestations. La start-up, tout en dénonçant des cas isolés en provenance d’un sous-traitant, a fait intervenir de nombreux agents de sécurité pour bloquer l’accès à ses locaux à tous ceux qui ne disposaient pas de papiers ce qui n’a fait que démontrer qu’ils étaient en réalité beaucoup plus nombreux que la direction ne l’affirmait. Par ailleurs la question de l’obligation de se déclarer comme travailleur indépendant pour être employé, et le fait que ce statut n’ouvre pas de droit à la régularisation n’a pas été résolu par l’accord signé fin juillet.

#1434 vu sur www.nouvelobs.com

Etat Unis, Minneapolis : le campement tentaculaire de sans-abri de Powderhorn Park a résisté à une nouvelle tentative d’expulsion par les forces de l’ordre

Etat Unis, Minneapolis. Le campement tentaculaire de sans-abri de Powderhorn Park, réinvesti il y a deux mois, a résisté à une nouvelle tentative d’expulsion par les forces de l’ordre. Des affrontements ont eu lieu et la police a tiré des gaz lacrymogènes. Les policiers ont été «encerclés par une centaine de personnes», selon une communication radio rapportée par Crime Watch Minneapolis, et les flics du parc ont alors reçu l’ordre de regagner leurs véhicules et de quitter la zone.

#1419 vu sur alphanewsmn.com

Amérique du Sud : en six semaine le nombre de victimes du Covid a été plus que multiplié par deux, les autorités de certains pays, comme celles du Pérou, commencent à admettre que le nombre de morts pourrait varier du simple au double

Amérique du Sud. En six semaine, le nombre de victimes du Covid a été plus que multiplié par deux, passant de 100 000 fin juin à 230 000 mi août. Le continent est durement touché et, avec plus de 6 millions de cas recensés, la plupart des pays ne parviennent pas à endiguer la pandémie. Les autorités de certains pays, comme celles du Pérou, commencent à admettre que le nombre de morts pourrait varier du simple au double. L’Argentine, dont la population du Grand Buenos Aires est toujours en quarantaine, et ce depuis le 20 mars, connaît un pic de contaminations et de morts inédit : encore 7 498 cas et 149 morts le 13 août, pour un total de plus de 276 000 contaminations et plus de 5 300 morts.

Gravediggers carry the coffin of Avelino Fernandes Filho, 74, who passed away from the coronavirus disease (COVID-19), during his funeral in Rio de Janeiro, Brazil, May 18, 2020. REUTERS/Ricardo Moraes – RC2BRG9L2EB0

#1488 vu sur www.lemonde.fr

Brésil, Campo do Meio : Quilombo campo Grande résiste à une tentative d’expulsion, des dizaines de policiers armés ont été amenés des villes voisines pour l’évacuer, avec des drones pour intimider les 450 occupants

Brésil, Campo do Meio. Depuis trois jours, le campement de Quilombo Campo Grande résiste à une tentative d’expulsion qui a débuté tôt le mercredi 12 août. Le campement situé dans la municipalité de Campo do Meio, dans l’état de Minas Gerais, abrite depuis 1998 450 familles. Des dizaines de policiers et de véhicules ont été amenés des villes voisines pour l’évacuer. Selon les habitants, les policiers sont entrés dans les maisons armés de fusils et de pistolets, cassant les portes et les fenêtres. Le MST (Mouvement des travailleurs ruraux sans terres) a affirmé que la veille de l’expulsion, la police avait encerclé le camp avec des véhicules et des drones, intimidant les familles.

#1411 vu sur www.brasildefato.com.br

Grèce : le gouvernement annonce un confinement sévère des prisons parce que des cas de Covid ont été détectés

Grèce. Le gouvernement annonce un confinement sévère des prisons parce que des cas de Covid ont été détectés. La Grèce présente un nombre de cas confirmés s’élevant à 6600 et un nombre de décès de près de 220, des chiffres relativement bas par rapport au reste des pays du monde que de nombreuses personnes remettent en cause, notamment par l’idée que le nombre de test effectués est trop faible et ne peut permettre une réelle évaluation du nombre du cas positifs au Covid-19.

#1407 vu sur les réseaux sociaux

Italie, Rome : six migrants ont tenté de s’évader du centre de rétention de Ponte Galeria en fuyant par les conduits de climatisation mais seul l’un d’entre eux a réussi

Italie, Rome. Six migrants emprisonnés dans le centre de rétention de Ponte Galeria ont tenté de s’évader en fuyant par les conduits de climatisation pour atteindre le toit et escalader les murs. Un seul d’entre eux a réussi à s’échapper, tandis que les cinq autres ont été repris. Le mois dernier, les manifestations à l’intérieur du centre de détention semblent nombreuses, avec plusieurs tentatives d’évasion et un incendie le 17 juillet. Actuellement, 43 hommes et 9 femmes sont incarcérés dans le CPR.

#1432 vu sur hurriya.noblogs.org

Australie, Melbourne : un nouvel état d’urgence est déclaré, qui donne à la police le pouvoir d’entrer dans des maisons privées sans mandat ni permission des propriétaires pour des «contrôles ponctuels»

Australie, Melbourne. Les autorités de l’Etat de Victoria déclarent un nouvel état d’urgence pour gérer la crise sanitaire, qui donne à la police le pouvoir d’entrer dans les maisons privées, sans mandat ni permission des propriétaires, afin d’effectuer des «contrôles ponctuels». Un couvre-feu ne permettant pas aux personnes de quitter leur domicile entre 20 h 00 et 5 h 00, sauf pour «des raisons professionnelles et essentielles de santé, de soins ou de sécurité» est instauré et pendant le reste de la journée, les gens ne peuvent quitter leur domicile que pour acheter de la nourriture et des articles essentiels, recevoir ou donner des soins, faire de l’exercice quotidien ou travailler. Les églises sont fermées sauf pour les funérailles, avec un maximum de 10 personnes en deuil autorisées à y assister, avec permis requis. Les écoles sont fermées, sauf pour les enfants “vulnérables” et les enfants des travailleurs autorisés. Les masques faciaux sont obligatoires partout en dehors de chez soi, même dans les espaces ouverts lorsque l’on est seul. Nul ne peut aller dans un domicile autre que le sien, sauf pour y donner des soins. Les gens ne peuvent se réunir en public qu’avec une seule personne extérieure à leur domicile. Le commissaire en chef de la police de Victoria a affirmé publiquement que la police avait dans certains cas brisé les vitres de voiture parce que des personnes à l’intérieur des véhicules ne coopéraient pas ou ne suivaient pas les directives sanitaires nouvellement imposées. Une gamme d’amendes et de pénalités est en vigueur pour ceux qui enfreignent les règles, y compris une amende immédiate de 200 dollars pour “ne pas se couvrir le visage, sans excuse légitime“, une amende immédiate de 1.650 dollars pour ceux qui sortent de chez eux hors des motifs “valables” et une amende de près de 5 000 $ sur place pour ceux qui ont été testés positifs au coronavirus et enfreignent les règles de quarantaine. Toutes ces amendes peuvent être considérablement augmentées pour les récidivistes.

#1413 vu sur www.medias-presse.info

Etats Unis, Floride : un shérif interdit l’usage du masque aux policiers et aux personnes amenées à entrer dans le commissariat pour améliorer la “clarté dans la communication avec la population” suite aux mobilisations contre la police…

Etats Unis, Floride. Alors que la Floride enregistre un nombre de décès record liés au coronavirus, le shérif Billy Woods a interdit l’usage du masque à ses agents de police en service à l’extérieur et à l’intérieur de son commissariat. Il leur a envoyé un mail indiquant : “Lorsque vous êtes en service/en train de travailler en tant que mes employés, représentant mon bureau, vous ne porterez pas de masque”, a-t-il écrit. Le shérif a toutefois précisé quelques exceptions, pour les agents travaillant dans des prisons, des écoles, des hôpitaux ou auprès de cas suspectés de coronavirus. Il interdit aussi le port du masque aux personnes amenées à entrer dans le commissariat, en justifiant cette mesure par une évocation des mobilisations contre la police suite au décès de Georges Floyd : “À la lumière des récents événements et considérant le ressentiment et/ou la haine contre les forces de l’ordre dans notre pays aujourd’hui”, les personnes entrant dans le commissariat devront, a-t-il écrit, ne pas porter de masque afin “d’assurer une communication claire et dans un but d’identification”. La Floride, où le port du masque n’est pas obligatoire mais recommandé, est l’un des épicentres de l’épidémie américaine, qui a connu une forte résurgence à partir de la fin juin.

#1404 vu sur www.sudouest.fr

Biélorussie : des témoignages montrent la violence de la répression que subissent les manifestants dans les commissariats et les prisons

Biélorussie. Plusieurs milliers de personnes ont été interpellées suite aux manifestations. Un journaliste arrêté puis relâché témoigne dans la presse de la violence de la répression que subissent les manifestants dans les commissariats et les prisons : « Les gens étaient allongés, comme un tapis vivant, dans une mare de sang ». Il décrit les coups et les humiliations subis au poste de police du district de Moskovski de Minsk, puis dans la prison de Jodino dans la banlieue de la capitale biélorusse. D’autres témoignages affirment que les détenus sont enfermés à 50 à 70 personnes dans des cellules prévues pour 5, restent debout sans pouvoir s’asseoir. “Les hommes sont déshabillés dans la salle de contrôle, ils ne peuvent même pas garder leurs chaussures. Puis ils sont obligés de marcher dans le couloir en portant leurs vêtements et de se mettre à genoux face à un mur. S’ils se plaignent, ils sont battus.”

#1409 vu sur www.lemonde.fr

Dans beaucoup de pays (dont en particulier l’Afrique du Sud) la pandémie perturbe l’approvisionnement en antirétroviraux, mettant en danger la vie de bon nombre des plus de 24 millions de personnes dans le monde qui luttent contre le VIH

Afrique du Sud. A cause de la gestion de la crise sanitaire, les hôpitaux manquent de toutes sortes de médicaments, en particulier les médicaments anti-VIH. Quelques pharmacies en vendent, mais profitent de la situation pour les vendre très cher alors qu’ils sont normalement pris en charge par le gouvernement. Dans toute l’Afrique du Sud, comme aussi dans d’autres pays du monde, la pandémie a perturbé l’approvisionnement en médicaments antirétroviraux, mettant en danger la vie de bon nombre des plus de 24 millions de personnes dans le monde qui ont besoin quotidiennement de ces traitements pour lutter contre le VIH. Rien qu’en Afrique subsaharienne, une étude de l’ONUSIDA a révélé qu’une interruption de six mois du traitement antirétroviral pourrait entraîner 500 000 décès supplémentaires liés au sida. En Afrique du Sud, 7,7 millions de personnes sont séropositives et 62% de celles-ci dépendent du programme antirétroviral du gouvernement. De plus, de nombreux patients séropositifs cessent de se rendre dans les cliniques souvent bondées de peur d’être exposés au coronavirus. Les cliniques du centre de Johannesburg (celles qui n’ont pas fermé parce que du personnel était contaminé par le COVID) ont constaté une baisse de 10 à 25% du nombre de personnes venant pour un traitement contre le VIH. “Les interruptions de ces médicaments sont un problème de santé publique. Il menace les pauvres et les plus vulnérables”, a déclaré le directeur adjoint du programme de Médecins sans frontières en Afrique du Sud, évoquant aussi les épidémies de rougeole liées au manque de vaccins et les cas de tuberculoses non diagnostiquées.

#1390 vu sur news-24.fr

France, Marseille : malgré de multiples alertes que l’administration n’a pas prises en compte, un enseignant dépressif s’est donné la mort par pendaison dans sa cellule

France, Marseille. Un enseignant dépressif qui n’enseignait plus depuis 5 ans s’est donné la mort par pendaison dans sa cellule des Baumettes. Il avait été interpellé il y a peu pour avoir crevé les pneus d’un véhicule à sept ou huit reprises dans des conditions relativement obscures, qui ont motivé de prévoir une expertise psychiatrique. Le jour de l’audience, précise le quotidien La Marseillaise, son avocate avait mis en garde le tribunal sur les risques de suicide, ce qui avait suscité une vive réaction de la présidente qui avait fait observer qu’elle ne pouvait “admettre un chantage au suicide”. Pourtant divers signes auraient pu alerter l’administration sur la véracité de ce risque puisqu’après avoir quitté le box, le suspect s’était jeté violemment contre une cloison et avait dû être admis à l’hôpital Nord. L’homme s’était ensuite tailladé les avant-bras en prison. Le prévenu avait été examiné par un médecin psychiatre qui avait estimé qu’il serait préférable qu’il reste hospitalisé et, une fois le transfert en prison réalisé, un responsable de la détention aurait adressé un mail d’alerte à sa hiérarchie. Son codétenu aurait lui aussi affirmé qu’il allait passer à l’acte. Le père de la victime a déposé plainte. Il pointe aujourd’hui “une série d’incompétences”. Une enquête sur les “causes de la mort” est en cours, incluant les qualifications de “non-assistance à personne en danger” et d'”homicide involontaire par imprudence”.

#1403 vu sur www.laprovence.com

Biélorussie : les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants s’intensifient depuis les résultats douteux de l’élection présidentielle, la répression est particulièrement violente et fait deux morts et des centaines de blessés

Biélorussie. Depuis l’élection présidentielle dont les résultats plus que douteux donnent le président sortant (au pouvoir depuis 25 ans) vainqueur à 80%, une mobilisation de grande ampleur se déploie et les affrontements entre forces de l’ordre et manifestants s’intensifient. Le ministère de l’intérieur vient de reconnaître que les forces de l’ordre ont ouvert le feu à balles réelles contre les manifestants à Brest et affirme avoir fait 1000 nouvelles arrestations dans la nuit. Les douilles retrouvées sur place indiqueraient qu’il s’agirait de Kalachnikov. Le gouvernement a aussi annoncé le décès “subit” d’un manifestant juste après son arrestation. C’est le deuxième décès recensé depuis le début de ce mouvement de contestation violemment réprimé, le premier décès ayant eu lieu à Minsk. Lors des trois nuits de protestation précédentes, les forces de sécurité ont arrêté quelque 6.000 personnes à travers le pays, sans que l’on sache combien sont encore détenues. Depuis dimanche soir, la police use de grenades assourdissantes et de balles en caoutchouc contre les protestataires et au moins 250 blessés ont été admis à l’hôpital. Près de la station Ouroutché, au nord-est de Minsk, des manifestants ayant formé une chaîne humaine ont été dispersés et très violemment frappés par des policiers, au milieu des cris et des dizaines de femmes ont également formé des chaînes humaines dans d’autres endroits de la capitale pour dénoncer la répression policière.
Les modalité répressive de gestion de cette contestation sont fortement condamnées au niveau international.

#1401 vu sur lemonde.fr

France : L’ARS saisi la justice après la diffusion sur Facebook par une médecin généraliste d’un certificat médical permettant d’invoquer une contre-indication au port du masque

France. L’Agence Régionale de Santé (ARS) du Grand Est a saisi la justice en début de semaine après la diffusion sur Facebook, par une médecin généraliste alsacienne, d’un certificat médical permettant à tout un chacun d’invoquer une contre-indication au port du masque. Le document “certifie que Mr, Mme… présente une contre indication médicale au port du masque en continu et ponctuel”. Elle aurait été depuis suspendue. “Le masque est une arnaque totale et fait peur”, a-t-elle affirmé, soutenant avoir diffusé son certificat sur Facebook pour que “chacun choisisse pour sa santé”.

#1399 vu sur www.huffingtonpost.fr

Côte d’Ivoire, Abidjan : des manifestations ont éclaté suite à la candidature du président Alassane Ouattara à l’élection d’octobre, les sièges des partis au pouvoir ont été saccagés et un commissariat incendié

Côte d’Ivoire, Abidjan. Des manifestations ont éclaté à Abidjan et dans l’intérieur du pays suite à la candidature du président Alassane Ouattara à l’élection d’octobre dernier. Le gouvernement a interdit tous les rassemblements et au moins 90 manifestants ont été blessées et quatre morts. Les sièges des partis au pouvoir ont été saccagés et le commissariat de Bonoua a été incendié.

#1410 vu sur www.rfi.fr

France, Rennes : huit sans-papiers enfermés au Centre de rétention sont en grève de la faim et décrivent des traitements dégradants et des propos racistes permanents de la part des policiers

France, Rennes. Huit sans papiers enfermés au Centre de rétention administrative de Rennes ont entamé une grève de la faim pour dénoncer un “manque de respect et d’hygiène” ainsi que leur enfermement malgré “l’absence de perspectives d’éloignement”. Dans une lettre adressée aux médias, ils font état de traitement dégradants et de propos racistes permanents de la part des policiers. Ils disent aussi ne pas avoir un accès suffisant à l’eau alors qu’on est en période de canicule. La préfecture d’Ille-et-Vilaine affirme avec cynisme que “sept personnes refusent les plateaux-repas mais continuent de s’alimenter via des distributeurs de boissons. Nous ne sommes pas très inquiets sur leur état de santé.” Par ailleurs, de plus en plus de cas sont détectés dans les centres de rétention, comme au Mesnil Amelot et à Toulouse, et les cours d’appel, qui refusent de considérer que la détection d’un cas de Covid est une situation nouvelle, refusent de libérer les retenus.

#1408 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Bolivie : la mobilisation contre le gouvernement s’intensifie avec en particulier beaucoup de blocages de routes et les circulations font l’objet de négociations ou d’affrontements

Bolivie. La mobilisation contre le gouvernement s’intensifie et de plus en plus de routes sont barrées par les manifestants avec des blocages pérennes, et beaucoup de circulations font l’objet de négociations ou d’affrontements. La circulation du virus explose dans le pays depuis la mi-juillet : 10 000 nouveaux malades par semaine et des hôpitaux qui voient leurs services se remplir. Le gouvernement joue sur la situation en accusant les manifestants d’être responsables des décès parce que les blocages rendraient difficile l’approvisionnement des hôpitaux. La Centrale ouvrière bolivienne a appelé à ce que tous les approvisionnements médicaux et les soignants puissent passer librement aux barrages.

#1397 vu sur www.franceculture.fr

L’Organisation internationale du travail s’inquiète du risque d’un “affaiblissement productif de toute une génération” qui se serait déshabituée du travail, comme si c’était un des symptômes du virus…

International. L’Organisation internationale du travail s’inquiète pour le futur des jeunes : selon une étude qu’elle publie, la pandémie a eu sur les jeunes de 18 à 29 ans un impact « systématique, profond et disproportionné » et qui « risque d’affaiblir le potentiel productif de toute une génération ». Il ne s’agit pas de séquelles neurologiques ou autre problème de santé à retardement, il s’agit bel et bien de s’inquiéter du fait qu’une génération se serait déshabituée du travail, et de présenter cette inquiétude comme un symptôme du virus… Le rapport affirme qu’ “un jeune sur six a dû arrêter de travailler, 42 % de ceux qui ont continué à travailler ont vu leurs revenus diminuer et près de 4 jeunes sur dix ont des doutes quant à leurs perspectives de carrière”. Si la cynique question d’une baisse de productivité à venir montre bien le mélange délétère entre soin prétendu et perspective de profit, le rapport fait aussi état de syndromes dépressifs et d’épisodes d’angoisse en fortes hausses dans cette tranche d’âge.

#1394 vu sur lecourrier.ch

Russie : Poutine affirme que la Russie a développé le «premier» vaccin contre le coronavirus dont plus d’un milliard de doses auraient déjà été commandées par 20 pays, les spécialistes sont sceptiques

Russie. Vladimir Poutine affirme que la Russie a développé le «premier» vaccin contre le coronavirus, assurant qu’il donnait une «immunité durable», dont plus d’un milliard de doses auraient déjà été commandées par 20 pays. Moscou souhaite lancer sa production industrielle dès le mois de septembre pour débuter une campagne massive de vaccination le mois suivant. D’ici là, l’Etat russe compte vacciner au plus vite les professionnels de santé, les enseignants et d’autres groupes jugés à risque, ainsi que “des dizaines de milliers de volontaires” et certaines personnalités russes auraient déjà bénéficié de ces injections expérimentales depuis le mois d’avril. Mais les essais cliniques, effectués dans un délai très court et sur moins d’une centaine de personnes, rendent les spécialistes sceptiques. Les essais auraient concerné deux groupes de 38 personnes dont la plupart sont des militaires. En effet, le vaccin russe ne figure pas parmi les principaux candidats vaccins contre le Covid-19 officialisés par les instituts de recherche internationaux, dont plusieurs ont atteint une phase avancée d’essais cliniques.

#1391 vu sur www.rfi.fr

France, Grenoble : la poste des Eaux Claires a été taguée avec des messages dénonçant la participation de cette institution à la traque des sans-papiers et évoquant la libération de Carla

France, Grenoble. La poste des Eaux Claires a été taguée avec des messages dénonçant la participation de cette institution à la traque des sans-papiers. L’attaque dont le communiqué peut être lu ici évoque la libération de Carla, arrêtée il y a deux semaines à Saint Etienne, qui était recherchée parce qu’elle était accusée d’avoir attaqué la poste italienne à Turin. En Italie comme en France, la Poste dénonce les sans-papiers aux flics et participe à leur enfermement et à leur expulsion.

#1388 vu sur nantes.indymedia.org

France, Pulnoy : les 84 résidents d’un Ehpad sont à nouveau confinés avec “prise des repas en chambre, arrêt des activités d’animations et suspension des interventions extérieures”

France, Pulnoy (Meurthe-et-Moselle). Les 84 résidents d’un Ehpad sont à nouveau confinés avec “prise des repas en chambre, arrêt des activités d’animations et suspension des interventions extérieures”, y compris des visites, après la découverte de cinq personnels et 29 pensionnaires contaminés par le coronavirus et le décès d’un nonagénaire (qui ne doit pas compter dans les statistiques…). Selon le président de cet Ehpad, “seulement quatre personnes ont des symptômes, toutes les autres n’ont pas de symptômes”, et aucun pensionnaire n’a été hospitalisé. Par ailleurs, un “recensement des personnes ayant rendu visite aux résidents au cours des derniers jours, et des intervenants extérieurs qui se sont rendus dans l’établissement” a été organisé “afin de transmettre les coordonnées de ces ‘cas contacts’ potentiels à l’Assurance Maladie en charge du contact tracing”, a annoncé l’ARS. L’Ehpad, situé dans une commune de 5000 habitants, n’avait pas connu antérieurement de cas positifs chez les résidents et les salariés.

#1385 vu sur www.lexpress.fr

Thaïlande, Bangkok : des milliers de manifestants ont défilé contre le gouvernement, les manifestations rassemblant une foule diverse, de la communauté LGBTQI à des lycéens en passant par les vieux militants pro-démocratie.

Thaïlande, Bangkok. Des milliers de manifestants ont défilé contre le gouvernement, puis, portant des drapeaux arc-en-ciel et des portraits d’activistes pro-démocratie disparus, les manifestants ont déferlé sur l’université de Thammasat, située en périphérie de la capitale Bangkok, en début de soirée. La manifestation a rassemblé une foule diverse, de la communauté LGBTQI à des lycéens en passant par les vieux militants pro-démocratie. Cette mobilisation intervient après plusieurs semaines de manifestations étudiantes quasi-quotidiennes pour dénoncer l’administration de Prayut Chan-O-Cha, jugée trop proche des militaires. La gestion de la crise sanitaire a mis des milliers de personnes au chômage, et exacerbé la colère face aux inégalités d’une société accusée de favoriser l’élite du royaume.

#1398 vu sur www.lepoint.fr

Mali, Bamako : les manifestations contre le gouvernement ont repris, rassemblant des milliers de personnes

Mali, Bamako. Les manifestations contre le gouvernement ont repris au Mali. Des milliers de personnes se sont rassemblées à Bamako. la mobilisation dure depuis plus de deux mois mais les manifestation avaient cessé depuis la trêve annoncée le 21 juillet par l’opposition pour la fête musulmane de l’Aïd al-Adha. Les pancartes brandies par les manifestants visaient le président Keïta, au pouvoir depuis 2013, mais aussi son Premier ministre Boubou Cissé.

#1396 vu sur www.20minutes.fr

Pérou, Loreto : trois manifestants d’origine autochtone qui participaient aux mobilisations en cours contre la compagnie pétrolière canadienne Petrotal ont été tués par balles, 11 ont été blessés

Pérou, Loreto. Trois manifestants d’origine autochtone qui participaient aux mobilisations en cours contre la compagnie pétrolière canadienne Petrotal ont été tués par balle au cours d’une violente répression policière dans la ville de Bretaña, située dans le bassin de la rivière Puinahua. La compagnie a depuis déclaré qu’elle cessait ses activités à cet endroit. Le parquet local et le ministère de l’Intérieur ont indiqué qu’ils enquêtaient toujours pour savoir s’il s’agissait de coups de feu, de plombs ou de gaz lacrymogène. Les manifestants demandaient l’arrêt des activités de la société pétrolière, l’envoi de médicaments et une meilleure compensation pour l’utilisation du territoire autochtone. Les affrontements avec les forces de l’ordre ont commencé samedi soir et ont duré jusqu’à l’aube d’aujourd’hui. 11 manifestants sont blessés, dont neuf par arme à feu. Des témoins rapportent que les forces de l’ordre ont tiré à balles réelles sur les manifestants dont certains étaient armés de flèches et de lances et affirment que la police est venue pour tuer les manifestants. Le gouvernement, qui considère que les manifestants étaient armés d’armes à feu, indique qu’un contingent de police avait été envoyé pour renforcer la sécurité dans la région où beaucoup de manifestations ont lieu en lien avec la gestion de la crise sanitaire et mettant en cause les compagnies pétrolières qui continuent à fonctionner sans souci de la sécurité sanitaire de leurs employés.

#1395 vu sur ojo-publico.com

Iran : un journal a été fermé par les autorités après la publication d’une interview d’un expert sanitaire mettant en cause le bilan de l’épidémie dans le pays, peut-être vingt fois plus lourd que les chiffres officiels

Iran. Un journal iranien a été fermé par les autorités après la publication d’une interview d’un expert sanitaire mettant en cause le bilan de l’épidémie de coronavirus dans la République islamique et affirmant qu’il pourrait être vingt fois plus lourd que les chiffres officiels. L’expert interviewé, ancien membre de l’équipe de lutte contre l’épidémie, avait déclaré notamment: “Les chiffres annoncés par les autorités sur les cas et les morts dus au coronavirus représentent seulement 5% du véritable bilan.” Selon un autre épidémiologiste, le virus a été détecté dès janvier par les autorités alors que les premières infections et les premiers décès ont été annoncés le 19 février. Le bilan officiel de l’épidémie en Iran s’établit actuellement à 18.616 morts et 378.844 cas de contamination.

#1393 vu sur www.challenges.fr

France, Mesnil Amelot : un foyer épidémique de Covid-19 a été déclaré au sein du centre de rétention administrative, avec des agents de police au frontières et des détenus contaminés, les mesures prises sont tardives et insuffisantes

France, Mesnil Amelot. Un foyer épidémique de Covid-19 a été déclaré au sein du centre de rétention administrative. Trois agents de la police aux frontières en poste au CRA n°3 ont été testés positifs le 7 août. Des associations demandent la fermeture immédiate du centre par précaution. La Cimade a interrompu sa présence physique et mis en place une permanence téléphonique pour répondre aux demandes des personnes enfermées. Le 10 août, information a été donnée que deux personnes privées de liberté dans le CRA n°3 et un agent de la police aux frontières du CRA n°2 étaient également testés positifs. Les salariés de l’entreprise chargée du nettoyage ont exercé leur droit de retrait lorsqu’ils ont appris la propagation de l’épidémie. L’Unité médicale du CRA (UMCRA) prône une fermeture pour désinfection et considère le maintien en rétention des personnes comme incompatible avec les mesures d’isolement à respecter pour limiter la contagion. Malgré cette situation et la suspension des nouveaux enfermements prononcée à partir du 10 août, de nouvelles personnes ont été enfermées ce week-end au Mesnil-Amelot où les tensions, selon les témoignages recueillis, sont fortes. Les deux personnes testées positives au CRA n°3 ont été transférées lundi au CRA de Vincennes (alors que les résultats des tests sont disponibles depuis samedi), en cellules d’isolement disciplinaire qui ne sont pas équipées pour accueillir des malades. Plusieurs autres personnes suspectées d’être infectées ne peuvent être isolées faute d’espace adapté. Certaines d’entre elles sont en cours de transfert vers d’autres CRA.

#1392 vu sur www.lacimade.org

France, Paris : en pleine canicule, le port du masque devient obligatoire dans certains quartiers touristiques et commerçants de la ville ainsi que dans plusieurs villes de la petite couronne, l’amende est toujours de 135 euros.

France, Paris. En pleine canicule, le port du masque devient obligatoire dans certains quartiers touristiques et commerçants de la ville ainsi que dans plusieurs villes de la petite couronne, comme c’est déjà le cas à Bruxelles et Madrid ainsi que dans d’autres villes de France comme Nice, Marseille ou Lille. La mesure est prononcée pour un mois mais elle pourra être renouvelée. L’amende est toujours de 135 euros.

#1380 vu sur www.letemps.ch

Tchad, N’Djamena : une enquête montre que les 44 prisonniers enfermés dans la même cellule sous une chaleur de 46 ° qui sont morts en une nuit le 15 avril seraient mort de faim et de déshydratation

Tchad, N’Djamena. Les conclusions de l’enquête à propos des 44 prisonniers enfermés dans la même cellule sous une chaleur de 46 ° qui sont morts en une nuit le 15 avril dernier viennent d’être rendues publiques. Le Parquet local avait affirmé que le groupe était des militants de Boko Haram qui avaient pris du poison pour se suicider. Mais la Commission nationale des droits de l’homme conteste cette version, déclare qu’il s’agissait de civils, agriculteurs et villageois, arrêtés arbitrairement, et qu’ils sont morts de déshydratation et de faim. 14 survivants ont déclaré à la commission que, dans la chaleur, certains ont commencé à tomber au sol, tandis que d’autres ont appelé les gardes à l’aide mais ont été ignorés, alors qu’ils n’avaient que quelques dates pour se nourrir. “Les geôliers n’ont pas daigné porter assistance à quiconque en danger dans ces conditions malgré les cris de détresse et les prières récitées toute la nuit”.

#1386 vu sur www.bbc.com

Grèce, Lesbos : un important incendie s’est déclaré à l’intérieur du camp de la Moria, bouclé depuis plus de cinq mois ; des témoins affirment que des militants d’extrême droite sont entrés dans le camp et ont mis le feu

Grèce, Lesbos. Un important incendie s’est déclaré à l’intérieur du camp de la Moria qui est entièrement bouclé depuis plus de cinq mois. Le feu a pris à proximité de l’entrée. Des témoins affirment que des militants d’extrême droite sont entrés dans le camp et ont mis le feu. Le feu a finalement été éteint par des réfugiés après l’intervention de la police.

#1377 vu sur les réseaux sociaux

France, Fresnes : des feux d’artifices ont été tirés devant la prison des femmes de Fresnes pour saluer Carla arrêtée à Saint Etienne dans le cadre de l'”opération Scintilla” de la police italienne, et en solidarité avec tous les détenus

France, Fresnes. Des feux d’artifices ont été tirés devant la prison des femmes de Fresnes pour saluer Carla, qui était recherchée dans le cadre de l’opération Scintilla qui visait la répression d’une campagne contre la machine à expulser et qui a été arrêtée il y a deux semaines à Saint Etienne, et en solidarité avec tous les détenus. Elle est accusé de participation à des attaques de la poste italienne qui participe (comme la poste française) aux arrestations de sans papiers et se retrouve enfermée à Fresnes dans le cadre d’une procédure d’extradition vers l’Italie. Le communiqué complet de cette action de solidarité est à lire ici.

#1405 vu sur antes.indymedia.org

International : Google dit avoir “accidentellement activé” une fonctionnalité qui lance la surveillance ambiante de ses “haut-parleur intelligent” Google Home, sans que les utilisateurs le sache parce que l’un d’eux s’en est aperçu…

International. Google dit avoir “accidentellement activé” une fonctionnalité pour les utilisateurs de Google Home qui permet au “haut-parleur intelligent” d’écouter les sons des objets dans les maisons. En effet, un utilisateur a repéré une notification sur son téléphone de son haut-parleur intelligent qui l’a alerté sur le fait que son détecteur de fumée se déclenchait pendant qu’il cuisinait. Habituellement, les appareils Google Home ne répondent qu’aux «mots de réveil» prononcés pour les activer – tels que «Ok, Google» ou «Hey, Google» – mais dans ce cas, le haut-parleur écoutait un son sans avoir été activé. D’autres utilisateurs ont signalé avoir reçu des alertes pour des bris de verre, de film à bulles éclaté, et d’autres bruits aigus qui peuvent ressembler à des alarmes, alors qu’ils n’avaient pas activé leur haut parleur. Un porte-parole de Google a déclaré que la fonctionnalité avait été activée accidentellement par une mise à jour logicielle récente qui a maintenant été annulée. Les formes d’utilisation possibles de la surveillance ambiante sont particulièrement inquiétantes et les “politiques de confidentialités” particulièrement floues dans ce domaine, à partir du moment où le consentement de l’utilisateur est supposé avoir été recueilli ou si c’est lui qui détient le code pour le déclencher. Ce n’est pas la première fois que Google active une fonction de microphone que ses clients ignorent. En 2019, la société a installé des microphones cachés dans son système d’alarme Nest Secure et, une fois le procédé découvert, a déclaré que l’ajout n’avait “jamais été destiné à être un secret” et que le fait que cette fonction ne soit indiquée nulle part était une erreur. Google n’est pas la seule entreprise à proposer cette fonctionnalité de surveillance ambiante. Les haut-parleurs Echo d’Amazon ont ajouté une fonctionnalité comme celle-ci en 2018 appelée Alexa Guard. En plus d’écouter les bruits suspects, Alexa Guard vérifie également si l’appareil capte des chuchotements dans le but d’adapter son volume et de répondre plus doucement…

#1383 vu sur www.independent.co.uk

Ukraine, Zaporijia : une femme a loué une maison à proximité de la prison où son fils était condamné à perpétuité et elle a commencé à creuser discrètement un tunnel pour le faire évader

Ukraine, Zaporijia. Une femme a loué une maison à proximité de la prison où son fils était détenu et condamné à perpétuité, elle s’est procuré des pelles et des pioches, et elle a commencé à creuser un tunnel pour le faire évader. Chaque soir, discrètement, elle a commencé à pelleter la terre, à environ 3 mètres de profondeur. En trois semaines, elle est parvenue à réaliser une galerie d’environ 10 mètres de longueur, en direction de l’enceinte de la prison. Malgré toutes ces précautions, elle a fini par se faire repérer et elle a été arrêtée alors qu’elle avait déjà déplacé trois tonnes de terre.

#1378 vu sur www.ouest-france.fr

France, Vincennes : la moitié des prisonniers du CRA de Vincennes commencent une grève de la faim alors que les expulsions continuent vers les pays où c’est possible, et que les détenus sont à nouveau enfermés à deux, voire à quatre par cellules

France, Vincennes. La moitié des prisonniers du CRA de Vincennes commencent une grève de la faim. Depuis la fin du confinement les retenus avaient obtenu le droit à des cellules individuelles le temps que la situation sanitaire s’améliore. Mais depuis quelques semaines, alors que les expulsions continuent vers les pays où c’est possible (principalement vers la Roumanie et l’Albanie), les détenus sont à nouveau enfermés à deux par cellules. La direction du CRA à même décidé d’enfermer tout le monde dans le même bâtiment (au CRA1) et les détenus se retrouvent à quatre en cellule. Très rapidement un mouvement collectif de résistance s’est donc mis en place. A l’extérieur, les policiers qui gèrent l’entrée et les parloirs essayent de faire partir les proches en parlant de “suspicion de covid” et “d’attente de résultats de tests pour rouvrir les parloirs”. Les parloirs se tiendront malgré tout.

#1376 vu sur abaslescra.noblogs.org

France : le Conseil constitutionnel censure une grande partie de la loi concernant les « mesures de sûreté » pour les terroristes sortant de prison, le gouvernement insiste et veut proposer des modifications

France. Le Conseil constitutionnel censure une grande partie de la loi concernant les « mesures de sûreté » pour les terroristes sortant de prison, jugeant que nombre des dispositions du texte « portent atteinte » à plusieurs libertés fondamentales. Éric Dupond-Moretti, quant à lui, avait défendu le projet comme une « solution d’équilibre ». Dans sa décision, le Conseil constitutionnel a détaillé les mesures qu’il juge contraires aux libertés fondamentales : “tel est le cas en particulier de l’obligation d’établir sa résidence dans un lieu déterminé, de l’obligation de se présenter périodiquement aux services de police ou aux unités de gendarmerie, jusqu’à trois fois par semaine, de l’interdiction de se livrer à certaines activités, de l’interdiction d’entrer en relation avec certaines personnes ou de paraître dans certains lieux, catégories de lieux ou zones et de l’obligation de respecter les conditions d’une prise en charge sanitaire, sociale, éducative ou psychologique”. Le seul article de la proposition de loi non censuré par le Conseil porte sur le suivi socio-judiciaire des détenus sortis de prison et le Conseil constitutionnel n’a pas fermé la porte à l’instauration de mesures de sûreté, autres que celles votées par les parlementaires. La majorité a d’ailleurs annoncé dès vendredi sa volonté d’élaborer une nouvelle proposition.

#1372 vu sur www.ouest-france.fr

Grèce : 134 migrants irakiens ont “volontairement” quitté Athènes pour rejoindre leur pays d’origine, dans le cadre du plan des “retours volontaires” de “migrants économiques”

Grèce. La Grèce débute les “retours volontaires” de “migrants économiques”. Un premier vol est parti d’Athènes jeudi, dans le cadre d’un programme de l’Union européenne jusque là mis en suspend par la crise sanitaire. 134 migrants irakiens ont “volontairement” quitté Athènes pour rejoindre leur pays d’origine. Des photos de leur embarquement dans l’avion montrent des hommes aux visages masqués. Certains brandissent fièrement leur passeport et agitent les bras en guise d’adieu. Au total, 5 000 personnes se verront proposer des incitations au départ de 2 000 euros pour remplir ces nouveaux charters. Il s’agit du “plus important retour sur une base volontaire de migrants économiques jamais mis en oeuvre dans notre pays, et le plus important en Europe cette année”, a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement. Pour faire partie de ce programme, les candidats doivent être entrés en Grèce avant le 1er janvier 2020, et être toujours présents sur les îles de Leros, Samos, Lesbos, Kos et Chios en mer Egée. Ils disposent d’un mois pour faire leur demande. Ce délai peut être prolongé d’un mois supplémentaire pour atteindre le nombre requis de candidatures si celles-ci sont peu nombreuses. La situation dans les camps est telle que les migrants sont de plus en plus nombreux à se résigner à retour au pays, sans qu’il s’agisse en aucune manière de l’expression d’une volonté…

#1370 vu sur www.infomigrants.net

France, Lyon : le nouveau maire vert de la ville vient d’annoncer la mise en place d’une expérience de vidéo-verbalisation au prétexte de lutter contre les “rodéos urbains”…

France, Lyon. Le nouveau maire vert de la ville vient d’annoncer la mise en place d’une expérience de vidéo-verbalisation dans le bas des Pentes et à la Guillotière. Les thèmes de l’insécurité et du renforcement de la présence policière faisait effectivement partie des thématiques principales de sa campagne. Les lieux d’installations de ces premières caméras se justifient officiellement par la lutte contre les rodéos urbains. La vidéo-verbalisation, autorisée depuis 2008, “s’appuie sur les dispositifs de vidéosurveillance installés dans l’espace public et permet de sanctionner à distance une infraction au code de la route.” Ce sont des agents assermentés, c’est-à-dire des flics nationaux ou municipaux vissés derrière des écrans de contrôle, qui constatent l’infraction et dressent les procès verbaux. Les lieux d’installation de ces caméras ne sont pas choisis au hasard puisqu’il s’agit évidemment de quartiers populaires, qui doivent être “apaisés”.

#1365 vu sur rebellyon.info

Etats Unis, Californie : un projet de loi propose un système de contrôle basé sur la “blockchain” qui enregistrerait les résultats des tests COVID-19, les stockerait et les utiliserait pour donner accès ou non aux lieux publics

Etats Unis, Californie. Un projet de loi propose un système de contrôle basé sur la blockchain qui enregistrerait les résultats des tests COVID-19, les stockerait et les utiliserait pour donner accès ou non aux lieux publics. Ce programme pilote serait mis en place pour créer des «certificats de santé vérifiables» en temps réel au fur et à mesure que les tests sont effectués.

#1371 vu sur www.eff.org

France, Nancy : un cas de Covid-19 vient d’être confirmé parmi les prisonniers et les détenus de deux étages entiers ont été subitement confinés en cellule, sans aucune sortie possible, même en cours de promenade

France, Nancy. Alors qu’un cas de Covid-19 vient d’être confirmé parmi les prisonniers, les détenus de deux étages entiers ont été subitement confinés en cellule, sans aucune sortie possible, même en cours de promenade. Le confinement a été notifié par les gardiens aux détenus pour une pérode de 7 jours. Cette période de confinement pour tout le bâtiment signifie pour les détenus : pas de promenade, pas de travail, pas de cabine téléphonique, pas de parloirs. Les personnes qui ont déjà prévu un parloir pour ce week-end en sont privées sans possibilité de prévenir leurs proches de cette annulation, vu que la cabine est inaccessible. Un test systématique des détenus serait prévu pendant ce confinement. La mesure a été notifiée par écrit le lendemain aux détenus : « En raison d’un cas avéré de Covid au sein de la population pénale du centre de détention, les personnes détenues des deuxième et troisième étages sont confinées. Une campagne de tests sera réalisée le mercredi 12 août 2020 par les services de santé pour l’ensemble des personnes détenues des étages confinés. Dans l’attente, tous les mouvements sont bloqués (promenade, travail, parloirs, etc.). J’encourage toutes les personnes détenues à se soumettre aux tests ce qui permettra de revenir rapidement à une situation normale. Je suis conscient de la lourdeur de ces contraintes, mais ces mesures sont nécessaires afin d’éviter une propagation plus importante et un risque de confinement généralisé. » Les détenus qui ont manifesté leur colère en criant depuis leur cellule n’ont pas reçu leur cantine ce jour-là, et ce sans aucune explication, le repas n’a pas été pas apporté à midi, l’heure habituelle mais à 13h30 alors que les détenus finissaient par se demander s’ils pourraient se restaurer ou pas. Le repas a été livré dans des barquettes, dans des quantités deux fois moindre que d’habitude, et apporté par des surveillants cagoulés et casqués.

#1369 vu sur oip.org

Mauritanie : un bateau avec une quarantaine de migrants à bord a fait naufrage dans les eaux internationales, un seul rescapé a été retrouvé

Mauritanie. Un bateau avec une quarantaine de migrants à bord a fait naufrage dans les eaux internationales au large des côtes de la Mauritane, selon les autorités du pays. Un unique rescapé qui serait d’origine guinéenne a été trouvé par hasard sur une plage de Nouadhibou. Il a affirmé que lui et ses amis venaient du Maroc et se rendaient aux Canaries.

#1366 vu sur www.francetvinfo.fr

Chili : avec la fermeture des frontières, les avortements clandestins sont encore plus dangereux, alors qu’ils ne sont autorisés que dans trois cas : viol, danger pour la vie de la mère ou quand le fœtus n’est pas viable

Chili. Avec la fermeture des frontières en lien avec la pandémie, les avortements clandestins sont encore plus dangereux qu’avant. Au Chili l’interruption de grossesse n’est autorisée que dans trois cas : viol, danger pour la vie de la mère ou quand le fœtus n’est pas viable. Hors de ces cas de figure, les femmes qui y ont recours risquent jusqu’à cinq ans de prison. On compte entre 60 000 et 200 000 avortements clandestins par an au Chili, selon les associations. Beaucoup de femme trouvaient sur internet des pilules avortives qui ne sont plus en vente aujourd’hui parce que les fournisseurs ne peuvent plus s’en procurer, et les prix ont augmenté au point de rendre l’achat inaccessible pour la plus part des habitants. Pour douze comprimés de misoprostol, le médicament considéré au Chili le plus sûr pour avorter chez soi, il faut maintenant débourser jusqu’à 300 000 pesos, pas loin de 400 dollars, soit presque un salaire minimum au Chili, environ trois fois plus qu’avant la pandémie. Des associations féministes craignent une forte hausse de la mortalité des femmes qui avortent.

#1364 vu sur www.rfi.fr

Cameroun, Nguetchewe : au moins 19 personnes (17 dans le camp et les 2 kamikazes) ont été tuées lors d’une attaque qui a visé un camp de déplacés, selon les autorités locales

Cameroun, Nguetchewe. D’après les autorités locales, au moins 19 personnes (17 dans le camp et les 2 kamikazes) ont été tuées lors d’une attaque qui a visé un camp de déplacés dans ce village de l’Extrême-nord camerounais, frontalier avec le Nigeria. Il s’agirait d’un attentat qui n’est pas revendiqué mais est attribué par les autorités à Boko Haram. « Après avoir attaqué les membres du comité de vigilance local et d’autres civils deux kamikazes ont actionné des charges explosives», a précisé le gouvernement camerounais. Plus de 1.500 personnes ont fui vers la localité voisine de Mozogo selon le HCR.

#1387 vu sur www.aa.com.tr

France, Paris : alors que l’inquiétude d’un rebond de l’épidémie grandit, le gouvernement annonce pour la rentrée un assouplissement global des mesures dans les écoles si elles entravent la “bonne marche” des établissements scolaires

France, Paris. Alors que le masque devient obligatoire en extérieur dans certains quartiers de la capitale, le ministère de l’Education rend discrètement publiques les mesures de protections sanitaires prévues pour la rentrée scolaire et diffusées aux directeurs d’établissements depuis le 20 juillet : il s’agit d’un assouplissement global des mesures de protection, du moins quand elles pourraient entraver la “bonne marche” des établissements scolaires. Ainsi la distanciation physique sera à respecter dans les classes “quand elle est possible”, c’est-à-dire sûrement pas dans les classe surchargées à 30 ou 35 élèves… Le port du masque serait obligatoire et le ministère affirme avoir un stock suffisant jusqu’au mois de décembre pour en fournir aux enseignants, mais pas aux élèves. Les universités vont rouvrir, elles aussi avec des mesures assouplies. Alors qu’en Italie, des dizaines de milliers d’enseignants sont embauchés pour obtenir des demi-classes qui doivent permettre aux élèves de rester éloignés les uns des autres pendant les heures de cours, la France choisit… de ne rien changer finalement !

#1384 vu sur www.sudouest.fr

Brésil, Sao Paulo : un procès devant la cour suprême du pays met en débat la question de définir la politique actuelle vis à vis des populations autochtones comme un génocide

Brésil, Sao Paulo. Un procès devant la cour suprême du pays met en débat la question de définir la politique actuelle du gouvernement vis à vis des populations autochtones comme un génocide. «Il n’est pas exagéré d’avertir ce tribunal que nous avons un risque sérieux de génocide» affirme l’avocat Luiz Eloy Terena, lui-même autochtone, lors d’une audience en ligne de la Cour suprême. Il s’appuie sur le nombre alarmant de morts dans les populations autochtones et la politique gouvernementale qui ne permet pas de protection sanitaire pour ces populations et contribue au contraire sciemment à y favoriser la diffusion du virus. A ce constat s’ajoute le fait que, comme l’a montré un rapport de l’Institut socio-environnemental du Brésil en juin, pour les groupes isolés, le virus pose «un risque d’extermination de tout le groupe», avec un taux de mortalité bien supérieur au reste de la population. En réponse, la Cour suprême du Brésil a rendu une décision constatant le défaut de protection et forçant le gouvernement à protéger les peuples autochtones pendant la pandémie. Plus précisément, il a ordonné au gouvernement de

1) créer des barrières dites sanitaires, empêchant des tiers de pénétrer sur les terres autochtones;

2) créer une «salle de situation» où les responsables gouvernementaux et les représentants des peuples autochtones pourraient constamment discuter et actualiser un tel plan;

3) inclure dans le système de santé les terres autochtones qui ne sont pas encore officiellement reconnues comme telles par l’État;

et 4) adopter des mesures urgentes pour contenir et isoler les envahisseurs des terres autochtones, en particulier les mineurs illégaux.

Mais cette décision se fonde sur la possibilité de négociations et donc sur une relative “bonne volonté” supposée de Bolsonaro, hypothèse qui semble démentie par le fait que le jour suivant, le gouvernement a suspendu les actions répressives contre les mineurs illégaux dans les terres autochtones du nord-est de l’État de Pará. La décision de la cour suprême intervient quelques jours après que la Commission interaméricaine des droits de l’homme a également demandé à l’État brésilien de protéger les peuples autochtones pendant la pandémie, en particulier deux d’entre eux pour lesquels la situation est particulièrement critique : elle a recommandé «l’adoption des mesures nécessaires pour protéger les droits à la santé, à la vie et à l’intégrité personnelle des membres des peuples autochtones Yanomami et Ye’kwana» et a ordonné la mise en œuvre de “mesures préventives contre la propagation du COVID-19, en plus de leur fournir des soins médicaux adéquats”. Par ailleurs, cinq demandes sont déposées à la Cour pénale internationale pour ouvrir des enquêtes préliminaires pour “incitation au génocide” et “crimes contre l’humanité”.

#1400 vu sur www.americasquarterly.org

Rwanda : plus de 70 000 personnes ont été interpellées en deux semaines pour non respect des directives sanitaires, puis transférées dans un stade où elles ont dû rester plusieurs heures sans bouger à écouter les consignes à respecter

Rwanda. D’après les chiffres officiels, plus de 70 000 personnes ont été interpellées en l’espace de deux semaines pour avoir enfreint les directives du gouvernement concernant la lutte contre le Covid-19 (y compris le masque mal mis…). La plupart des contrevenants sont amenés dans des stades ou d’autre lieux ouverts où ils restent plusieurs heures à un endroit fixe sans pouvoir bouger, avec l’obligation d’écouter les consignes sanitaires diffusées par des haut parleurs, avant d’être relâchés. L’idée est que la punition serait plus efficace que l’amende. Des associations de défense des droits dénoncent des détentions sans procédure régulière ni autorité légale. Pour la police, il ne s’agit pas d’arrestation, mais de sensibilisation. Dans un tweet, le ministère de la gouvernance locale parle bien quant à lui de « punition ». Le Rwanda a enregistré environ 2000 cas de Covid-19 pour seulement 5 morts depuis le début de la pandémie, selon les données officielles du gouvernement. Depuis quatre mois, le pays a pris des mesures parmi les plus strictes du continent. Il est toujours le seul pays d’Afrique subsaharienne à être inscrit sur la liste des pays considérés comme « sûrs » par l’Union européenne.

#1382 vu sur www.rfi.fr

Portugal, Maroc : les deux Etats se sont entendus pour “renforcer et intensifier la coopération dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la migration irrégulière et la traite des êtres humains”

Portugal, Maroc. Les deux Etats se sont entendus lors d’une rencontre de leurs ministres de l’intérieur, pour “renforcer et intensifier la coopération dans le domaine de la prévention et de la lutte contre la migration irrégulière et la traite des êtres humains”. Depuis décembre 2019, la police maritime et la garde nationale portugaises ont intercepté 69 migrants arrivant au Portugal depuis le Maroc.
Il s’agit s’empêcher que s’installe ce qui apparaît comme une nouvelle voie d’entrée en Europe.

#1367 vu sur www.infomigrants.net

Espagne, Murcia : un migrant de 42 ans originaire du Nicaragua et travaillant comme saisonnier dans une plantation de pastèques est mort de déshydratation

Espagne, Murcia. Un migrant de 42 ans originaire du Nicaragua et travaillant comme saisonnier dans une plantation de pastèques est mort de déshydratation. Comme dans la plupart des ces exploitations agricoles, il devait travailler des heures sous un soleil de plomb, apparemment sans eau. Les patrons de l’exploitation n’ont pas appelé d’ambulance et ne l’ont secouru que très tardivement, attendant que tout le monde ait fini de travailler pour l’emmener. Il a ensuite été abandonné à l’extérieur d’un centre de soin alors qu’il était inconscient. Il est décédé peu après. Dans ces plantations de pastèques, le travail dure de 7 heures du matin à 18 heures en plein soleil et le salaire dépend du rendement de l’ouvrier et tourne autour de 5 euros de l’heure. Six euros sont déduits pour les frais de transport en camionnette… « On est humiliés ici. Ils me traitent d’âne, ils me crient dessus, ils me disent que je suis lent », s’était plaint la personne qui est décédée auprès de sa sœur lors d’un appel téléphonique. Les forces de l’ordre ont interpellé samedi soir un Équatorien de 50 ans, propriétaire de l’agence de travail temporaire qui avait engagé le défunt. Le propriétaire de l’exploitation comme les responsables sur place le jour du drame n’ont pour l’instant pas été inquiétés. Le rapatriement du corps coûtera quelques 5000 euros à sa femme et ses enfants restés au Nicaragua…

#1389 vu sur www.lematin.ch

France, Clichy Sous Bois : des caméras ont été installées dans la piscine Rosa Parks pour contrôler le respect de la distanciation sociale, elles alertent en temps réel les maîtres nageurs si les baigneurs sont trop proches

France, Clichy Sous Bois. Des caméras ont été installées dans la piscine Rosa Parks pour contrôler le respect de la distanciation sociale. 16 caméras perchées au dessus du grand bassin alertent en temps réel les maîtres nageurs si les baigneurs sont trop proches. Il s’agit du système inventé par l’entreprise Poséidon installée à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine. L’écran électronique accroché au bout du bassin passe du vert au rouge si des nageurs sont à moins de 1,50 m les uns des autres. Un algorithme a été développé pour compter les nageurs et donc pour faire respecter la distance obligatoire. Il s’agit au départ d’un dispositif de détection de noyades qui a été adapté à la crise sanitaire en cours.

#1381 vu sur actu.fr

Vénézuela, Tachira : les personnes qui enfreignent les règles sanitaires sont obligées de faire des travaux pénibles, avec parfois un panneau punitif dans le dos

Vénézuela, Tachira. Les personnes qui enfreignent les règles sanitaires sont obligées de faire des travaux pénibles. Des habitants ont ainsi été contraints de travailler à la construction d’une route surveillés par les forces de l’ordre, comme une forme de punition pour ne pas porter de masque, certains avec une pancarte dans le dos indiquant : « Je dois faire des travaux d’intérêt général pour ne pas porter de masque facial ». D’autres mesures de rétorsion sont aussi employées, comme l’obligation de faire des pompes, ou l’obligation de participer à la campagne de promotion des règles sanitaires en récitant un texte moralisateur.

#1379 vu sur news-24.fr

Bolivie : dans le cadre du mouvement de contestation qui s’amplifie avec un mot d’ordre de grève générale “pour la défense de la vie et de la démocratie”, plus de 75 autoroutes et routes ont été bloquées à travers le pays

Bolivie. Dans le cadre du mouvement de contestation qui s’amplifie avec un mot d’ordre de grève générale “pour la défense de la vie et de la démocratie en Bolivie”, plus de 75 autoroutes et routes ont été bloquées à travers le pays. Les syndicats soulignent que leur revendication n’est plus seulement des élections démocratiques, mais aussi la destitution immédiate de tout le gouvernement mis en place par le coup d’État.

#1375 vu sur www.pressenza.com

Italie, Vintimille : sur décision préfectorale, le camp de transit pour migrants Roya, géré par la Croix Rouge italienne, a été démantelé,

Italie, Vintimille. Sur décision préfectorale, le camp de transit pour migrants Roya de Vintimille, géré par la Croix Rouge italienne, a été démantelé. La trentaine de migrants restants dans les lieux ont été transférés vers d’autres centres d’accueil de la région. Les autorités italiennes ont mis en avant la crise du coronavirus pour justifier cette fermeture. À Vintimille, il n’est pas rare de voir des migrants trouver refuge dans des bâtiments abandonnés, au bord du fleuve qui traverse la ville ou sur les plages, pour passer la nuit. Selon les associations, entre 100 et 200 personnes sont dans ce cas chaque jour.

#1374 vu sur www.infomigrants.net

Israel, Tel Aviv : la vague de protestation contre Netanyahou s’intensifie, les jeunes de 25 à 35 ans sont particulièrement présents dans les manifestations

Israel, Tel Aviv. Alors que le taux de chômage augmente dans de fortes proportions, la vague de protestation contre Netanyahou, soupçonné de corruption, et la politique de son gouvernement s’intensifie. Des manifestations importantes ont à nouveau eu lieu le 1er août dans la capitale et à Jérusalem devant sa résidence. Après avoir qualifié les protestataires d’« anarchistes », le chef du gouvernement réagit en appelant à la répression d’un processus qu’il qualifie d’anti démocratique et de favoriser la diffusion de l’épidémie. Les jeunes de 25 à 35 ans sont particulièrement présents dans les manifestations.

#1354 vu sur www.lepoint.fr

Emirats Arabes Unis : la compagnie Emirates Airlines fait la publicité de son assurance COVID-19 qui couvre les frais médicaux, de quarantaines et de funérailles en cas de test positif suite à un vol sur ses lignes

Emirats Arabes Unis. La compagnie Emirates Airlines propose une assurance COVID-19 à ses passagers, allant bien d’au-delà de la logique de sécurisation pour donner leur donner confiance par des mesures sanitaires renforcées. L’assurance d’Emirates stipule que si l’un de ses passagers reçoit un diagnostic de COVID-19 pendant son voyage, la compagnie aérienne basée à Dubaï couvrira ses frais médicaux, jusqu’à 150 000 € (environ 176 000 $), 100 € (118 $) par jour pour les frais de quarantaine – comme une chambre d’hôtel – pendant un maximum de deux semaines et 1500 € (environ 1765 $) pour les funérailles en cas de décès. Cette démarche s’inscrit dans la tendance en cours depuis quelques temps, à développer la communication autour des assurances contractées avec l’achat d’un produit, et de l’assurance en général. Ainsi, l’an dernier, les dépenses publicitaires dans le secteur de l’assurance ont atteint 7 milliards de dollars aux Etats Unis, soit environ 2,7% de toutes les dépenses publicitaires américaines. Il s’agit d’attirer l’attention du consommateur sur un aspect de ses achats et de l’organisation de sa vie qu’il souhaite plutôt ne pas prendre en compte en tant que tel. Pour vendre ce produit qui manque d’attrait en lui-même, l’agence GEICO par exemple a a lancé une campagne loufoque pour injecter de l’humour dans l’imagerie endormie et conservatrice de l’assurance. Depuis que cette campagne a fonctionné, les assureurs rivalisent d’ingéniosité dans le domaine. Il n’en reste pas moins que c’est la première fois qu’une marque propose des services d’enterrement comme incitation à l’achat…

#1348 vu sur www.forbes.com

France, Paris : un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué, certains au gymnase Japy et d’autres en hôtel sociaux

France, Paris. Un campement qui abritait depuis plus d’un mois plus de 70 jeunes mineurs étrangers dans le square Jules Ferry a été évacué. Quarante-huit d’entre eux ont été conduits vers le gymnase Japy, dans le XIe arrondissement. Trente autres, considérés comme plus vulnérables en raison de pathologies médicales – dont sept jeunes filles – ont été logés en hôtels sociaux. La plupart d’entre eux sont en attente de recours parce que l’administration de plusieurs département les considère comme majeurs (le plus souvent suite à des tests osseux plus que douteux) et aucun hébergement n’est prévu en attendant que leurs recours soient audiencés. Les associations, comme MSF, qui demandent que ces jeunes soient considérés comme mineurs le temps de leur recours disent “accepter” qu’ils soient logés transitoirement au gymnase Japy. Un accord a, par ailleurs, été trouvé avec la mairie de Paris pour qu’un dispositif destiné à ces jeunes en recours soit créé : un site a récemment “été trouvé” et l’État est en discussion avec une association susceptible de le gérer. Ce serait une première en France.

#1362 vu sur www.infomigrants.net

Chili, Collipulli : des manifestations et incendies ont lieu en soutien aux détenus Mapuche actuellement en grève de la faim

Chili, Collipulli. Des manifestations ont lieu pour soutenir les membres de la communauté Mapuche qui sont en grève de la faim en prison, au cours desquelles des dégradations diverses ont eu lieu comme des jets de pierres contre des maisons et le bureau du procureur et l’incendie d’un camion dans une station service. Une personne aurait été arrêtée en flagrant délit.

#1349 vu sur www.biobiochile.cl

France, Perpignan : l’œdicnème criard, une espèce d’oiseau protégée, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire…

France, Perpignan. Un couple de petits oiseaux d’une espèce protégée, des œdicnème criard, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire de Perpignan à proximité de Mas de la Guarrigue. Le site est déjà constructible, et les voix d’accès et les réseaux sont installés parce qu’Ikéa envisageait de s’y implanter il y a quelques années. La présence de ce petit oiseau a été détectée lors de l’inventaire obligatoire mené sur le site pour y recenser la faune et de la flore et, en tant qu’espèce protégée, il ne peut pas être tué ou chassé des lieux. La seule solution pour commencer le chantier est d’obtenir un arrêté qui autorise son élimination. La communauté urbaine de Perpignan aurait déjà fait des propositions auprès de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) pour proposer des “compensations environnementales” à cette destruction programmée, au nom de l’urgence de cette construction à cause de la vétusté de la prison actuelle.France, Perpignan. Un couple de petits oiseaux d’une espèce protégée, des œdicnème criard, est en train de retarder de plusieurs mois le projet de construction du nouveau centre pénitentiaire de Perpignan à proximité de Mas de la Guarrigue. Le site est déjà constructible, et les voix d’accès et les réseaux sont installés parce qu’Ikéa envisageait de s’y implanter il y a quelques années. La présence de ce petit oiseau a été détectée lors de l’inventaire obligatoire mené sur le site pour y recenser la faune et de la flore et en tant qu’espèce protégée, il ne peut pas être tué ou chassé des lieux. La seule solution pour commencer le chantier est d’obtenir un arrêté qui autorise son élimination. La communauté urbaine de Perpignan aurait déjà fait des propositions auprès de la Dreal (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) pour proposer des “compensations environnementales” à cette destruction programmée, au nom de l’urgence de cette construction à cause de la vétusté de la prison actuelle.

#1363 vu sur www.francebleu.fr

Etats Unis, Ware : violente révolte des détenus de la prison qui sont sortis de leurs cellules en profitant de systèmes de fermeture défectueux, ont frappé des matons et ouvert d’autres cellules.

Etats Unis, Ware (Georgie). Une violente révolte a lieu dans la prison pendant le week-end. Les détenus sont sortis de leurs cellules en profitant de systèmes de fermeture défectueux. Un maton a été enfermé dans une cellule et frappé à la tête, tandis qu’un autre a été battu et poignardé avant que les détenus n’utilisent les clés pour laisser sortir d’autres personnes enfermées, d’après les matons. Ils ont aussi raconté qu’une voiturette de golf avait été incendiée, des fenêtres brisées et que les détenus avaient saisi des masques à gaz, des boucliers anti-émeute, des radios des gardiens et au moins un Taser, qui avait été tiré sur des agents, pendant le chaos. Au moins trois prisonniers ont été blessés avant que la situation ne soit jugée “maîtrisée” à 1 heure du matin. Un gardien est resté hospitalisé lundi et deux autres démissionnent, attribuant la cause des événements au manque de personnel en lien avec la pandémie dans une prison qui enferme plus de 1500 personnes. La situation dans la prison a été très tendue ces dernières semaines ces dernières semaines parce que l’établissement a été placé en lock-out après qu’un homme purgeant une peine d’homicide involontaire a été tué dans ce que les responsables ont qualifié de bagarre avec un autre prisonnier. Par ailleurs, les détenus de Ware disent avoir peur que le système pénitentiaire ne les protège pas du COVID-19. Près de 1000 détenus dans les prisons de Géorgie ont été testés positifs et 33 sont décédés, dont deux dans l’État de Ware, selon les registres de l’État.

#1361 vu sur www.ajc.com

Etats Unis, Iowa Park : une grève de la faim initiée par 141 prisonniers se poursuit depuis plus d’un mois dans l’unité Allred, les détenus font sortir des revendications en 13 points et appellent au soutien

Etats Unis, Iowa Park (Texas). Une grève de la faim, qui a commencé avec 141 prisonniers et à laquelle de nombreux autres participent depuis, se poursuit depuis le 4 juillet dans l’unité Allred de la prison. Le groupe de grévistes, qui se fait appeler «Team One», a publié un programme en 13 points qui aborde toute une série de problèmes, allant de l’amélioration immédiate des conditions (la nourriture, le rapport à la télévision, aux téléphones, etc.), jusqu’à des changements plus larges concernant les politiques d’admissibilité à la libération conditionnelle dans l’Etat, le paiement du travail pénitentiaire et le profilage raciste des prisonniers qui se voient attribuer le statut de STG ou de gang. La prison a réagi par diverses mesures de rétorsion comme des coupures d’eau, des brouillages intentionnels de téléphones, des fouilles punitives, etc. Les prisonniers en lutte ont fait sortir une demande de soutien à l’extérieur qui peut être lue ici

#1360 vu sur itsgoingdown.org

France, Paris : la préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installés à l’initiative d’une association humanitaire,

France, Paris. La préfecture de police a évacué un campement de plus de 200 migrants installé à l’initiative de l’association humanitaire d’aide aux migrants Utopia 56 devant la mairie pour réclamer un hébergement. L’association avait choisi de mettre en avant uniquement des familles avec enfants, espérant ainsi obtenir plus facilement un relogement. On retrouve parmi celles-ci de nombreux migrants qui dormaient auparavant dans les campements qui ont été expulsés cet été à Aubervilliers et Saint Denis, où résidaient aussi un grand nombre de célibataires. S’opposant à l’évacuation une fois celle-ci terminée; la mairie profite de l’occasion pour annoncer que les familles “seront accueillies au chaud à la mairie dans l’attente de solutions d’hébergement”, ce qui ne propose en aucun cas une solution pérenne aux migrants sans logements (ces familles là et tous les autres….)

#1495 vu sur www.huffingtonpost.fr

Royaume Uni : le gouvernement britannique appelle la France à durcir ses mesures pour empêcher la traversée de la Manche par les migrants

Royaume Uni. Le gouvernement britannique appelle la France à durcir ses mesures pour empêcher la traversée de la Manche par les migrants alors que de plus en plus d’embarcations illégales arrivent chaque jour sur les côtes anglaises (202 en une seule journée la semaine dernière). Le secrétaire d’État britannique à l’immigration suggère notamment des interceptions en mer et un retour direct des bateaux sur le sol français.

#1352 vu sur www.rfi.fr

Italie, Bologne : une détenue du quartier des femmes de la prison a mis le feu à sa cellule et attaqué le maton qui est intervenu pour éteindre l’incendie

Italie, Bologne. Une détenue du quartier des femmes de la prison de Bologne à Dozza a mis le feu à sa cellule et attaqué le maton qui est intervenu pour éteindre le feu. Un autre agent a été intoxiqué par la fumée. Un syndicat de la police pénitentiaire explique que les deux matons ont eu besoin d’une hospitalisation. Le syndicat demande que les matons soient équipés de Taser et de boucliers ainsi que le régime fermé pour les détenus qui ne respectent pas le règlement et qui agressent le personnel.

#1351 vu sur bologna.repubblica.it

France, Rennes : les policiers se font attaquer à plusieurs reprises alors qu’ils sont en intervention, une voitures avec un policier à l’intérieur est caillassée et une autre vide est dégradée.

France, Rennes. Les policiers se font attaquer à plusieurs reprises alors qu’ils sont en intervention. Un groupe d’adolescents caillasse une voiture de police en stationnement avec un policier à l’intérieur, et une autre voiture subit des dégradations alors que les policiers sont en intervention dans le quartier du Blosne tout près d’un poste de police. « On s’attaque à la police sans aucune raison valable », déplore Magali Marquer, secrétaire départementale d’Unité SGP Police, au mépris de toute prise en compte de ce que fait quotidiennement la police et du contexte…

#1350 vu sur

Allemagne, Berlin : plus de 20 000 manifestants ont défilé contre les restrictions sanitaires, rassemblant des libertariens, des militants anti-vaccins, et un groupe d’extrême droite, des affrontements ont lieu avec des contre-manifestants

Allemagne, Berlin. Plus de 20 000 manifestants ont défilé contre les restrictions sanitaires mises en place par le gouvernement pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Cette mobilisation, qui a eu lieu suite à un appel intitulé : “La fin de la pandémie – Jour de la liberté”, a rencontré des contre-manifestants anti-fascistes, dont un cortège de “grands-mères contre l’extrême droite”, qui ont insulté les militants, les qualifiant de “nazis”. La devise de la manifestation, “Jour de la liberté”, est effet le titre d’un film de la réalisatrice nazie Leni Riefenstahl sur la conférence du parti d’Adolf Hitler NSDAP en 1935. Selon l’agence Reuters, la manifestation a été très hétérogène et a notamment rassemblé des libertariens, des militants anti-vaccins, ainsi qu’un groupe de membres de l’extrême droite allemande. Hostiles aux mesures restreignant les libertés individuelles pour combattre le Covid-19, les manifestants ont défilé sans précautions sanitaires et sont descendus vers la porte de Brandebourg au cri de : “Nous sommes la deuxième vague”, “résistance” ou encore “la plus grande théorie conspirationniste est la pandémie du nouveau coronavirus”. Des affrontements ont eu lieux entre les manifestants et la contre manifestation qui s’est tenue dans le quartier de Neukoln, avant que la police ne les disperse à grand renfort de grenades désencerclantes et de projectiles en caoutchouc.

#1346 vu sur www.francetvinfo.fr

France : au moins 10 bidonvilles où habitaient 441 personnes ont déjà été expulsées depuis le 10 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale

France. Les expulsions de bidonvilles se multiplient. Au moins 10 bidonvilles où habitaient 441 personnes ont déjà été expulsées depuis le 10 juillet, date de la fin de l’état d’urgence sanitaire et de la trêve hivernale, et au moins 36 autres (soit environ 2 000 personnes, principalement des Roms), risquent de l’être en août. Plusieurs associations alertent sur la situation qui empire encore la situation sanitaire des expulsés, et pointent le fait que ces populations ne sont pas couvertes par les instructions données par le ministère du logement début juillet concernant les sans abris.

#1357 vu sur www.leparisien.fr