Présentation

Sont réunies ici toutes les informations que nous pouvons trouver concernant les lieux d’enfermement durant le confinement : prisons, centres fermés pour mineurs, centres de rétention administrative, zones d’attente, camps où sont enfermés les migrants et sans-papiers, mais aussi ehpad et hôpitaux psychiatriques. Certaines structures ou institutions (au sens large) peuvent aussi du jour au lendemain se carcéraliser et constituent déjà des lieu où la gestion de l’État se fait très pressante pour ceux qui s’y retrouvent, c’est le cas des foyers de travailleurs ou des foyers gérés par l’Aide sociale à l’enfance, mais nous examinerons aussi tout ce qui peut filtrer des ravages de l’enfermement dans le cadre de la famille, qui touche déjà nombre de femmes et d’enfants, ainsi que les populations les plus fragiles, à la merci de la gestion par les flics de la crise sanitaire : les populations les plus précaires, les populations des bidonvilles, les personnes sans domiciles fixes. A travers la question de l’enfermement dans le confinement, nous cherchons à rendre compte de ce que fait la gestion de l’État à ceux qui sont ou se retrouvent le plus à sa merci. C’est pourquoi seront aussi inclues les informations qui concernent la gestion des corps post mortem, car c’est aussi avec ces données qu’on peut comprendre à la fois l’ampleur de ce qui se passe et les différentes formes que prend cette gestion. Nous avons conscience que l’angle que nous choisissons est partiel : nous ne répertorions pas ici l’intégralité des infos concernant les révoltes ou les attaques contre la répression et le contrôle qui accompagnent la gestion du confinement, avec lesquelles nous sommes bien sûr plus que solidaires. Mais, dans la situation particulière qui n’a pas encore fini de durer, il nous semble pertinent de mettre en évidence ce qui se passe à travers cet axe là. Et, plus généralement, de comprendre comment se passe la gestion d’Etat dans les lieux où il n’y a plus aucun contact direct des personnes enfermées avec aucun extérieur.

Continuer la lecture de « Présentation »

Maroc, Casablanca : en plus du couvre-feu, les forces de l’ordre patrouillent pour remettre en place le confinement et les établissements scolaires restent fermés

Maroc, Casablanca. La ville est verrouillée face à l’extension de la pandémie de coronavirus et les forces de l’ordre patrouillent pour remettre en place le confinement. Le ministre de la Santé estime que le pays « risque d’être submergé par le virus du Covid-19 ». Dimanche 6 septembre, le pays a enregistré plus de 2 000 nouveaux cas de contamination, dont 42% dans la région de Casablanca. En plus du couvre-feu, les établissements scolaires restent fermés pendant au moins quinze jours.

#1528 vu sur rfi.fr

France, Maubeuge : deux véhicules du SPIP ont été incendiés sur le parking du centre pénitentiaire

France, Maubeuge. Deux véhicules ont été incendiés vers 2h30 du matin sur le parking du centre pénitentiaire. Selon un syndicaliste de Force ouvrière pénitentiaire, il s’agit apparemment d’un acte volontaire puisque “une brique a été retrouvée dans l’une des voitures”. Les véhicules appartiennent au Service pénitentiaire d’insertion et de probation et étaient stationnés sur le parking réservé au personnel de l’établissement. Pour le syndicaliste, il s’agit ni plus ni moins que d’un “coup de pression. C’est pour dire aux personnels que si on ne peut pas les atteindre à l’intérieur, on peut les avoir à l’extérieur” .

#1527 vu sur lobservateur.fr

Israël : un reconfinement national de trois semaines est annoncé par le gouvernement

Israël. Après avoir imposé un couvre-feu à une quarantaine de villes la semaine dernière, le gouvernement annonce un reconfinement national de trois semaines, qui entre en vigueur le jour de Rosh Hashana (nouvel an) et alors que plusieurs fêtes religieuses seront affectées par la mesure. Le pays devient ainsi la première “économie développée” à prendre une telle mesure pour freiner une seconde vague de contamination.

Israeli police officers clash with Ultra Orthodox Jewish men during a protest against the enforcement of coronavirus emergency regulations, in the Ultra Orthodox jewish neighborhood of Mea Shearim, Jerusalem, October 4, 2020

#1526 vu sur ouest-france.fr

Algérie : les autorités coupent l’accès aux réseaux sociaux dans tout le pays pour empêcher la triche aux examens

Algérie. L’accès aux réseaux sociaux est coupé dans tout le pays pour empêcher la triche aux examens, reportés pour cause de Covid. Le phénomène de fraude au brevet et au baccalauréat a pris de l’ampleur ces dernières années en Algérie, et les autorités ont adopté des sanctions pénales criminalisant la triche et la sanctionnant de prison ferme. Le code pénal, amendé en avril, criminalise “l’atteinte aux examens et concours” et toute personne impliquée dans la fraude aux examens encourt une peine allant d’un à 15 ans de prison. Selon le ministère de la Justice, les tribunaux du pays ont commencé à prononcer “les premières peines d’emprisonnement” pour des faits liés à la fuite de sujets du Brevet d’enseignement moyen (BEM), qui a eu lieu du 7 au 9 septembre, mais aussi à la diffusion de corrigés et à la “triche”. Un lycéen algérien s’est ainsi vu infliger une peine d’un an de prison pour avoir diffusé le corrigé d’une épreuve du brevet. Une autre personne, accusée d’avoir fait “fuiter le sujet de langue arabe par téléphone portable”, a été placée en détention provisoire par le tribunal de M’sila.

#1525 vu sur ouest-france.frr

France : le collectif des “stylos rouges” diffuse une carte des fermetures de classes et d’écoles suite à des cas de covid

France. Alors que le gouvernement ne diffuse que des informations très partielles sur l’état des contaminations dans les établissements scolaires, le collectif des “stylos rouges” diffuse une carte des fermetures de classes et d’écoles suite à la découverte de cas de covid qui peut être renseignée par les parents ou enseignants en cas de fermeture. Elle peut être consultée ici.

#1524 vu sur mediapart.fr

Etats-Unis, Lancaster : Des manifestations éclatent suite à la mort d’un homme tué par la police

Etats Unis, Lancaster (Pennsylvanie). Des manifestations éclatent suite au décès d’un jeune homme de 27 ans atteint d’autisme, qui, d’après la police, se serait précipité avec un couteau sur un policier alors qu’il intervenait pour un “trouble domestique” opposant cet homme à sa mère. Le policier a tiré plusieurs balles et l’homme a été laissé plusieurs heures au sol après son décès. Des épisodes émeutiers ont eu lieu et de nombreux manifestants ont rejoint le poste de police du sud-ouest de Lancaster City en scandant “Ne tirez pas”, avec des incendies de mobilier urbain et diverses dégradations.

#1523 editions.cnn.com

Singapour : des “vols vers nulle part” mis en place pour aider les compagnies aériennes

Singapour. Pour aider les compagnies aériennes à survivre à l’année 2020 le gouvernement évoque la possibilité d’affréter des vols qui décolleraient et atterriraient au même endroit 3 heures plus tard, soit… « des vols pour nulle part ». Une compagnie taïwanaise a déjà proposé cette année des « vols pour nulle part » mais Singapour songe à aller plus loin et à proposer des offres en partenariat avec des hôtels pour réaliser des “staycations”, un mot-valise anglais que l’on peut traduire par « vacances à la maison ». Une étude réalisée sur plus de 300 Singapouriens met en confiance la compagnie aérienne. Les trois quarts ont déclaré être prêts à payer pour un de ces « vols vers nulle part » et près de la moitié sont prêts à débourser 360 euros pour un siège en classe affaires.

#1522 vu sur rfi.fr

France : l’application de traçage StopCovid continue de se déployer sans qu’aucune évaluation de la part de la Cnil n’ait lieu

France. Des nouvelles de StopCovid, qui ne sert décidément pas à grand chose mais continue pourtant “son déploiement”. Fin août, StopCovid n’avait permis d’alerter que 72 personnes qu’elles étaient des cas contacts d’une personne contaminée et rien ne permet de savoir si parmi les 72 cas contacts notifiés en trois mois d’existence de StopCovid, se trouvaient bien un ou plusieurs cas de Covid-19. Un peu plus de 1 100 personnes s’étaient déclarées positives dans l’application. Par ailleurs, si le nombre de téléchargements cumulés de StopCovid est resté stable – autour de 2 millions –, on ne connaît pas le nombre de désinstallations… Le temps passe et la Cnil qui avait pourtant affirmé suspendre son jugement en fonction d’une évaluation de l’efficacité du dispositif ne prend pas acte de la situation, les organismes d’évaluation s’appuyant sur le faible nombre d’utilisateur pour considérer que cette évaluation n’est pas possible… Kafka n’est pas loin !

#1521 vu sur acteurspublics.fr

Royaume-Uni : le gouvernement interdit les rassemblements de plus de 6 personnes

Royaume Uni. Le gouvernement interdit les rassemblements de plus de 6 personnes alors qu’ils étaient jusque-là limités à 30. Il y a une poussée de cas de Covid dans le pays avec plus de 3 300 contaminations ces derniers jours, soit trois fois plus qu’il y a un mois. Comme partout en Europe, il s’agit d’éviter un second confinement général. Comme partout aussi cette limitation comporte des exceptions de taille : elle ne s’applique pas aux foyers qui comptent plus de six personnes, aux écoles, lieux de travail ou aux mariages et enterrements. Un Londonien témoigne : « Nous, on est une famille de cinq, ce qui veut dire qu’on peut voir une personne en plus, mais c’est un problème avec mes parents qui sont deux et du coup nos enfants craignent de ne pas pouvoir voir leurs grands-parents. Le problème, c’est que d’un côté le gouvernement nous dit “sortez, allez au pub, allez au travail, renvoyez vos enfants à l’école” et de l’autre, ils disent “oh, il faut tout changer”. C’est la panique et c’est vraiment contradictoire ». La mesure est d’autant plus impopulaire que les autorités ont prévu des amendes allant de 110 euros jusqu’à 3 500 euros en cas de récidive, et incitent les Britanniques à dénoncer les contrevenants en appelant une ligne spéciale.

#1520 vu sur rfi.fr

France, Champigny-sur-Marne : le commissariat a été attaqué avec des mortiers d’artifice et d’autres projectiles divers par une quarantaine de personnes

France, Champigny-sur-Marne. Une quarantaine de personnes ont pris pour cible le commissariat de Champigny-sur-Marne, avec des tirs de mortiers d’artifice et divers projectiles dont des boules de pétanques. Ce commissariat, situé au cœur d’une cité avait déjà été attaqué au mois d’avril. Parmi les nombreuses sources de tension récurrentes liées à la présence policière, la presse relève qu’un jeune homme habitant ce quartier a été récemment blessé par des agents “en tombant de son scooter”. Le Maire raconte que des mesures de pacification ont été tentées : “On a essayé d’apaiser le climat ces derniers jours et organisé des réunions entre des jeunes et la police.”, ce qui a manifestement échoué. En effet, le quartier était considéré comme une zone de “reconquête républicaine” expérimentant les bienfaits de “la police de sécurité du quotidien”, nouvelle forme de police de proximité supposée restaurer la confiance avec “les jeunes”. Cet événement donne lieu à une avalanche de discours sécuritaires affirmant qu’il faut instituer des peines plancher pour ceux qui s’attaquent aux forces de l’ordre et d’appels à autoriser les policiers à tirer à vue sur les adolescents.

# 1597 Sources presse diverses

La Corée du Nord a abattu un pêcheur Sud-Coréen qui se trouvait à bord d’un navire qui naviguait à proximité de l’île frontalière occidentale de Yeonpyeong

Corée du Nord. La Corée du Nord a abattu un pêcheur Sud-Coréen qui se trouvait à bord d’un navire qui naviguait à proximité de l’île frontalière occidentale de Yeonpyeong. L’homme a été tué puis incinéré avec de l’essence enflammée dans l’eau pour éviter une épidémie de coronavirus. Le commandant des forces américaines en Corée du Sud a affirmé que les autorités nord-coréennes ont donné l’ordre d’abattre les personnes qui tenteraient d’entrer dans le pays depuis la Chine, afin d’empêcher tout risque d’épidémie de coronavirus. Une « zone tampon » à la frontière a été créée, avec des soldats des forces spéciales prêts à tirer. La Corée du Nord a fermé ses frontières fin janvier, au moment où l’épidémie explosait en Chine, et a imposé des restrictions drastiques à sa population, notamment un confinement strict à des milliers de personnes.

#1553 vu sur ouest-france.fr

Etats Unis, Louisville : deux policiers ont été blessés par balle au cours de la manifestation contre le racisme et la police qui a eu lieu après l’inculpation d’un seul des trois policiers impliqués

Etats Unis, Louisville. Deux policiers ont été blessés par balle au cours de la manifestation contre le racisme et la police qui a eu lieu après l’inculpation d’un seul des trois policiers impliqués dans la fusillade ayant causé la mort de l’Afro-Américaine, Breonna Taylor. Au cours de la journée, des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’odre qui sont apparues lourdement armées et à la tombée de la nuit les manifestations ont tourné à l’émeute. Un manifestant a été interpellé pour les tirs sur les policiers.

#1552 vu sur ouest-france.f

Europe : la Commission européenne a publié son “Nouveau Pacte sur l’asile et la migration” qui remplace la notion “d’accueil” par celle “d’aide au retour”

Europe. La Commission européenne a publié son «Nouveau Pacte sur l’asile et la migration» qui propose un nouveau cadre politique et législatif aux politiques migratoires nationales et européennes. Le pacte remplace la notion d’accueil par celle “d’aide au retour”, donc propose comme si c’était dans l’intérêt des migrants, une série de mesures pour optimiser les expulsions. Il un système de «parrainage»: des pays de l’UE qui refusent d’accueillir des réfugiés tels que l’Autriche, la Pologne, la Hongrie ou la République tchèque pourront «parrainer» en aidant à financer l’expulsion des migrants vers leur pays d’origine, ce que le pacte assimile à une forme de solidarité. En dépit de toute considération sur “l’asile”, le pacte propose de faciliter l’expulsions de migrants potentiellement victimes de discrimination, de persécution et de torture dans leur pays de retour. Il incite aussi au renforcement de l’externalisation de la gestion des frontières en améliorant la coopération avec les pays tiers et en leur demandant de sceller leurs frontières et d’empêcher les gens de partir, ce qui se pratique déjà dans les balkans. Le pacte vise aussi à étendre les mécanismes d’évaluation des demandeurs d’asile et des migrants dans les pays où ils entrent pour la première fois pour permettre un «filtrage» effectué dans des camps de tri prévus à cet effet. Selon le nouveau système, les personnes seront identifiées dans un délai maximum de cinq jours et toute demande d’asile doit être traitée dans un délai de 12 semaines.

#1550 vu sur euromedrights.org

France, Bordeaux : des hospitalisations d’enfants pour des complications de Covid mettent en question la faible contagiosité des enfants sur laquelle se fond la politique sanitaire dans les établissements scolaires

France, Bordeaux. Des hospitalisations d’enfants pour des complications de Covid mettent en question la faible contagiosité des enfants sur laquelle se fond la politique sanitaire dans les établissements scolaires. Quatre enfants sont actuellement hospitalisés au CHU pour Covid-19 dont deux en réanimation. Un rapport du Haut conseil de la Santé publique, publié le 9 septembre sur le site de l’institution, concluait pourtant que “les enfants sont peu à risque de forme grave et peu actifs dans la transmission du SARS-CoV-2”. Du point de vue de leur potentiel de contagiosité, “le risque de transmission existe surtout d’adulte à adulte et d’adulte à enfant et rarement d’enfant à enfant ou d’enfant à adulte”, ajoutait le HCSP. “Les transmissions surviennent surtout en intra-famille ou lors de regroupements sociaux avec forte densité de personnes en dehors des établissements scolaires”. Mais l’état des connaissances sur le Covid-19 chez les enfants reste parsemé de zones d’ombre, malgré les messages qui se veulent rassurants. A l’échelle mondiale, la part des cas pédiatriques de Covid-19 est estimée entre 1 % et 5 % de l’ensemble des cas. Les statistiques françaises tendent à montrer que l’épidémie s’accélère aussi chez les plus jeunes depuis la mi-août. Depuis, la rentrée a eu lieu et on dénombre, à la mi-septembre, 89 écoles et plus de 2100 classes fermées suite à des cas de Covid-19. Des cas qui touchaient autant les adultes que les enfants. “Nous déclenchons à peu près 250 protocoles par jour. C’est-à-dire 250 suspicions de Covid-19”, indiquait le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer début septembre, accusant systématiquement des sources de contaminations externes aux établissements scolaires.

#1545 vu sur linternaute.com

Grèce, Samos : un incendie s’est déclaré dans le centre d’accueil et d’identification des demandeurs d’asile sur l’île de Samos, qui enferme environ 6 000 migrants

Grèce, Samos. 10 jours après l’incendie qui a ravagé le camp de la Moria à Lesbos, un incendie s’est déclaré dans le centre d’accueil et d’identification des demandeurs d’asile sur l’île de Samos, qui enferme environ 6 000 migrants. Trois conteneurs ont pris feu dans la zone réservée aux jeunes. Les camps de demandeurs d’asile en Grèce sont confinés depuis la mi-mars pour cause du Covid-19 alors que le reste du pays est retourné à la normalité début mai. Cette situation a fait monter les tensions surtout dans les camps surpeuplés sur les îles où le nombre des cas de nouveau coronavirus n’était toutefois que quelques dizaines jusqu’au début septembre. Selon les autorités, 21 cas du Covid-19 ont été détectés dans le camp de Samos jusqu’ici.

#1546 vu sur lefigaro.fr

Grèce, Lesbos : 9 000 des migrants qui vivaient dans le camp de la Moria avant l’incendie ont été installés dans un nouveau camp “temporaire” construit à la hâte sur un ancien champ de tir

Grèce, Lesbos. 9 000 des migrants qui vivaient dans le camp de la Moria avant l’incendie ont été installés dans un nouveau camp “temporaire” construit à la hâte sur un ancien champ de tir de l’île et prévu pour 8000 à 10000 personnes, qui pourrait être bien plus carcéral que le précédent. Parmi eux, plus de 200 ont déjà été testés positifs au coronavirus. La plupart d’entre eux, qui s’étaient installés ici ou là sur l’île, étaient réticents à rejoindre le nouveau camp, craignant d’être à nouveau enfermés, comme ils l’ont été pendant des mois dans le camp de Moria. Mais une opération de police appuyée par la menaces de ne pas traiter les demandes d’asile des récalcitrants, a poussé plusieurs milliers de réfugiés à entrer dans le nouveau camp. Suite aux tests effectués à leur arrivée, deux zones de quarantaine avec un enfermement renforcé ont été instaurées.

#1547 vu sur france24.com

France, Toulouse : 7 personnes ont été condamnées en comparution immédiate à deux mois de prison ferme avec mandant de dépôt suite à une arrestation pour tags et collage d’affiches

France, Toulouse. 7 personnes ont été condamnées en comparution immédiate à deux mois de prison ferme avec mandant de dépôt suite à une arrestation pour tags et collage d’affiches. Le communiqué qui appelle à la solidarité ainsi que les affiches en question sont à consulter ici . Ils sont donc à l’heure actuelle enfermés à la maison d’arrêt de Seysses. Ils sont accusés d’avoir collé des affiches contre les flics, les juges, les matons, les bourgeois, l’etat, le patriarcat…, p ar exemple « Le feu tue les virus… brûle ton comico » « Balance ton smartphone, pas ton voisin » « Ne relevons pas l’économie, détruisons là » « Avec ou sans masque, ce monde est irrespirable. Détruisons ce qui nous étouffe » « Crève les poukaves » « Squat ton préfet » « Plutôt mourir libre que vivre confiné » « la police tue, confinons la » « ACAB le pire des virus c’est l’autorité »… La ville de Toulouse ainsi que deux syndics de copropriété (dont la SOGEM) se sont portés partie civiles à l’audience. Alors que les personnes présentes dans la salle et à l’extérieur protestaient contre le verdict, le juge a demandé l’arrestation d’une d’entre elles pour « outrage à magistrat ».

#1549 vu sur https://iaata.inf

Cuba : une organisation de défense des prisonniers dénonce “le travail forcé” de médecins qui sont contraints de participer aux missions médicales internationales du pays

Cuba. L’organisation Prisoners Defenders, basée à Madrid, annonce le lancement, auprès de la Cour pénale internationale et des Nations unies, du processus pénal « 622 médecins cubains contre le gouvernement de Cuba ». Le dépôt de plainte comporte les témoignages de 622 médecins cubains qui protestent contre les missions médicales à Cuba. Depuis quelques mois, profitant de la pandémie et de la situation désastreuse que connaissent certains pays en matière de santé pour missionner de force du personnel médical à l’étranger. Cette “armée médicale” créée par Fidel Castro qui compte plus de 76.000 médecins, 15.000 dentistes et 89.000 infirmières se déploie dans le monde entier depuis les années 60. Elle est l’un des moteurs économiques de l’île et le gouvernement compte mettre à profit la crise sanitaire pour redorer son image en obtenant un prix Nobel par exemple. La France a également eu recours à l’aide médicale cubaine. Du personnel soignant a été envoyé en Guyane, un département en difficulté. Le personnel soignant doit s’engager pour mener une mission de trois ans, non accompagné par sa famille et la majeure partie de leur salaire est confisqu” par le gouvernement. Si les soignants enfreignent les règles, ils encourent une peine pouvant aller jusqu’à trois ans de prison. L’ONG Prisoners Defenders précise «que beaucoup de médecins ont déserté».

#1548 vu sur florealanar.wordpress.com

Chine : dans le cadre de l’opération « union des ethnies en une seule famille », l’Etat chinois envoie des cadres dormir une semaine par mois dans les foyers ouïgours pour soumettre le dernier espace d’intimité à sa surveillance

Chine. Depuis 2016, dans le cadre de l’opération « union des ethnies en une seule famille », l’Etat chinois envoie des cadres dormir une semaine par mois dans les foyers ouïgours pour soumettre le dernier espace d’intimité à sa surveillance. Les faux “cousins chinois” inspectent tous les aspects de la vie intime des familles ouigoures, allant jusqu’à dormir sur un matelas dans leur chambre. Les enfants sont interrogés pour tout connaître des habitudes familiales. Une femme réfugiée depuis aux Etats Unis témoigne : « pour eux, ça semblait comme un jeu, mais qui consistait à nous espionner », Sa famille était surveillée par un cousin pour chacun de ses membres (soit trois hommes et une femme), le père faisant exception à la règle car il était étranger (pakistanais). Plus de 100 000 cadres et fonctionnaires ont été affectés à cette opération en 2016 et cette surveillance expérimentale s’est depuis intensifiée et généralisée.

#1542 vu sur lemonde.fr

Etats Unis, Lansing : un bâtiment a été complètement détruit lors d’une émeute dans la prison de Chippewa suite au fait qu’un prisonnier a reçu des décharges de taser au point de devoir être transféré à l’hôpital


Etats Unis, Lansing (Michigan). Un bâtiment a été complètement détruit lors d’une émeute dans la prison de Chippewa suite au fait qu’un prisonnier a reçu des décharges de taser au point de devoir être transféré à l’hôpital. Des prisonniers ont pris le contrôle d’une unité de logement pendant environ cinq heures et causé d’importants dommages au bâtiment. Un responsable a déclaré qu’il n’y avait aucun lien avec la pandémie de coronavirus mais la prison est bouclée depuis plusieurs mois, comme les dix autres établissements pénitentiaires de la région et les tensions sont nombreuses. Tous les prisonniers de l’unité ont été temporairement transférés dans le gymnase et ceux qui sont considérés comme les instigateurs seront bientôt transférés dans des prisons à sécurité maximale.

#1538 vu sur eu.freep.com

France, Marseille : 28 personnes ont été évacuées et hébergées temporairement dans un gymnase de la ville et un homme a perdu la vie dans un violent incendie qui s’est déclaré sur un terrain vague du 12ème arrondissement où un campement rom était installé.

France, Marseille. 28 personnes ont été évacuées et hébergées temporairement dans un gymnase de la ville et un homme a perdu la vie dans un violent incendie qui s’est déclaré sur un terrain vague du 12èùe arrondissement où un campement rom était installé.

#1543 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

International : l’OMS recommande des mesures contraires à ce qui se passe en France (au moins un mètre entre les élèves et la possibilité d’imposer le port du masque entre 5 et 11 ans)

International. Dans un rapport “destinée à aider les décideurs et les éducateurs à prendre des décisions sur la gestion des écoles de manière aussi sûre que possible”, l’OMS recommande de prendre des mesures permettant une distanciation d’au moins un mètre entre les élèves, en plus du port du masque et de l’hygiène des mains, et la possibilité d’imposer le port du masque entre 5 et 11 ans. Par ailleurs le rapport insiste sur la nécessité d’une mise à l’écart avec test rapide en cas de suspicion de covid, actuellement largement impossible dans les zones rouges où les délais des tests sont de plus en plus importants. L’ensemble des préconisations de ce rapport sont contradictoire avec la politique actuelle menée en France concernant les établissements scolaires.

#1541 vu sur who.int

France, Briançon : le nouveau maire a décidé d’expulser le lieu d’accueil des migrants qui transitent en nombre par la vallée haut-alpine depuis quatre ans

France, Briançon. Le nouveau maire a décidé d’ expulser le lieu d’accueil transitoire des migrants qui transitent en nombre par la vallée haut-alpine depuis quatre ans, après avoir traversé la montagne à pied depuis l’Italie voisine. L’association Refuges solidaires est donc mise à la porte des locaux dont elle disposait par convention depuis sa création en juillet 2017. L’injonction à quitter les lieux s’ajoute aux difficultés déjà rencontrées par le Refuge Solidaire, comme la fermeture imposée jusqu’à samedi dernier suite à la détection de cas de covid-19 la semaine dernière alors qu’a lieu un afflux très important de migrants.

#1540 vu sur ram05.Fr

Etats Unis, Oregon : environ 1 300 détenues de la prison pour femme de Coffee Creek évacuées suite aux incendies qui menacent la banlieue sud de Portland

Etats Unis, Oregon. Alors que des incendies de forêt menaçaient les banlieues au sud de Portland, la Garde nationale de l’Oregon a évacué environ 1 300 détenues de la prison pour femme de Coffee Creek à Wilsonville. Coffee Creek est la seule prison pour femmes de l’État, ainsi que le site d’admission des délinquants masculins de l’État. Cette nuit-là, environ 1 000 détenues ont été transférées à Deer Ridge, un établissement à sécurité moyenne situé à six kilomètres à l’est de Madras. Pour faire de la place, tous les hommes détenus de Deer Ridge ont été transférés dans un bâtiment à sécurité minimale inutilisé de la prison, situé sur place et hors d’usage depuis 2016. Ces détenus ont protesté contre des conditions sanitaires invivables liées à l’insalubrité du bâtiment, avec la présence de souris, de moisissure noire signe d’une très mauvaise ventilation, l’absence de couchettes, etc. Les prisonniers sont sortis de leurs unités de logement et sont restés dans la cour en refusant de remonter en cellule. Ce n’est que suite à l’émeute que les responsables des services correctionnels de l’État ont déclaré samedi que des matelas avaient été apportés et que l’installation serait nettoyée.

#1539 vu sur pamplinmedia.com

Argentine, Cordoba : une manifestation des prisonniers tourne à l’émeute avec des débuts d’incendies à la prison de Bouwer

Argentine, Cordoba. Une manifestation des prisonniers des blocs D2 et D3 du module MD1 tourne à l’émeute avec des débuts d’incendies à la prison de Bouwer. Depuis le début de la semaine, des tensions sont sensibles à l’UCA, en particulier suite à une tentative d’évasion réprimé par des tirs de balles en caoutchouc, et une centaine de prisonniers ont menacé de se mettre en grève de la faim pour obtenir rapidement une accélération dans l’examen des demandes de mise en liberté dont beaucoup sont bloquées ainsi que l’amélioration des conditions sanitaires. Une série d’incidents s’est déjà déroulée dans cette même prison en avril dernier dans les modules MX1 et MX2, avec des manifestations pour obtenir des mesures de protection sanitaires et des libérations. Le gouvernement, quant à lui, s’est déclaré préoccupé par les contagions avérées dans divers centres de détention, mais il a assuré que la situation est sous contrôle et que des mesures ont été prises pour garantir la prise en charge des détenus comme l’installation de tentes sanitaires spéciales dans les prisons de Bouwer, Río Cuarto et San Francisco. Au cours des cinq premiers mois de quarantaine, il n’y avait eu aucune infection à l’intérieur des prisons de Cordoba, mais, depuis, des cas ont été enregistrés à l’UCA (plus de 50 cas confirmés), à Bouwer (deux) et à Villa María (deux autres, des détenus récemment admis à la prison). La situation la plus préoccupante est celle de la prison de Río Cuarto, où la semaine dernière une contagion massive a été connue, avec au moins 50 cas. Des tests importants sont en cours. De plus, les prisonniers n’ont pas reçu de visites depuis le mois de mars. Alors que dans la province de Buenos Aires il y a eu un certain nombre de libération de prisonniers depuis le début de l’épidémie, à Cordoba, la justice n’a acté presque aucune libération.

#1536 vu sur lavoz.com

France. Le retour à l’école des élèves porteurs du covid se feront sur une attestation sur l’honneur des parents

France. Alors que les cas de suspiscion covid se multiplient dans les écoles, le ministère de l’éducation indique que le retour à l’école des élèves ayant été identifiés comme cas contacts ou présentant des symptômes du Covid-19 se ferait sur la seule foi d’une attestation sur l’honneur des parents indiquant soit que l’enfant a obtenu un test PCR négatif, soit qu’un médecin a écarté le diagnostic Covid-19. Selon le nouveau protocole, pour retourner en cours, aucun certificat, ni preuve de dépistage négatif au Covid-19 ne devra être demandé à l’élève potentiellement contaminé. Ce protocole intervient après des plaintes des médecins, surchargés par les demandes de certificats médicaux pour des enfants et adolescents cas contacts ou présentant des symptômes du coronavirus. Pour résumer, si un enfant est cas contact, il doit faire un test PCR 7 jours après son dernier contact avec le cas confirmé. Si le résultat est négatif, l’enfant peut revenir à l’école avec une attestation sur l’honneur signée de ses parents, indiquant que le test est négatif, mais sans besoin d’apporter de preuve que ce test a été réalisé. Si un enfant a des symptômes évocateurs du Covid, il ne peut revenir à l’école qu’avec une attestation sur l’honneur signée de ses parents, indiquant qu’une consultation médicale a eu lieu et que le médecin a écarté le diagnostic Covid-19. Là aussi, pas besoin de preuve qu’un médecin a été consulté.

#1532 vu sur bfmtv.com

Méditerranée, Malte : le cargo Maersk-Etienne attend de pouvoir débarquer ses passagers dont 27 migrants

Méditerranée, Malte. Depuis plus d’un mois, le cargo « Maersk-Etienne », qui avait récupéré 27 migrants sur un navire en perdition au large de Malte le 4 août, attendait de pouvoir débarquer ses passagers dans un port méditerranéen. Les migrants viennent seulement d’être transférés à bord du « Mare Jonio », le bateau humanitaire de l’ONG italienne Mediterranea Saving Humans, puis ont débarqué à Pozzallo en Sicile, où il rejoindront certainement un des camp pour migrants de l’île. Pendant trente-huit jours, le groupe danois auquel appartient le cargo a tenté en vain d’obtenir d’un Etat européen qu’il accueille les migrants, parmi lesquels se trouvent une femme enceinte et un enfant. La situation sur le pétrolier, immobilisé dans les eaux territoriales maltaises, s’était détériorée ces derniers jours. « Nous étions de plus en plus préoccupés par la santé mentale et physique des personnes secourues à la suite de leur séjour prolongé sur le Maersk-Etienne, explique la société Maers Tankers, dans un communiqué. La situation avait empiré à la suite d’un incident récent où trois personnes ont sauté par-dessus bord. » Depuis, certains menaçaient d’entreprendre une grève de la faim. Le capitaine du argo n’a cessé de rappeler que le Maersk-Etienne est « un cargo chimique, qui n’est pas équipé ni construit pour accueillir des gens à bord », et dont l’équipage, « composé de marins professionnels », n’est pas « qualifié pour assurer une assistance médicale ou des soins aux personnes secourues ». Les passagers ont depuis été transférés à bord du “Mare Jonio” (MAJ 11/sep)

#1531 vu sur lemonde.fr

France : la ministre déléguée au Logement soutient un projet de loi qui devrait rendre bien plus rapides les procédures d’expulsion des squatteurs

France. La ministre déléguée au Logement soutient un projet de loi qui devrait rendre bien plus rapides les procédures d’expulsion des squatteurs. Après constatation du squat, les propriétaires devront déposer une plainte auprès du préfet en prouvant qu’ils sont les occupants légaux des lieux. Le préfet devra alors répondre à la demande sous 48 heures. Ensuite, le représentant de l’État informera les squatteurs et leur donnera 24 heures pour quitter les lieux. Il est aussi prévu de renforcer les peines encourues par les squatteurs qui seraient désormais fixées à 3 ans de prison.

#1535 vu sur rtl.fr

Royaume Uni, Londres : la “participation citoyenne” est utilisée pour faire respecter les règles sanitaires avec la mise en place de covid-marshalls

Royaume Uni, Londres. La “participation citoyenne” est utilisée pour faire respecter les règles sanitaires. Les “Covid-secure marshals” porteront des gilets réfléchissants, distribueront des masques, du gel désinfectant, et seront répartis autour de pubs, de restaurants et autres points de rendez-vous et devront s’assurer que clients et commerces respectent les mesures sanitaires. Dans les comtés du Devon et de Cornouailles les préfets ont déjà créé cet été une ‘équipe de sécurité’ s’appuyant sur des patrouilles et de la vidéosurveillance. Avec l’introduction de la “rule of six”, la limitation des rassemblements à six personnes, l’idée est d’étendre le concept de ces unités à l’ensemble du pays. Mais le pouvoir réel de ces patrouilles et les sanctions à leur disposition restent encore floues.

#1533 vu sur courrierinternational.com

Liban, Beyrouth : les détenus de la prison surpeuplée de Roumieh se sont révolté et des émeutes ont eu lieu après que des cas de COVID-19 ont été détectés parmi les prisonniers et le personnel de sécurité


Liban, Beyrouth. Les détenus de la prison surpeuplée de Roumieh se sont révolté et des émeutes ont eu lieu après que des cas de COVID-19 ont été détectés parmi les prisonniers et le personnel de sécurité. Les forces de sécurité intérieure ont déclaré samedi dans un communiqué que 13 détenus étaient infectés ainsi que neuf membres du personnel de sécurité. Les émeutes se sont principalement déroulées dans le bloc B de l’enceinte de la prison où les conditions sanitaires et la surpopulations inquiètent quant à la propagation de l’épidémie. Les prisonniers infectés par le virus ont été transférés dans un bâtiment en quarantaine et une campagne de tests est en cours. Des familles de prisonniers ont manifesté devant le palais de justice de Beyrouth le lendemain, exigeant la libération de leurs proches et appelant à l’adoption de la loi d’amnistie générale alors qu’une proposition de loi d’amnistie a été discutée en avril, mais n’a pas été adoptée en raison d’un certain nombre de désaccords entre les députés sur l’opportunité d’inclure ou non certains types de crimes.

#1537 vu sur dailystar.com.lb

France : l’ARS considère comme contacts à risque les profs qui portent les masques fournis à la rentrée et confirme qu’ils ne protègent pas du virus…

France. En considérant les enseignants porteurs de masques comme des “contacts à risque”, l’ARS confirme que les masques distribués aux enseignants lors de la pré-rentrée avec l’obligation d’un port permanent pendant toute la journée de cours ne protègent pas du virus. C’est pourtant la seule mesure finalement prise pour éviter les contaminations dans les établissements scolaires, en particulier dans les écoles maternelles et primaires où l’enseignant est le seul à le porter. Ces masques sont en effet en tissu très fin et sans pince-nez. L’ARS impose la quatorzaine les enseignants qui ont porté ces masques en tissu, et pas les autres. Les mesures prises en cas de contamination dans les classes sont d’ailleurs opaques et très variables selon les écoles. On met en quatorzaine des enseignants mais pas des animateurs, ou l’inverse, sans que les parents soient informés des résultats globaux des tests, comme dans les Ehpad où les proches ne sont informés que de la situation du patient qu’ils connaissent mais ne peuvent pas avoir de vision globale de la situation épidémique dans les établissements.

#1514 vu sur www.lemonde.fr

Allemagne : la notion de “super-épandeur” ou “super-diffuseur” établie grâce au contact tracing est utilisée par la presse désigner à la vindicte publique des personnes considérées comme responsables d’un très grand nombre de contamination

Allemagne, Bavière. L’application du contact tracing aux cas d’augmentation importante de taux d’infection permet aux infectiologue de développer la notion de “super-épandeur” ou “super-diffuseurs”, terme qui désigne des personnes qui seraient responsables d’un très grand nombre de contamination. La presse accuse par exemple une jeune femme d’origine américaine qui aurait fait exploser les cas en Bavière. Cette stigmatisation est toujours teintée de morale, et c’est le mode de vie qui est très vite mis en exergue : elle aurait fait la fête dans des bars malgré des symptômes de Coronavirus et aurait infecté 33 personnes. Le fait de rendre publiques ces informations pose question quant à l’utilisation des données du tracing bien au-delà des strictes dispositions sanitaires…

#1513 vu sur www.br.de

Colombie, Bogota, Cali, Medellin : des manifestations émeutières ont lieu suite à la mort d’un avocat dans un commissariat

Colombie, Bogota, Cali, Medellin. Des manifestations émeutières ont lieu depuis quelques jours dans les rues des principales villes du pays. Le bilan provisoire des manifestations contre la politique du président Duque et la répression policière qui sévit à Bogotá est de 11 morts et de 248 blessés, dont 58 par arme à feu. La mort d’un avocat dans un commissariat dans la nuit de mardi à mercredi a réveillé les tensions, et surtout la diffusion des images de son arrestation. On y voit pendant 2 minutes des motards casqués de la police colombienne le maintenir à terre et lui administrer une série de chocs électriques. Son décès a été constaté quelques heures plus tard à l’hôpital après un passage au commissariat. L’avocat participait à des protestations dirigées contre la politique du président Iván Duque. La maire de Bogotá, Claudia Lopez, a dénoncé « un massacre contre les jeunes ces derniers jours ». Elle relève qu’« il y a des preuves solides que dans au moins quatre endroits (de la capitale colombienne) il a été fait usage d’armes à feu par les membres de la police contre la vie de nos jeunes ». Au cours des émeutes, 93 policiers ont été blessés, 56 commissariat ont été attaqués dont 22 incendiés. L’ancien président Álvaro Uribe a appelé le gouvernement à décréter l’état de siège, à faire intervenir « l’armée avec les chars… Et à virer les vandales étrangers ».

#1510 vu sur www.lefigaro.fr

France : les annonces du gouvernement montrent une priorité donnée à la poursuite du fonctionnement économique et des institutions diverses en particulier les écoles au détriment de la protection sanitaire

France. Alors que le nombre de contaminations explose en France avec 42 département placés en zone rouge, les nouvelles annonces du gouvernement s’orientent clairement vers une priorité donnée à la poursuite du fonctionnement économique et des institutions diverses en particulier les écoles, avec une marge de manoeuvre importante laissée aux préfets pour décider ou nom de fermetures éventuelles. Jean Castex a d’ailleurs demandé aux préfets des « mesures complémentaires » pour Marseille, Bordeaux et la Guadeloupe, où est constaté une « évolution préoccupante des contaminations » : « Compte tenu des prévisions que nous pouvons faire à trois semaines sur l’occupation des lits de réanimation, j’ai demandé aux préfets concernés de me proposer lundi un ensemble de nouvelles mesures complémentaires, après avoir mené les concertations locales nécessaires. » Des établissements sont fermés, d’autres restent ouverts avec quelques classes confinées, dans une opacité totale, les enfants et leurs familles n’étant jamais informées de la situation épidémique. La seule mesure d’ampleur est la réduction de la quarantaine à 7 jours, avec promesse d’un renforcement des contrôles pour que cette quarantaine soit vraiment appliquée, ainsi que le renforcement des circuits de dépistages et de traçage avec l’embauche de 2000 personnes dédiées au traçage des “cas contacts”. La législation qui régit la quarantaine étant placée sous le statut de l’enfermement administratif, il est primordial d’être vigilant sur les mesures de contrôles et d’enfermement qui peuvent se mettre en place ici ou là au bon vouloir des préfets . Dans le même temps on apprend que les centres de dépistages sont pour la plupart saturés et qu’il faut parfois 10 à 15 jours pour obtenir des résultats qui s’avèrent du coup inutiles.

#1516 vu sur www.lemonde.fr

France, Calais : les migrants ripostent lors d’un gigantesque démantèlement d’un campement

France, Calais. Des tensions ont eu lieu lors d’un gigantesque démantèlement d’un campements de migrants dans la zone industrielle des Dunes organisé au petit matin. Les migrants, au nombre d’environ 500, ont riposté par des jets de pierres et de projectiles divers. Un dispositif de police très important a été déployé pour boucler et quadriller la zone et de nombreux cars sont affrétés pour dispatcher les migrants dans des hébergements provisoires ou des centres de rétention. Cinq d’entre eux ont été interpellés, sous les huées des autres migrants jusqu’à ce que les forces de l’ordre envoient des gaz lacrymogènes. Des courses poursuites et une véritable traque a eu lieu ensuite dans d’autres points de la ville où des migrants s’étaient réfugiés pour échapper au déplacement forcé. De son côté, la préfecture annonce que : « de nouvelles maraudes (sic) ont été effectuées sur le site et ont permis de proposer à la population migrante une mise à l’abri (re sic) dans différents centres d’accueil et d’hébergement. À 12 heures, 519 personnes isolées, réparties dans 16 bus, ont été prises en charge et transportées vers des centres situés dans les Hauts-de-France et d’autres régions françaises. Par ailleurs, 13 personnes (familles et mineurs) ont été orientées vers des centres d’hébergement et de réadaptation sociale. Enfin, 20 personnes en situation irrégulière ont été interpellées en vue d’un placement en retenue administrative. » Ces dernières semaines, les associations d’aide aux migrants, notamment Utopia 62, affirmaient que 1 200 exilés étaient présents à Calais, ce que réfutent les services de l’État, qui recensent entre 700 et 750 migrants, tout en admettant une hausse du nombre d’individus. Cette augmentation s’explique notamment par le retour des migrants confinés dans des centres à cause du Covid-19 qui veulent tenter à nouveau la traversée de la Manche.

#1515 vu sur www.lavoixdunord.fr

France, Calais : la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées est interdite en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”

France, Calais. Sur instruction de Gérald Darmanin, le préfet interdit la distribution de repas aux migrants par les associations non-mandatées en raison de “troubles à l’ordre public” et du “non-respect des gestes barrière”. Les associations qui donnent des repas aux migrants protestent contre cette “mesure indigne” qui va priver de nourriture la plupart des migrants dont les conditions de survie empirent avec les nombreuses évacuations de campement qui ont lieu actuellement dans la région. Cette annonce fait suite à une réunion avec la maire de la ville qui demande des mesures dissuasives et répressives contre les migrants. Depuis sa nomination au ministère de l’Intérieur, Darmanin multiplie les opération de “démantèlement” des campement de migrants, comme le démantèlement zone des Dunes, puis autour du complexe Calypso. Il a aussi confirmé l’arrivée de trente nouveaux policiers, qui s’ajoutent à la compagnie de CRS supplémentaire arrivée cet été.

#1512 vu sur www.lavoixdunord.fr

Belgique : un rapport publié par l’Agence flamande de Soin et Santé affirme suite à une enquête que le coronavirus se diffuse principalement au travail et à l’école puis contamine les membres des familles

Belgique. Un rapport publié par l’Agence flamande de Soin et Santé affirme suite à une enquête que le coronavirus se diffuse principalement au travail et à l’école puis contamine les membres des familles. En effet, l’analyse des contacts et des sources de contaminations montre qu’il y a un lien direct entre ces chiffres à la hausse et la rentrée scolaire et le redémarrage des entreprises après les grandes vacances. Ces constatations rentrent immédiatement en contradiction avec les mesures prises en France appuyées sur des déclarations affirmant que les écoles ne sont pas des lieux de diffusion active du virus.

#1544 vu sur lesoir.be

Grèce, Lesbos : le camp de La Moria est ravagée par deux incendies, les migrants manifestent au cri de “bye bye Moria”

Grèce, Lesbos. Le camp de La Moria est ravagée par deux incendies alors que plus de 10 000 migrants y sont enfermés pour certains depuis le début de l’épidémie. Les nouvelles restrictions annoncées qui font de ce camp une véritable prison ont exaspéré la plupart des migrants qui y sont enfermés. En plus de la plupart des tentes, l’intérieur du centre d’enregistrement et d’identification, les locaux administratifs et des services d’asile ont été complètement détruits. 13 000 personnes se retrouvent donc sans abri sur l’île où des tensions fortes ont lieu avec une partie des habitants, et sont pour la plupart sans nourriture ni eau. Les migrants font état d’un abandon total, sans secours ni des autorités, ni des ONG. Une grande partie d’entre eux manifestent au cri de “bye bye Moria” pour obtenir de quitter l’île. Certains pays européens vont accueillir des mineurs non accompagnés (principalement l’Allemagne et la France). Le gouvernement grec, qui en profite pour rejeter la faute des conséquences de l’incendie sur les migrants, annonce qu’il veut relancer son projet de “centres d’enregistrement” fermés.

#1517 vu sur www.lemonde.fr

Belgique : des laryngologues alertent sur la situation des enseignants qui font cours en portant le masque en permanence

Belgique. Des laryngologues alertent sur la situation des enseignants qui font cours en portant le masque en permanence. En effet, le port du masque permanent pourrait avoir des effets importants pour les enseignants qui parlent et doivent forcer leur voix toute la journée. “De par ce forçage, [il peut y avoir] essentiellement des lésions du bord libre des cordes vocales, c’est-à-dire des polypes, des hémorragies, parfois sur la longueur des nodules, qui vont être extrêmement délétères à la voix”, décrit Gauthier Desuter, laryngologue aux cliniques universitaires Saint-Luc. Les enseignants affirment déjà ressentir une fatigue importante et pour certains des maux de gorges.

#1511 vu sur www.rtl.be

Maroc, Safi, Kénitra : des reconfinements locaux sont instaurés mais les ouvriers continuent de travailler sans mesures de protection sanitaire

Maroc, Safi, Kénitra. Des reconfinements locaux sont instaurés face à une augmentation de la propagation du virus, mais les ouvriers continuent de travailler sans mesures de protection sanitaire. Tous les lieux de travail qui réunissent de nombreux employés deviennent des foyers de propagation épidémique dans le pays et de plus en plus d’ouvriers manifestent pour exiger des mesures de protection et des tests. A Safi; depuis près de quatre jours, les sardinières de l’usine Unimer à Safi manifestent sur leur lieu de travail, exigeant des tests PCR. En effet, cette demande a été réitérée après la découverte d’un premier cas au sein de ces ouvrières puis la nouvelle du fait que 253 des 534 derniers tests positifs dans tout le pays se concentrent dans ce nouveau foyer infectieux. Au soir de l’annonce de ce nouveau foyer, les autorités locales se sont empressées de fermer les accès à la ville, désormais reconfinée. Les quartiers où vivent principalement les ouvrières de l’entreprise ont par ailleurs été isolés. A l’issue d’une réunion tenue le soir-même, le wali de la région Marrakech-Safi, Karim Kassi-Lahlou, a insisté par ailleurs sur le renforcement des mesures de confinement pour reprendre le contrôle de la situation. Les employeurs refusent systématiquement les demandes de protection et de dépistage massif, certain cachant même une partie de leurs employés dans des camions à l’arrière de l’usine lors des visites de contrôle pour faire croire que la distanciation est respectée. A Kénitra, les ouvriers d’une des nombreuses usines de câblage de voiture de la région, toutes fortement touchées par le virus et qui travaillent sans aucunes protections sanitaires sont menacés de licenciement parce qu’ils demandent des tests. Plusieurs manifestations spontanées et grèves sauvages ont eu lieu face au refus de employeurs de fournir des équipement de protection et d’organiser des dépistages. «Il y a tout juste quatre jours, 165 cas ont été identifiés au sein d’une seule unité parmi les trois principales, près de 35 dans une deuxième et 70 dans une troisième, sachant que ce ne sont que les chiffres que nous avons pu obtenir.» affirme un syndicaliste. Les quelques tests (positifs) qui ont pu être faits ont été accompagnés de représailles et de menaces de licenciement et depuis juillet au moins 120 personnes ont été “remerciées sans motif sérieux”, affirme-t-il.

#1509 vu sur www.yabiladi.com

France, Ris Orangis : une enquête est ouverte à propos des maltraitances envers les résidents polyhandicapés de la maison d’accueil spécialisé de la Briancière

France, Ris-Orangis. Une enquête est ouverte pour des insultes, coups et un défaut général de soins dans une maison pour handicapés suite au témoignage de six employés et plusieurs familles. La Maison d’accueil spécialisée de la Briancière se présente comme une maison recherchant le « bien-être » et « l’épanouissement » de ses résidents, des polyhandicapés qui cumulent des déficiences mentales et motrices lourdes. Mais selon les témoignages de six employés — actuels et anciens — de la Maison d’accueil spécialisée (MAS) la situation est loin de cette représentation idyllique qu’on peut trouver sur le site internet du lieu. Les employés décrivent des « pansements non changés », des blessures non soignées ou découvertes tardivement. « Un jour, une résidente ne réagissait plus, raconte-t-il. J’ai appelé les infirmières. On m’a répondu : ne t’inquiète pas : elle hiberne. Le lendemain, elle était hospitalisée dans un état grave et réanimée. » Une aide médico-psychologique confirme : « On signale les problèmes des résidents aux infirmières, mais elles nous répondent qu’il faut leur donner un Doliprane, que tout va bien… ». Certains résidents resteraient enfermés dans leur chambre toute la journée sans aucun accompagnement, avec des “munitions” comme des privations de repas, ou le refus de les changer. Les employés qui ont voulu dénoncer les maltraitances se seraient heurtés à un « clan d’une dizaine de personnes », proches de la direction, qui auraient cherché à les empêcher de témoigner.

#1529 vu sur leparisien.fr

France, Paris : alors qu’une ATSEM est testée positive le jour de la rentrée dans une maternelle le rectorat empêche la direction d’en informer les parents “pour ne pas les inquiéter”

France, Paris. Une source directe nous apprend que dans une école du 13ème arrondissement, alors qu’une ATSEM est testée positive le jour de la rentrée et que deux enseignantes sont en quarantaine, le rectorat empêche la direction d’en informer les parents pour ne pas les inquiéter. Dans plusieurs établissements, au hasard des conversations, on apprend que des cas de Covid ont été avérés chez les élèves ou les personnels, avec à chaque fois des procédures différentes mises en place. Le point commun restant qu’il ne faut pas informer les familles. Le protocole à suivre en cas de contamination dans les établissements scolaires reste mystérieux, y compris pour les premiers intéressés. 3 jours après la rentrée, le gouvernement annonce 22 écoles et une centaine de classes ont été fermées pour cause de Covid et se félicite du fait qu’il ne s’agirait pas d’une contamination massive. Elizabeth Borne renchérit : “la priorité ce sont des gardes d’enfants pour que les parents puissent continuer à travailler, on est en train de regarder quel est le bon dispositif”. Voilà la réalité de cette “rentrée normale” : l’urgence du retour au travail prime sur toute précaution sanitaire.

#1501 vu sur www.francetvinfo.fr et source directe

France (Auvergne Rhône-Alpes) : des caméras thermiques ont été installées dans 3 lycées “test”

France (Auvergne Rhône-Alpes). Trois lycées ont installé des caméras thermiques qui ont été inaugurées par le président de la région Laurent Wauquiez à la rentrée, contre l’avis de la CNIL. Si le test est jugé concluant, des appareils seront proposés aux 576 lycées de la région. Des caméras thermiques ont été mises en place dès la mi-mai à l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle pour contrôler la température des voyageurs. Fin juillet, la SNCF en a également installé Gare de Lyon. Pour autoriser ces dispositifs, la Cnil veut que leur utilité soit démontrée au regard de l’impact qu’ils peuvent avoir sur la vie privée des personnes filmées, étant donnée que ces caméras accèdent à des données particulièrement privées. Pour la Cnil, il s’agit toujours d’une question de ratio entre le contrôle effectué et son “bénéfice”. La question de l’anonymat est aussi discuté dans la mesure où ces dispositifs pourraient servir à effectuer du traçage grâce à la reconnaissance faciale. La région affirme que dans ce cas les données ne sont pas stockées et que seul l’élève est informé de sa température, estimant que le dispositif reste “sur une base de volontariat”, affirmations largement contradictoires ! A l’aéroport de Paris-Charles de Gaulle, où les caméras mises en place balayent un large champ de vision et où les voyageurs filmés ne peuvent donc pas “donner leur autorisation au préalable”, le dispositif est toujours en place. La Cnil va jusqu’à proposer de permettre aux personnes qui s’opposent au prélèvement de leurs données personnelles de l’exprimer par un «non» de la tête, pour autoriser le dispositif. Le Conseil d’État a pris une position plus ferme que la Cnil en interdisant fin juin l’installation de ces appareils dans une école de l’Essonne.

#1518 vu sur www.lefigaro.fr

Mexique : le pays aurait le plus fort taux de décès de soignants au monde à cause d’un manque de matériel de protection

Mexique. D’après Amnesty International, le Mexique aurait le plus fort taux de décès de soignants au monde. Au moins 7000 agents de santé seraient morts dans le monde après avoir été infectés par le coronavirus, dont 1320 au Mexique. Les autres pays ayant des taux de mortalité de soignants très élevés sont les États-Unis, le Brésil et l’Inde. Ces décès interviennent encore aujourd’hui alors que des protocoles de protection sanitaires sont maintenant établis. Il s’agit principalement d’un manque de matériel de protection.

#1504 vu sur www.reuters.com

Arabie Saoudite, Ethiopie : des travailleurs migrants en Arabie saoudite ont été menacés de «répercussions juridiques» par les autorités éthiopiennes s’ils continuaient à faire connaître leurs conditions de vie dans les camps

Arabie Saoudite, Ethiopie. Les autorités éthiopiennes ont mis en garde les travailleurs migrants actuellement enfermés dans des camps en Arabie saoudite contre des «répercussions juridiques» s’ils continuaient à faire connaître leurs conditions de vie sur les réseaux sociaux. Environ 200000 Éthiopiens travaillent en Arabie saoudite et des milliers d’entre eux se sont retrouvés enfermés dans des camps dans des conditions particulièrement désastreuses depuis le début de la pandémie. La presse britannique a décrit cette semaine les conditions dans un certain nombre de centres de détention pour migrants en Arabie Saoudite où les gens meurent de coups de chaleur, de maladies ou de suicide. Les photos publiées par le journal montrent des hommes émaciés allongés torse nu sur le sol dans des pièces sans air, certains portant des cicatrices de coups dans le dos. Le gouvernement saoudien justifie cet enfermement par la lutte contre l’épidémie et le fait que renvoyer ces migrants en Ethiopie est actuellement impossible. Alors que de plus en plus de migrants tentent de faire savoir dans quelles conditions ils sont enfermés depuis plusieurs mois, de gouvernement éthiopien a déclaré jeudi qu’il était “reconnaissant” à l’Arabie saoudite d’avoir accepté des migrants entrant dans le pays.

#1503 vu sur www.middleeasteye.net

Ouganda, Kampala : la pandémie de COVID-19 et la fermeture des écoles poussent des famille à faire travailler leurs enfants dans les carrières de pierre

Ouganda, Kampala. La pandémie de COVID-19 et la fermeture des écoles poussent des familles ougandaises à faire travailler leurs enfants dans les carrières de pierre. À Kasokoso, un bidonville en périphérie de la capitale, des centaines d’Ougandais travaillent dans des carrières de pierre, avec un salaire d’environ un dollar par jour. Les enfants même très jeunes sont désormais aussi au travail. Les carrières étant détenues par des groupes privés, le travail n’y est quasiment pas réglementé.

#1508 vu sur fr.africanews.com

Etats Unis : des livreurs Amazon suspendent des smartphones dans les arbres à proximité des stations de livraison de l’entreprise pour avoir une longueur d’avance sur leurs concurrents

Etats Unis. Des livreurs Amazon suspendent des smartphones dans les arbres à proximité des stations de livraison de l’entreprise pour avoir une longueur d’avance sur leurs concurrents. Il s’agirait de profiter de la proximité des combinés avec la station, associée à un logiciel qui surveille constamment le réseau d’expédition d’Amazon, devancer d’une fraction de seconde d’autres livreurs potentiels. Des livreurs se sont plaints de ce qu’ils considère comme un trucage du système d’expédition de livraison de l’entreprise car c’est le nombre de course accomplie qui conditionne leur salaire. Il s’agit donc d’être le plus proche possible du lieu de stockage pour se voir attribuer la livraison. Il s’agit en fait de prendre de vitesse l’algorithme d’Amazon pour répartir les courses. Dans la région de Chicago, les livreurs de Whole Food sont en concurrence pour les offres instantanées à livraison rapide, qui nécessitent une réponse immédiate et prennent généralement entre 15 et 45 minutes. Les offres instantanées sont envoyées par un système automatisé qui détecte les conducteurs à proximité via leurs smartphones. Lorsque les livreurs voient une offre instantanée, ils n’ont que quelques minutes pour accepter la livraison ou la perdre au profit d’une autre personne. Les téléphones dans les arbres semblent servir de dispositifs maîtres qui acheminent les itinéraires vers plusieurs conducteurs à proximité sur la parcelle, selon les conducteurs qui ont observé le processus. Amazon fait même l’hypothèse qu’un intermédiaire organiserait ce type service pour plusieurs chauffeurs à chaque fois. La mise en place de systèmes aussi complexes montrent comment la concurrence entre employés devient féroce, et d’autant plus en période de crise sanitaire et sociale.

#1493 vu sur www.bloomberg.com

France, Mayotte : plusieurs ONG et des policiers des équipes de garde demandent la fermeture du centre de rétention pour raisons sanitaires

France, Mayotte. Plusieurs ONG mais aussi des policiers des équipes de garde demandent la fermeture pour raison sanitaire du centre de rétention où plusieurs dizaines de personnes ont été testées positives au Covid-19 et où les précautions sanitaires ne sont pas suffisantes. La préfecture refuse de fermer le centre ainsi que de donner des chiffres des contaminations, considérant que la solution au problème sanitaire est l’augmentation des expulsions. La réponse est révélatrice des choix de gestion de cette rentrée : « Je ne peux accéder à votre demande de fermeture du centre de rétention. Je m’étonne d’ailleurs de cette requête alors qu’il est établi que la société dans son ensemble va devoir apprendre à vivre avec ce virus. ». Certains fonctionnaires confirment que la priorité est la reprise du fonctionnement “normal” de la machine à expulser : « dès le début du confinement, il y avait une pression de la préfecture pour reprendre les expulsions. La seule chose qui compte pour eux, c’est faire du chiffre.” Un autre policier affirme : « c’est la lutte contre l’immigration clandestine qui passe avant tout. Souvent, dès le matin, quand le patron arrive dans les locaux, il nous dit qu’il faut interpeller car il n’y a pas assez de monde au Cra. » La directrice de l’ARS réfute le terme de”cluster” pour le centre alors que bien plus de 3 cas y ont été avérés et donne sa propre définition, floue et inopérante : « un cluster, ce sont des cas groupés avec des liens les uns envers les autres. Ce qui fait le cluster, c’est au-delà du nombre. Ça peut être quatre ou cinq cas, voire plus, ça dépend. Il faut tenir compte de plusieurs choses. Si vous avez deux cas dans deux familles différentes par exemple, ce n’est pas un cluster. » Les migrants attendent d’être testés sans aucune protection sanitaire, ce qui favorise dès le départ la propagation massive de l’épidémie. Un mineur d’origine comorienne arrêté devant le tribunal de Mayotte puis transféré au centre de rétention témoigne : « c’était horrible ! On était traités comme des chiens ! J’ai passé la nuit avec 17 personnes que je ne connaissais pas. Je ne sais pas s’il y avait parmi elles des malades. Ce n’est que le lendemain matin que j’ai été testé. » Le jeune homme, libéré car mineur se souvient qu’avec lui se trouvaient deux femmes enceintes inquiètes pour leur état de santé. Pour la préfecture, l’essentiel, c’est que « la machine à expulser rattrape son retard ». Une source policière confie que deux bateaux par semaine quittent l’île en direction des Comores voisines. Vendredi 28 août, l’un d’entre eux a encore pris la mer avec, à son bord, 120 personnes.

#1507 vu sur www.streetpress.com

France : une grande partie de personnes dites vulnérables à des risque de formes graves de Covid-19 ne peuvent plus bénéficier des dispositions de chômage partiel

France. Une grande partie de personnes dites vulnérables à des risque de formes graves de Covid-19 ne peuvent plus bénéficier des dispositions de chômage partiel à compter du 1er septembre. Un décret paru dimanche 30 août au Journal officiel durcit ces règles, en réduisant sensiblement la liste des personnes pouvant en bénéficier, dont les « salariés partageant le domicile d’une personne vulnérable ». Le chômage partiel n’est désormais pris en compte que « pour les personnes atteintes de certaines pathologies qui présentent un risque particulièrement élevé de formes graves de Covid ». Selon le décret, ce sont les personnes souffrant d’un cancer évolutif sous traitement, ceux qui sont atteints d’une immunodépression congénitale ou acquise, les personnes en dialyse ou présentant une insuffisance rénale chronique sévère, et celles âgées de 65 ans ou plus souffrant d’un diabète associé à une obésité ou des complications micro ou macrovasculaires. Les maladies pulmonaires sont désormais exclues de la liste. Pour justifier ces restrictions, le gouvernement s’appuie non pas sur des données médicales, mais sur le risque de “désinvestissement professionnel” des salariés. Le seul recours des salariés fragiles sera donc bientôt le congé maladie longue durée, avec une baisse conséquente de leur rémunération.

#1505 vu sur www.lemonde.fr

Kenya : le gouvernement a annoncé que tous les élèves du pays devraient obligatoirement redoubler cette année, par crainte d’une baisse du niveau scolaire suite à la fermeture des écoles pendant le confinement

Kenya. Le gouvernement a annoncé que tous les élèves du pays devraient obligatoirement redoubler cette année, par crainte d’une baisse du niveau scolaire à cause de la fermeture des écoles pendant le confinement. Pres de 18 millions d’élèves, répartis au sein de 90 000 écoles dans le pays, sont concernés, auxquels il faut ajouter les 150 000 enfants et adolescents vivant dans les camps de réfugiés dont la rentrée est prévue au mois de janvier. C’est la première fois qu’un pays prend ce type de décision depuis le début de la pandémie de coronavirus.

#1496 vu sur www.lepoint.fr

France : la rentrée scolaire est prétendument “normale”, les élèves s’entassent avec le masque comme seule protection sanitaire, le ministère ne communique pas sur les classes et écoles déjà refermées pour cause de covid

France. La rentrée scolaire “normale” d’après le ministère a lieu, avec une gestion grandement simplifiée puisque toutes les mesures de protection sanitaire ou d’éloignement ont été levées, y compris dans le zones rouges, excepté le port du masque, obligatoire pour tous les enseignants et les élèves à partir du collège. Les élèves s’entassent donc, en toute normalité, jusqu’à 35 par classes, avec des sanitaires la plupart du temps en très mauvais état. En cas de découverte d’un cas positif parmi les élèves ou le personnel, les mesures à prendre seront laissée à l’appréciation du préfet et, si les principaux et proviseurs assurent que tous les scénarios sont prévus, aucune information n’est donnée à part qu’ils en informeront les autorités sanitaires et les préfecture qui prendront alors une décision, probablement de confinement très ciblé puisqu’il s’agit de forcer le retour à la normal et d’éviter toute mesure de confinement généralisé, quel que soit le devenir de la pandémie, quitte à “habituer la population à une surmortalité”.

#1492 vu sur Le Monde et sources directes

Mexique, Monterrey : un tatoueur propose aux malades du covid qui ont survécu de se faire inscrire gratuitement sur la peau “Covid-19 Survivor”

Mexique, Monterrey. Un tatoueur propose aux malades du covid qui ont survécu de se faire inscrire gratuitement sur la peau “Covid-19 Survivor”. Il s’agit selon lui de garder le souvenir de cette période “exceptionnelle” : “Comme ça, dans quelques années, ils pourront dire à leur petits-enfants et à leurs enfants, regarde, je me souviens qu’en 2020 j’ai eu le Covid, qui était alors une pandémie, une maladie mortelle, et j’ai survécu, voilà mon tatouage”. Le Mexique a enregistré officiellement plus de 64.000 morts et près de 600.000 personnes infectées par le Covid-19.

#1499 vu sur www.francebleu.fr

France, Mâcon : un ouvrier a été licencié pour faute grave pour “avoir toussé sur un collègue”, les prud’hommes devront établir si le non-respect des gestes barrières dans l’entreprise constitue une faute grave

France, Mâcon. Un ouvrier viticole des grands crus de Bourgogne a été licencié pour faute grave après avoir « toussé » sur un collègue en mars. Il a porté plainte devant le conseil des prud’hommes qui devra établir si le non-respect des gestes barrières dans l’entreprise pendant l’épidémie de Covid-19 constitue une faute grave pouvant justifier un licenciement. En effet, dans la lettre de licenciement datée du 17 avril, la direction lui reproche de s’être « mis à tousser sur l’un de (ses) collègues » le 16 mars, alors que l’employeur expliquait devant les salariés les gestes barrières. Quelques jours plus tard, une infirmière du CHU de Mâcon est intervenue « pour expliquer de nouveau les gestes barrières » au personnel. L’employé se serait alors « retourné » vers un salarié et aurait « toussé dans sa direction manifestement volontairement », sans tousser dans son coude. Le 23 mars, il aurait « à nouveau toussé sur » l’employeur. La direction a alors décidé de le mettre à pied à titre conservatoire, sans salaire avant de le licencier « pour faute grave », avec effet immédiat, sans aucune indemnité. L’employé quant à lui souligne qu’à cette période, l’entreprise ne fournissait « que des gants, pas de masques ni de gel hydroalcoolique » et nie avoir eu le comportement qu’on lui reproche. Il affirme a inventé une faute pour se débarrasser de lui parce qu’en 2017 et 2018 il a dû prendre plusieurs arrêts pour maladies professionnelles et pour un accident du travail.

#1498 vu sur www.lemonde.fr

Biélorussie, Minsk : des dizaines de milliers de manifestants sont à nouveau descendus dans les rues pour le troisième weekend consécutif malgré une présence policière massive, et plus de 7000 arrestations depuis le début du mouvement

Biélorussie, Minsk. Des dizaines de milliers de manifestants sont à nouveau descendus dans les rues pour le troisième weekend consécutif et ce malgré une présence policière massive. La police anti-émeute était présente en masse aux côtés de militaires masqués et armés, en nombres plus importants que le weekend précédent, avec des blindés de l’armée. Le président s’est à nouveau montré a à nouveau diffusé une photo de lui en gilet pare-balle, fusil d’assaut à la main, alors que les manifestants se dirigeaient vers sa résidence. 140 personnes aurait été arrêtées, selon le ministère de l’Intérieur cité par les agences russes. La répression contre les opposants se poursuite avec l’arrestation de deux anarchistes. En tout, plus de 7000 personnes auraient été arrêtées depuis le début du mouvement de contestation.

#1494 vu sur www.tvanouvelles.ca

Italie, Lampedusa : le principal centre d’accueil déjà saturé a vu arriver près de 370 nouveaux migrants, de nombreuses évasions ont lieu que l’armée et des rassemblements d’extrême droite essayent d’empêcher

Italie, Lampedusa.Le principal centre d’accueil, qui est déjà saturé avec 1160 personnes, a vu arriver dans la nuit de samedi à dimanche 30 août près de 370 nouveaux migrants, après 500 autre migrants venant de Tunisie à la fin de la semaine. De nombreuses évasions ont lieu que l’armée, déployée sur place cet été, a du mal à empêcher. Un rassemblement de militants d’extrême droite les attendaient à leur arrivée. Évoquant « une situation sans précédent », le maire de Lampedusa a annoncé la convocation lundi des représentants des associations professionnelles de l’île pour déclarer « une grève générale ». Il avait pris un décret il y a une semaine pour fermer tous les centres d’accueil de migrants de Sicile (dont Lampedusa fait partie), dénonçant des conditions d’hygiène intenables avec l’épidémie de Covid-19, une démarche rejetée par la justice italienne.

#1491 vu sur www.ouest-france.fr

France, Guadeloupe : une personne maîtrisée par deux gendarmes a été frappé à coups de matraque par un troisième lors d’un contrôle de port du masque, une manifestation de soutien devant les grilles de la gendarmerie a réuni une centaine de personnes

France, Guadeloupe. Un gendarme est accusé d’avoir porté des coups de matraque à une personne déjà maîtrisée par deux de ses collègues lors d’un contrôle de port du masque. L’interpellation a eu lieu à Terre-de-Haut, aux Saintes alors que le masque est obligatoire sur l’île depuis le 15 août. Emmené en garde à vue, l’homme interpellé a été libéré le jour même, alors qu’une manifestation de soutien devant les grilles de la gendarmerie a réuni une centaine de personnes. L’interpellation a été filmée et la vidéo partagée plus de 3000 fois sur les réseaux sociaux. Le jeune homme a déposé plainte pour « violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique avec incapacité totale de travail n’excédant pas 8 jours ». Une enquête a été ouverte.

#1484 vu sur www.leparisien.fr

Etats Unis : Trump contribue à faire circuler la théorie complotiste selon laquelle les taux de mortalités du Covid seraient une mystification, avec « 94 % de faux morts du Covid-19 »

Etats Unis. Le président américain contribue à faire circuler dans un tweet la théorie complotiste selon laquelle les taux de mortalités du Covid seraient une mystification et affirme qu’il y a « 94 % de faux morts du Covid-19 ». Il s’agit d’un délire qui circule dans les sphères complotistes : la quasi-totalité des morts attribués au Covid-19 seraient fictives, et les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), l’équivalent américain de Santé publique France, l’auraient discrètement reconnu. D’après cette intox, seulement 6 % des morts attribuées au Covid-19 seraient véritablement liées à cette maladie. En fait, ce chiffre est obtenu en retirant des statistiques toutes les personnes décédées du Covid qui avaient des comorbidités ainsi que les personnes âgées. On remarquera que cette thèse complotiste ne fait que pousser à l’extrême et jusqu’à l’absurde une logique déjà présente dans les décomptes officiels qui, avec la notion de “surmortalité”, toutes les personnes dont on considère qu’ils auraient dû mourir de toute manière d’autre chose à ce moment-là… Le tweet présidentiel incriminé, qui affirmait : « cette semaine, le CDC a discrètement mis à jour ses statistiques du Covid pour reconnaître que seulement 6 % de tous les 153 504 morts répertoriés [aux Etats-Unis] étaient en réalité morts du Covid. Cela fait 9 210 décès. Les 94 % [restants] avaient deux, trois autres maladies sérieuses et l’écrasante majorité étaient d’un âge très avancé. » a depuis été supprimé par Twitter, mais la fausse info circule activement dans la presse d’extrême droite. Les autres journaux s’attachent à démontrer que c’est faux, sans pour autant remettre en question la notion pourtant discutable de “surmortalité”.

#1497 vu sur www.lemonde.fr

Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces publics à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne

France, Paris et petite couronne. Le port du masque est désormais obligatoire dans tous les espaces publics à Paris, en Seine-Saint-Denis, dans les Hauts-de-Seine et dans le Val-de-Marne. Selon le gouvernement, il s’agit de “tout faire pour éviter un reconfinement généralisé”, qui serait dévastateur pour l’économie, alors que 29 départements sont désormais en “zone rouge” pour la transmission du virus. La mairie affirme que les contrôles seront pour l’instant préventifs et qu’une période de tolérance avant sanction s’ouvre pour une quinzaine de jours, ce qui n’empêche pas que le non port du masque devienne prétexte à répression plus ou moins ciblée en fonction des besoins, des lubies et des mauvaises humeurs policières. La préfecture de police de Paris, quant à elle, a confirmé que quand un riverain “est en train de boire, manger ou fumer”, “on ne va pas verbaliser”. “C’est une question de discernement”.

#1470 vu sur www.lexpress.fr

Etats Unis : les procureurs et les législateurs de plusieurs États multiplient les accusations criminelles contre les manifestants interpellés pendant les mobilisations suite à la mort de Georges Floyd

Etats Unis. Les procureurs et les législateurs de plusieurs États multiplient les accusations criminelles contre les manifestants interpellés pendant les mobilisations suite à la mort de Georges Floyd, ajoutant parfois la qualification de terrorisme. Les législations elles-mêmes sont en train d’être durcies, comme dans le Tennessee où une nouvelle loi criminalise le fait de participer à certains types de manifestations, y compris camper pendant la nuit sur la propriété de l’État, qui était auparavant un délit, avec la particularité que dans cet Etat, les personnes reconnues coupables de crimes perdent leur droit de vote. Dans d’autres Etats où la police a accusé en masse les manifestants de crimes, les procureurs ont rapidement abandonné ce type de charges pour les ramener à des délits de manifestation. La mobilisation se poursuit et retrouve régulièrement de l’intensité dans plusieurs Etats du pays. Lundi, les manifestants ont incendié un bâtiment du Département d’État des services correctionnels. La nuit suivante, des membres armés d’une milice suprémaciste blanche ont organisé des contre-manifestations pour protéger les bâtiments officiels.

#1502 vu sur theintercept.com

Brésil : le gouvernement durcit sa réglementation sur l’avortement en cas de viol suite à la mobilisation de l’extrême droite religieuse contre l’avortement d’une petite fille de 10 ans

Brésil. Suite à la mobilisation de l’extrême droite religieuse contre l’avortement d’une petite fille de 10 ans enceinte suite à un viol dans le cadre familial, le gouvernement durcit sa réglementation sur l’avortement en cas de viol, un des rares cas dans lequel il est autorisé. Le personnel médical sera obligé de proposer à la femme de voir l’embryon ou le fœtus par échographie avant l’opération. Celle-ci devra aussi « raconter en détail » ce qui s’est passé et sera avertie qu’elle risquera des poursuites si elle ne peut pas prouver ses dires. Enfin, le viol sera obligatoirement signalé à la police avec dépôt de plainte, que la femme le veuille ou non. Au Brésil, six enfants entre 10 et 13 ans avortent chaque jour.

#1487 vu sur www.lemonde.fr

Allemagne, France, Angleterre : des manifestations “anti masques” ont eu dans les capitales, contre la “tyrannie médicale” et le “canular” du virus à Londres et devant le Reichstag en Allemagne

Allemagne, France, Angleterre. Des manifestations “anti masques” ont eu lieu à Londres, Paris et Berlin. A Paris, ils étaient plusieurs centaines à manifester aux cris de “Liberté ! Liberté ” dont certains identifiés comme “gilets jaunes”. Ils protestaient contre la généralisation du port du masque obligatoire y compris en extérieur. La police a distribué 123 amendes et une personne a été interpellée. A Londres, un millier de personnes ont manifesté contre la “tyrannie médicale” et contre les précautions sanitaires prises face à un virus considéré comme “un canular”. A Berlin, près de 40 000 personnes selon la police (le double de ce qui était attendu) ont manifesté contre les restrictions liées à la pandémie de Covid-19, en particulier le port du masque. Plusieurs centaines de personnes ont forcé les barrages policiers et tenté de pénétrer dans le Reichstag. La police annonce 300 interpellations.

#1486 vu sur www.leparisien.fr

France, Guadeloupe : au moins 20 cas de coronavirus ont été testés positifs à la prison de Baie-Mahault

France, Guadeloupe. Au moins 20 cas de coronavirus, onze détenus et neuf membres du personnel ont été testés positifs au Covid-19 à la prison de Baie-Mahault. Une campagne dépistage est toujours en cours et le nombre de nouveaux cas pourrait ainsi encore augmenter. Inquiétude dans une prison de Guadeloupe. Pour le moment “près de 120 tests ont déjà été effectués” dont “98 parmi les membres du personnel et une vingtaine sur les détenus” fait savoir la préfecture”…. L’ARS refuse encore de tester tout le monde et préfère plutôt cibler les cas contacts des personnes testées positives.

#1479 vu sur www.francetvinfo.fr

Argentine : une mobilisation des livreurs devant le commissariat où l’un d’entre eux était détenu après avoir été frappé par un policier parce qu’il était vénézuélien, a permis d’obtenir sa libération

Argentine. Une mobilisation des livreurs, dont des livreurs en lutte de l’assemblée nationale des livreurs, devant le commissariat où l’un d’entre eux était détenu par la police, a permis d’obtenir sa libération. Il avait été délibérément attaqué par un policier alors qu’il traversait la rue pour une course. La xénophobie ambiante pourrait expliquer cette agression puisque le policier a commencé à le prendre à partie à propos de ses origines vénézuéliennes, avant de sortir son arme et de la pointer sur lui. Il a ensuite sorti une matraque et s’est mis à le frapper brutalement à la tête, ouvrant une importante plaie hémorragique. Les livreurs se sont mobilisés devant le commissariat 5A du quartier d’Almagro, CABA, en criant de «liberté maintenant», «assez de brutalité policière»; “Assez de violence policière.”

#1478 vu sur www.laizquierdadiario.com

Etats Unis : un cinquième prisonnier fédéral est exécuté après 17 ans de pause des exécutions, l’administration Trump a désormais procédé à plus d’exécutions qu’au cours des 57 années précédentes

Etats Unis. Un cinquième prisonnier fédéral est exécuté après une pause de 17 ans. Il s’agit de Keith Nelson, accusé de viol et meurtre sur un enfant, qui a reçu des injections létales de pentobarbital. C’était la deuxième exécution cette semaine après que Lezmond Mitchell, aussi accusé de meurtre, a été tué mercredi. L’administration du président Trump, fervent partisan de la peine capitale, a désormais procédé à plus d’exécutions fédérales qu’au cours des 57 années précédentes. Keith Nelson a mis environ neuf minutes à mourir.

#1477 vu sur www.reuters.com

Méditerranée : un nouveau bateau de sauvetage dit “féministe” financé par Banksy, la Louise Michel, se joint aux navires humanitaires de sauvetage des migrants pour les emmener vers les zones d’attentes et d’enfermement habituelles

Méditerranée. Banksy finance un bateau de sauvetage pour les migrants en détresse en Méditerranée. Le navire, nommé la Louise Michel, aurait été préparé et peint en rose vif par l’artiste “en secret” pour ne pas attirer l’attention de la presse et des forces de l’ordre. L’équipage est composé “d’activistes européens ayant une longue expérience dans les opérations de recherche et de sauvetage” et l’équipe est menée par Pia Klemp, une militante allemande, ancienne capitaine des navires Iuventa et Sea-Watch 3. Selon l’article qui présente le projet, “comme il s’agit d’un projet féministe, seules les femmes membres d’équipage sont autorisées à parler au nom de la Louise Michel”. Il vient de prendre la mer sous drapeau allemand depuis le port de Burriana près de Valence et se trouve en Méditerranée centrale, où très peu de bateaux de secours circulent actuellement parce que la plupart sont bloqués dans les ports sous des prétextes administratifs divers. Avec 89 personnes secourues à son bord dès jeudi puis 130 vendredi, il recherche maintenant un port pour débarquer les passagers ou les transférer sur un navire des garde-côtes européens. Parmi ces 219 personnes secourues, on déplore un décès Avec une vitesse de pointe de 27 nœuds, le Louise Michel serait en mesure d’espérer distancer les garde-côtes libyens. Ces missions de sauvetage aboutissent toujours à l’enfermement des migrants secourus dans les centres de rétentions ou les navires-zones d’attente actuellement mis en place principalement en Italie et à Malte. Bansky aurait contacté des militants du sauvetage en mer dès 2019 pour leur proposer d’utiliser de l’argent gagné suite à un travail sur la crise des migrants et commencer à construire ce projet.

#1476 vu sur www.theguardian.com

Afrique du Sud, Johannesburg : après qu’un adolescent de 16 ans a été abattu par la police, des manifestations émeutières agitent la ville, avec des barricades, des incendies et l’attaque d’un commissariat

Afrique du Sud, Johannesburg. De violentes manifestations ont eu lieu suite à la mort d’un adolescent de 16 ans abattu par la police dans une banlieue de la ville. Le jeune homme se serait retrouvé incapable de répondre aux questions des policiers en raison d’un handicap. Il a été tué d’une balle par la patrouille de police qui le contrôlait. Ce meurtre a été suivi de manifestations émeutières avec des pneus incendiés, des barricades dressées, des jets de pierres vers la police et un commissariat local endommagé. A Eldorado Park, dans le sud de la ville, la police est intervenue à coups de gaz lacrymogènes, grenades assourdissantes et balles en caoutchouc. Une enfant témoigne qu’ « Ils l’ont abattu d’un coup », sans tir de sommation, vers 20h30, a-t-elle ajouté, expliquant qu’il était sorti acheter des biscuits avant d’aller jouer avec d’autres enfants quand la patrouille de police s’était approchée de leur groupe. L’adolescent est décédé plus tard à l’hôpital.

#1475 vu sur www.leparisien.fr

Etats Unis, New York : des résidents d’un quartier riche menacent de poursuivre la ville parce que des milliers de sans-abri ont été placés dans des hôtels dont certains de luxe

Etats Unis, New York. Les résidents de l’Upper West Side de New York, quartier huppé de la ville, menacent de poursuivre la ville parce que des milliers de sans-abri ont été placés dans des hôtels de luxe en raison de la crise sanitaire. À l’heure actuelle, plus de 13 000 sans-abri sont effectivement hébergés dans 139 hôtels de la ville, dont trois hôtels de luxe – Le Belleclaire, Le Lucerne et Le Belnord – dans l’Upper West Side. Des habitants de ces quartiers riches agitent le fantasme d’une augmentation de la criminalité, de la drogue, et de la prostitution, prétendant même qu’il s’agit de délinquants sexuels dangereux. Ils demandent que les sans abris soient hébergés exclusivement dans des quartiers pauvres (où ils considèrent sans doute que la délinquance sexuelle est la norme… )

#1474 vu sur www.dailymail.co.uk

Etats Unis, Hollywood : des manifestants entourent les tentes d’un campement de sans abris pour empêcher son” nettoyage” par les forces de l’ordre dans le cadre du programme CARE, et bloquent les rues aux alentours

Etats Unis, Hollywood. Des manifestants entourent les tentes pour empêcher “le nettoyage” d’un campement de sans abris et bloquent les rues aux alentours. Le mois dernier, les autorités de Los Angeles ont relancé une initiative à l’échelle de la ville intitulée le “programme CARE” qui implique le nettoyage des rues où résident des sans-abri. Le processus oblige les personnes non logées à déplacer leurs tentes et leurs effets personnels jusqu’à ce que le nettoyage soit terminé, ce qui peut durer quelques heures ou une journée entière et implique des opérations de police importantes et le plus souvent la destruction des tentes. Les membres du groupe Services not Sweeps sont descendus dans les rues autour d’Hollywood en brandissant des banderoles avec les slogans: «Vos “balayages” sont violents. Nous ne resterons pas silencieux ”.

#1473 vu sur www.dailymail.co.uk

Etats Unis, Oakland : au cours d’une manifestation émeutière nocturne, un palais de justice a été incendié, des commerces pillés et des affrontements importants ont eu lieu avec les forces de l’ordre

Etats Unis, Oakland. Au cours d’une manifestation émeutière nocturne rassemblant 700 personnes (selon la police), un palais de justice, la cour supérieure du comté d’Alameda, a été incendié et des affrontements importants ont eu lieu avec les forces de l’ordre. De nombreux commerces ont été vandalisés et pillés. L’incendie lui-même a été assez rapidement éteint par les pompiers, mais des dommages durables ont été causés à l’intérieur du bâtiment.

#1472 vu sur www.dailymail.co.uk

Etats Unis : le fabricant de bracelets connectés Fitbit prétend qu’ils permettraient de “prédire l’infection au Covid” suite à une étude pour développer des algorithmes de prédiction des problèmes de santé

Etats Unis. Le fabricant de bracelets connecté Fitbit prétend que ces objets permettraient de “prédire l’infection au Covid”. Une étude montrerait que les bracelets auraient détecté des signes précurseurs de la maladie chez certains porteurs en analysant des variations anormales des rythmes cardiaques et respiratoires, ce qui permettrait de détecter la présence du virus avant même l’apparition des premiers symptômes. Cette hypothèse a émergé au cours d’une étude entreprise pour développer des algorithmes de prédiction et a été complétée de mai à juillet auprès de 100 000 porteurs d’un bracelet de la marque dont 1181 ont été testés positifs au coronavirus par test PCR.

#1471 vu sur www.leparisien.fr

Etats Unis, Californie : depuis la deuxième guerre mondiale des détenus sont employés comme pompiers pour éteindre les nombreux incendies, cette année pour cause de covid s’y ajoutent des travailleurs saisonniers

Etats Unis, Californie. Depuis la deuxième guerre mondiale, quand il a fallu remplacer les hommes partis au front, des détenus gonflent les rangs des pompiers civils pour éteindre les incendies géants qui sévissent à cette saison dans cette région. Cette année il y a moins d’équipes de détenus mobilisés à cause des protocoles sanitaires, et l’agence officielle de lutte contre les incendies, Cal Fire, pour pallier au manque de cette main-d’œuvre des «hand crews» identifiables par leur leur tenue orange (appelés aussi les “orange angels”, exploités pour un salaire minable avec un chantage à la réinsertion), a recruté 800 travailleurs saisonniers.

#1482 vu sur www.liberation.fr

Corée du Sud : des employés payent 80 euros par jour pour être enfermés dans des conditions carcérales dans le but d’éviter le burn out

Corée du Sud. Des employés payent 80 euros par jour pour être enfermés dans des conditions carcérales dans le but d’éviter le burn out. La Corée du Sud est un de pays où les salariés cumulent le plus grand nombre d’heures de travail au monde et comme c’est mauvais pour la santé, des méthodes expéditives pour éviter le burn out sont mises en place, comme l’isolement volontaire du travail et de la vie sociale dans des cellules de 4 m2 équipées à cet effet. Les règles y sont dignes de l’univers carcéral. Les portes sont fermées à double tour pour éviter toute tentation. Le téléphone est confisqué et aucun contact avec l’extérieur n’est autorisé.

#1481 vu sur www.francetvinfo.fr

Allemagne, Berlin : le consulat général et l’ambassade de Biélorussie ont été attaqués à coup de pierres et de bouteilles de peinture en réponse à l’appel à la solidarité internationale

Allemagne, Berlin. Le consulat général et l’ambassade de Biélorussie ont été attaqués à coup de pierres et de bouteilles de peinture en réponse à l’appel à la solidarité internationale avec les manifestants et révoltés qui sont réprimés, arrêtés et enfermés. L’emblème du pays a été recouvert d’un A cerclé. Le communiqué peut être lu en français ici

#1480 vu sur nantes.indymedia.org

Bosnie-Herzégovine, Bihac : un millier de migrants enfermés dans un camp géré par l’ONU à la frontière avec la Croatie, ont manifesté contre le tabassage d’un migrant installé hors du camp, les autorités ont dépêché des forces de police spéciales

Bosnie-Herzégovine, Bihac. Des migrants bloqués dans la région de la Krajina, à la frontière de la Croatie, et enfermés dans le camp de Lipa géré par l’ONU ont manifesté en réaction au passage à tabac d’un migrant “sans-abri”, c’est-à-dire vivant en dehors du camp de tentes. Ils sont environ 2500 dans ce cas. Les autorités ont dépêché des forces de police spéciales pour réprimer la révolte d’un millier de migrants. Le personnel de l’Organisation internationale pour les migrations, qui gère les sept camps de migrants en Bosnie, s’est retiré du camp avant l’arrivée de la police spéciale. Les agents ont tiré plusieurs coups de semonce en l’air pour calmer les troubles des migrants qui lançaient des pierres. Un peu partout dans le pays la tension monte et les forces de l’ordre interviennent contre les migrants qui sont nombreux à y être bloqués par la crise sanitaire. Les frontières ont aussi été renforcées pour empêcher de nouveaux migrants d’arriver. La Croatie ayant renforcé ses frontières et érigé des clôtures, les migrants qui veulent passer d’Asie en Europe se retrouvent très nombreux à être bloqués en Bosnie et la situation dégénère. Dans deux autres camps à Bihac, enfermant chacun plus de 1000 hommes célibataires, huit migrants ont été testés positifs au coronavirus cette semaine. C’est la première fois que des infections ont été détectées dans les installations enregistrées par l’OIM en Bosnie. Deux d’entre eux se sont échappés de l’isolement et avaient fui, ce qui a causé des manifestations d’hostilité de la population locale, avec la création de “groupes d’autodéfense” qui menacent les migrants, en particulier ceux qui vivent hors des camps. Les autorités de la Krajina ont décidé la semaine dernière d’empêcher toutes les nouvelles arrivées de migrants et refoulent désormais tous les migrants. Sont également interdits le transport des migrants dans les trains, les bus ou les taxis, les rassemblement dans les lieux publics et les habitants n’ont pas le droit de louer ou de fournir un logement aux migrants. A la suite de ces mesures, les forces de police des régions adjacentes ont commencé à empêcher les migrants de retourner dans leurs zones. Plusieurs centaines de personnes, y compris des femmes et des enfants, ont été débarqués de bus ou de trains et laissées piégées sur une route près de la ville de Bosanska Otoka sans accès à de la nourriture ou à un abri.

#1469 vu sur apnews.com

Espagne : le gouvernement mobilise 2000 soldats pour renforcer ses opérations de traçage, mesure présentée comme un moyen d’éviter à tout prix le retour à un confinement généralisé

Espagne. Le gouvernement mobilise 2.000 soldats pour renforcer ses opérations de traçage, afin de pallier un manque de moyens humains dans les régions les plus touchées. Ce renforcement des possibilités de contrôle est présenté comme le moyen d’éviter à tout prix le retour à un confinement généralisé trop coûteux pour l’économie.

#1466 vu sur www.courrierinternational.com

Pérou : le personnel soignant entame une grève nationale de 48 heures contre des conditions de travail déplorables et le manque de protection face au virus alors que le pays fait face à un nombre toujours croissant de cas

Pérou. Alors que le pays fait face à un nombre toujours croissant de cas de coronavirus qui menace de saturer le système de santé, le personnel soignant entame une grève nationale de 48 heures contre leurs conditions de travail déplorables et le manque de protection face au virus. Les mêmes revendications s’expriment depuis des mois et une grève était déjà prévue en juillet mais elle avait été annulée suite aux promesses faites par le gouvernement. La situation n’ayant pas changé depuis, la grève a finalement lieu fin aout, alors que l’épidémie a encore progressé.

#1490 vu sur www.rfi.fr

Grèce, Lesbos : une soixantaine de détenus du camp de la Moria ont entamé une grève de la faim

Grèce, Lesbos. Une soixantaine de détenus du camp de la Moria ont entamé une grève de la faim. Ils sont enfermés depuis 174 jours pendant lesquels leur expulsion était de fait impossible à cause de la situation sanitaire. Du 5 au 8 avril de cette année, les détenus ont tenté de faire une grève de la faim qui a cessé après qu’une unité spéciale de la police a violemment interrogé les grévistes et frappé plusieurs d’entre eux dans des conditions qu’on ne connaît pas vraiment étant donné que la peur empêche les migrants de s’exprimer. A la Moria, les tentatives de suicide sont presque hebdomadaires. Le 6 janvier, un détenu iranien de 31 ans s’est suicidé après avoir été détenu à l’isolement et se voir refuser l’accès aux soins psychosociaux. Sa mort a déclenché une enquête criminelle sur le personnel et les services de l’établissement. Les passages à tabac – parfois proches de la torture – sont devenus une routine et ceux qui s’expriment sont menacés de violentes représailles.

#1483 vu sur enoughisenough14.org

France, Marseille : plusieurs dizaines de retenus du centre de rétention sont en grève de la faim pour protester contre leur enfermement et dénoncer l’attitude de Forum Refugiés qui cogère le CRA

France, Marseille. Plusieurs dizaines de retenus du centre de rétention à Marseille sont en grève de la faim pour protester contre leur enfermement en pleine crise du Covid-19, comme à Rennes, et au Mesnil Amelot, et dans d’autres centres de rétention en France. L’un d’entre eux à cessé de s’alimenter depuis 30 jours. Le communiqué des grévistes peut-être lu ici. Ils sont maintenus en rétention pour 60 jours, voire plus, alors que les frontières sont fermées, et sans précautions sanitaires suffisantes (même pas de masques…), alors que 4 cas de coronavirus ont été confirmés au sein de la PAF (Police aux frontières) qui garde le centre de rétention de Marseille, et pourtant rien n’est fait pour nous protéger. Le communiqué dénonce particulièrement l’association qui gère le CRA de Marseille, Forum Réfugiés, qui “ne s’occupe que des cas qu’elle considère défendables et laisse les autres dans la merde, par exemple ceux qui n’ont pas de famille dehors ni de visites en parloir”.

#1454 vu sur mars-infos.org

France, Vitry-sur-seine : le bidonville du Parc des Lilas, où vivaient quelques 300 personnes, a été évacué et démoli par les forces de l’ordre

France, Vitry-sur-seine. Le bidonville du Parc des Lilas, où vivaient quelques 300 personnes, a été évacué et démoli par les forces de l’ordre. Les 300 personnes qui y vivaient, venant de Roumanie, de Moldavie ou d’Ukraine, avaient pour la plupart, fui quelques heures plus tôt et seules deux familles ont été prises en charge par les services sociaux et relogées très provisoirement (pour 7 jours) en hôtel. Pour bénéficier d’une telle “mise à l’abri”, il faut répondre à des critères très spécifiques : “avoir des enfants de moins de trois ans, être enceinte ou présenter une vulnérabilité apparente, être présent le jour de l’expulsion.” Et au bout d’une semaine, la prise en charge cesse… Selon l’association Romeurope, d’autres bidonvilles devraient être la cible d’expulsion « avant la fin de l’été », notamment à Drancy, Rosny-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Champs-sur-Marne, Noisiel (Seine-et-Marne) et Savigny-sur-Orge (Essonne).

#1459 vu sur actu.fr

France, Lille : un jeune sans papiers est décédé pendant sa garde à vue, dans la cellule du commissariat où il avait été emmené parce qu’il s’est retrouvé soupçonné de “s’apprêter à commettre un vol à l’étalage”

France, Lille. Un jeune sans papiers est décédé pendant sa garde à vue, dans la cellule du commissariat où il avait été emmené parce qu’il s’est retrouvé soupçonné de “s’apprêter à commettre un vol à l’étalage” (!). Son état général avait été jugé “compatible avec la garde-à-vue” par le médecin qui l’avait examiné.

#1467 vu sur www.francetvinfo.fr

France, Poissy : le local de l’association d’insertion LP Corneille a été détruit à la voiture-bélier

France, Poissy. Le local de l’association d’insertion LP Corneille a été détruit par une voiture-bélier. Le véhicule a été incendiée après avoir été encastré dans l’établissement. Cette association est spécialisée dans l’aide aux familles en difficulté et le domaine de l’insertion pour les personnes peu qualifiées.

#1465 vu sur www.leparisien.fr

Espagne, Madrid : la rentrée se prépare avec un ratio d’élèves par classe diminué de 25 à 20 et l’installation de 6 000 caméras à l’intérieur des établissements et des classes

Espagne, Madrid. La rentrée se prépare avec un ratio d’élèves par classe diminué de 25 à 20 et une rentrée échelonnée du 4 au 18 septembre, ce qui implique l’embauche de 11 000 enseignants. Le masque est obligatoire dès 6 ans et un coordinateur COVID sera nommé dans chaque établissement. La possibilité d’un enseignement à distance est aussi préparée par l’achat de 70 000 ordinateurs. Mais le plus frappant reste l’installation de 6 000 caméras à l’intérieur des établissements et des classes pour que les élèves confinés puissent suivre les cours en ligne.

#1463 vu sur www.telemadrid.es

France, Italie : Carla, arrêtée suite à un mandat d’arrêt européen dans le cadre de l’opération Scintilla, a été extradée en Italie pour y être jugée

France, Italie. Carla, arrêtée le 26 juillet à Saint Etienne, a été extradée en Italie pour y être jugée. Elle a été arrêtée suite à un mandat d’arrêt européen dans le cadre de l’opération Scintilla, initiée par les autorités italienne suite à la publication et à la diffusion de la brochure « I cieli bruciano » recensant les collabos de la machine à expulser italienne, cibles de nombreuses attaques au cours des dernières années, Elle est désormais incarcérée à la prison de Vigevano, près de Milan, en module AS3 (alta sicurezza 3). Elle a écrit une lettre depuis la prison de Fresnes avant son extradition qui peut être lue ici. Il est possible de lui écrire pour lui exprimer notre solidarité à l’adresse suivante :

Carla Tubeuf
casa circondariale di Vigevano Centralino
via Gravellona 240
27029 Vigevano (PV)

#1489 vu sur nantes.indymedia.org

Liban : les travailleuses domestiques faut aussi partie des nombreuses victimes collatérales de l’explosion du port de Beyrouth, à la rue sans ressources ni secours

Liban. Très touchées par la crise sanitaire à cause de leur statut, en particulier la kafala qui les fait dépendre entièrement de leurs employeurs, les travailleuses domestiques faut aussi partie des nombreuses victimes collatérales de l’explosion du port de Beyrouth. Un très grand nombre d’entre elles se retrouvent à la rue sans ressources ni secours. Elles sont nombreuses à faire partie des victimes directes, en particulier des femmes originaires des Philippines, dont les services sont très prisés par la bourgeoisie libanaise, dont beaucoup résident du côté d’Achrafieh, un quartier relativement aisé de Beyrouth, touché de plein fouet par l’explosion. Comme elles n’ont pas de papiers d’identité et ne sont répertoriées nulle part, elles ne sont pas recherchées et leur mort peut passer inaperçue. Après l’explosion du port, 300.000 personnes se sont retrouvées sans domicile. De nombreuses familles libanaises ont quitté Beyrouth pour s’installer temporairement dans les montagnes, chez des proches ou dans leur résidence secondaire, sans nécessairement emmener leur domestique avec elles. Celles qui continuent à travailler voent leurs rations de nourriture réduites jusqu’à souffrir de la faim. Les associations caritatives manquent de ressources et privilégient les nationaux : sur les murs de certains dispensaires de Bourj Hammoud, on commence d’ailleurs à voir apparaître des panneaux «Lebanese only» Depuis le début du mois de juin, plusieurs dizaines d’Éthiopiennes dorment dans la rue devant le consulat, à Hazmieh, au sud de Beyrouth. Renvoyées par leurs employeurs, elles arrivent chaque jour plus nombreuses, laissées sur le bord du trottoir par des taxis, avec ou sans valise. Une cinquantaine de Kényanes manifestent régulièrement devant le consulat, tandis que la Sûreté générale les menace d’emprisonnement si elles venaient à contacter des associations pour parler de leur situation.

#1461 vu sur www.slate.fr

Inde : des millions de travailleurs, en particulier dans le secteur de la santé, sont en grève pour protester contre les nouvelles mesures du gouvernement dans le contexte d’une hausse continue du nombre de cas de Covid

Inde. Des millions de travailleurs indiens sont en grève pour protester contre les nouvelles mesures du gouvernement dans le contexte d’une hausse continue du nombre de cas de Covid, en particulier des travailleurs sans contrat permanent des organismes de l’État – principalement des acteurs de santé publique agréés (ASHA). Ces grèves associent des exigences concernant leur protection sanitaire, les conditions de travail et le paiement des salaires à des demandes d’aide d’urgence alimentaire. Selon des responsables syndicaux, le gouvernement craint la propagation de ce mouvement et la police a arrêté et détenu des grévistes dans de nombreux États. Une grève massive des femmes qui travaillent dans l’usine JNS Instruments commence aussi à Manesar. Sur l’ensemble du territoire, 10 millions de travailleurs seraient en grève à l’heure actuelle.

#1453 vu sur www.wsws.org

France : suite aux dégradations, pillages et affrontements en marge de la finale de football, le ministre de l’Intérieur déclare vouloir utiliser des drones pour identifier “les casseurs” et ceux qui manifestent trop souvent (!)

France. Suite aux dégradations, pillages et affrontements en marge de la finale de la Ligue des Champions, le ministre de l’Intérieur déclare vouloir utiliser des drones pour identifier “les casseurs” et ceux et celles qui manifestent trop souvent (!). Il dit avoir demandé l’établissement d’un cadre réglementaire qui permette de «faire des identifications de ces personnes qui reviennent à chaque fois sur les manifestations». Au total, ce soir-là, 158 personnes ont été interpellées et 151 placées en garde à vue, dont 49 mineurs.

Illustrarion of a drone flying over Saint-Cloud near Paris on February 27, 2015. One of three Al-Jazeera journalists arrested for flying a drone in Paris’ Bois de Boulogne park on the western edge of the French capital, for the purposes of a television report, will appear in court next week after pleading guilty, a judicial source said on February 26, 2015. Flying drones over the capital is illegal under French law. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET (Photo credit should read DOMINIQUE FAGET/AFP via Getty Images)

#1464 vu sur www.lefigaro.fr

Colombie, Bogota : la crise sanitaire et le confinement, interminable en Colombie, aggravent la pauvreté des habitants qui sont de plus en plus nombreux à devoir s’installer sur des terrains inoccupés

Colombie, Bogota. La crise sanitaire et le confinement, interminable en Colombie, aggravent la pauvreté des habitants qui sont de plus en plus nombreux à devoir s’installer sur des terrains inoccupés faute d’argent pour se loger, et les bidonvilles se développent de jour en jour dans la capitale. Le covid s’y répend à toute vitesse, en l’absence de mesures de protection sanitaires, qui sont impossibles à tenir dans ces conditions.

#1458 vu sur liberation.fr

Rwanda, Ouganda : ces deux pays qui avaient imposé un confinement strict avec des mesures extrêmement punitives menacent d’instaurer à nouveau un confinement strict face à une nouvelle augmentation des cas

Rwanda, Ouganda. Ces deux pays d’Afrique de l’est qui avaient imposé un confinement strict pour lutter contre le Covid-19 connaissent une nette augmentation de cas positifs au virus. « Un grand nombre de nouveaux (malades) du Covid-19 dans le pays sont infectés dans les espaces publics et les marchés et boutiques », a déclaré le ministère de la Santé dans un communiqué publié dimanche soir. Les autorités ont fait savoir qu’elles n’excluaient pas un nouveau confinement total, aussi strict que celui qui avait été mis en place le 22 mars dernier, possibilité qui inquiète les habitants.

#1457 vu sur afrique.lalibre.be

Qatar : un nouveau rapport montre que la pratique des salaires impayés est généralisée dans au moins 60 entreprises du Qatar qui emploient presque exclusivement des travailleurs étrangers

Qatar. Un nouveau rapport d’Human Rights Watch montre que la pratique des salaires retenus et impayés, ainsi que d’autres abus de rémunération, est persistante et généralisée chez au moins 60 employeurs et entreprises du Qatar, qui emploient en grande majorité des travailleurs étrangers (95 % de la main-d’œuvre totale au Qatar). Le rapport intitulé « Comment peut-on travailler sans être payé ? :Abus salariaux subis par les travailleurs migrants avant la Coupe du monde de la FIFA 2022 au Qatar » étudie en particulier ce qui concerne les travaux liés à la coupe du monde de foot de 2022. En 2017, le gouvernement avait promis auprès de l’Organisation internationale du travail (OIT) de protéger les travailleurs migrants des abus de rémunération et abolir le système de kafala, qui lie les travailleurs migrants à leurs employeurs. Cas après cas, Human Rights Watch a constaté des abus de rémunération dans diverses professions, notamment des gardes de sécurité, serveurs de restaurants et cafés, videurs, gestionnaires et ouvriers du bâtiment. La situation a empiré pendant la crise du Covid et des milliers de travailleurs sont resté bloqués dans des immenses zones industrielles transformées en camps et gardés par les forces de l’ordre et avec le maintien du système de kafala, les employeurs disposent d’un pouvoir et d’un contrôle sans limites sur les travailleurs migrants.

#1456 vu sur hrw.org

Etats Unis, Kenosha : pour la deuxième nuit consécutive des manifestations ont lieu suite au fait qu’un policier a tiré sept balles dans le dos d’un jeune afro américain

Etats Unis, Kenosha (Wisconsin). Pour la deuxième nuit consécutive des manifestations ont lieu à Kenosha suite au fait qu’un policier a tiré sept balles dans le dos d’un jeune afro américain, Jakob Blake, alors qu’il rentrait dans sa voiture où trois de ses enfants étaient assis. Malgré le couvre feu instauré à partir de 20h, des centaines de personnes se sont rassemblées devant le palais de justice et des affrontements ont eu lieu avec la frontière. 200 membres de la garde nationale ont été appelés en renfort pour réprimer les manifestations. Des incendies de voitures et des attaques contre le tribunal et un bâtiment de la police ont eu lieu dès la nuit suivante.

#1455 vu sur rfi.fr

Madagascar : une mutinerie a eu lieu dans la prison de Farafangana, au sud est de l’île, au cours de laquelle 88 détenus se sont évadés et vingt d’entre eux sur les 39 qui ont été retrouvés ont été tués

Madagascar. Une mutinerie a eu lieu dans la prison de Farafangana, au sud est de l’île, au cours de laquelle 88 détenus se sont évadés et vingt d’entre eux sur les 39 qui ont été retrouvés ont été tués. La prison compte 357 prisonniers. Les détenus ses ont attaqués u personnel pénitentiaire et divisés en deux groupes dont l’un a forcé un passage via les toilettes pour s’évader. L’évasion a engendré une riposte très dure des forces de l’ordre. Sur les 39 évadés capturés, 8 sont gravement blessés et ont été transportés à l’hôpital, vingt autres ont été abattus. Deux évadés sont portés disparus. « Nous sommes entourés par la mer et des lacs et certains détenus ont fui en pirogue. Quand on a essayé de tirer, ils ont disparu… La petite pirogue a coulé », détaille une responsable. C’est la première révolte de cette ampleur sur l’île, les autorités l’attribuent aux nouvelles mesures sanitaires prises, en particulier l’interdiction des visites des familles.

#1452 vu sur www.rfi.fr

France : le nombre de bénéficiaire de l’aide alimentaire a augmenté de près de 50 % depuis mars, de nouveaux profils de personnes sont passés dans la grande précarité, avec des baisses de revenus brutales liées au confinement

France. Suite à la crise sanitaire, le nombre de bénéficiaire de l’aide alimentaire a augmenté de près de 50 % depuis le mois de mars. Selon les chiffres de la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS), le nombre de demandeurs est passé de 5,5 millions avant le confinement à quelque 8 millions, une augmentation plus rapide et importante qu’après la crise économique de 2008. On constate aussi que de nouveaux profils de personnes sont passés dans la grande précarité, avec des baisses de revenus brutales liées au confinement.

#1451 vu sur www.ouest-france.fr

France, Rennes : à partir de septembre, la police municipale sera dotée de pistolets à impulsion électrique, le maire pense aussi aux “armes létales” pour les patrouilles de nuit

France, Rennes. A partir de septembre, la police municipale va être dotée de pistolets à impulsion électrique. Cette mesure, ainsi que le triplement des patrouilles nocturnes, est présentée comme une réponse à “une inquiétante montée de la délinquance”. De nombreuses polices municipales en sont déjà équipées. La maire de la ville, qui disait y être jusque là fermement opposé, semble maintenant enthousiaste, et n’exclut pas que certains policiers municipaux puissent aussi être équipés “d’armes létales” pour les patrouilles de nuit.

#1450 vu sur www.ouest-france.fr