Présentation

Sont réunies ici toutes les informations que nous pouvons trouver concernant les lieux d’enfermement durant le confinement : prisons, centres fermés pour mineurs, centres de rétention administrative, zones d’attente, camps où sont enfermés les migrants et sans-papiers, mais aussi ehpad et hôpitaux psychiatriques. Certaines structures ou institutions (au sens large) peuvent aussi du jour au lendemain se carcéraliser et constituent déjà des lieu où la gestion de l’État se fait très pressante pour ceux qui s’y retrouvent, c’est le cas des foyers de travailleurs ou des foyers gérés par l’Aide sociale à l’enfance, mais nous examinerons aussi tout ce qui peut filtrer des ravages de l’enfermement dans le cadre de la famille, qui touche déjà nombre de femmes et d’enfants, ainsi que les populations les plus fragiles, à la merci de la gestion par les flics de la crise sanitaire : les populations les plus précaires, les populations des bidonvilles, les personnes sans domiciles fixes. A travers la question de l’enfermement dans le confinement, nous cherchons à rendre compte de ce que fait la gestion de l’État à ceux qui sont ou se retrouvent le plus à sa merci. C’est pourquoi seront aussi inclues les informations qui concernent la gestion des corps post mortem, car c’est aussi avec ces données qu’on peut comprendre à la fois l’ampleur de ce qui se passe et les différentes formes que prend cette gestion. Nous avons conscience que l’angle que nous choisissons est partiel : nous ne répertorions pas ici l’intégralité des infos concernant les révoltes ou les attaques contre la répression et le contrôle qui accompagnent la gestion du confinement, avec lesquelles nous sommes bien sûr plus que solidaires. Mais, dans la situation particulière qui n’a pas encore fini de durer, il nous semble pertinent de mettre en évidence ce qui se passe à travers cet axe là. Et, plus généralement, de comprendre comment se passe la gestion d’Etat dans les lieux où il n’y a plus aucun contact direct des personnes enfermées avec aucun extérieur.

Continuer la lecture de « Présentation »

Etats Unis : Google propose désormais aux entrepreneurs de s’identifier en tant qu’entreprise dirigée ou tenue par des Noirs et présente cette mesure comme un soutien à la lutte contre le racisme

Etats Unis. Google propose désormais aux entrepreneurs de s’identifier en tant qu’entreprise dirigée ou tenue par des Noirs et présente cette mesure comme un soutien à la lutte contre le racisme. Un nouveau badge représentant un cœur noir a été créé pour l’occasion. Il apparaîtra sur la fiche Google du commerce dans les résultats de recherche et sur Google Maps. Google aurait constaté ces derniers mois une augmentation des recherches en ligne visant à trouver des établissements tenus par des afro-américain. Début juin, Google avait déjà annoncé plusieurs mesures pour soutenir la communauté noire, notamment le versement de plus de 12 millions de dollars à des organisations “qui s’efforcent de lutter contre les inégalités raciales”. Il y a deux ans, la firme avait dévoilé des badges de la même nature, à afficher pour indiquer que le commerce est “LGBTQ+ friendly” – y compris en France – ou s’il est dirigé par des femmes.

#1343 vu sur bfmtv.com

Etats Unis, Californie : de plus en plus de locataires sont en procédures d’expulsion, en pleine augmentation des cas de Covid : les propriétaires recourent à des méthodes de plus en plus expéditives et illégales

Etats Unis, Californie. De plus en plus de locataires sont en procédures d’expulsion, en pleine augmentation des cas de Covid. Les propriétaires recourent à des méthodes de plus en plus expéditives et illégales pour menacer les locataires et obtenir le paiement des loyers. Des associations affirment que la situation du logement est pire que dans les années 30. Lorsque la Californie est devenue l’un des premiers États à être confiné en mars et que des millions de personnes ont perdu leur emploi, le gouverneur a ordonné un moratoire sur les expulsions pour les personnes qui ne pouvaient pas payer de loyer et le système judiciaire de l’État a arrêté de traiter les expulsions en avril. Mais certains propriétaires ont continué à poursuivre les expulsions dans tout l’État et la fin des délais et moratoires annonce une catastrophe. Dans le même temps, les républicains du Congrès cherchent à réduire les allocations de chômage supplémentaires, ce qui pourrait être particulièrement difficile pour la Californie, où le taux de chômage a oscillé autour de 15%. Les experts prévoient donc un «tsunami d’expulsions» estimant par exemple que 495 000 ménages risquent d’être expulsés dans le comté de Los Angeles. Dans la Silicon Valley, l’une des régions les plus riches du monde, 43 000 ménages courent un risque élevé d’expulsion, et même si seulement 10% d’entre eux se retrouvent sans abri, cela pourrait tripler la population sans logement de la région. Un projet de loi pour interdire les expulsions jusqu’en avril 2021, ou 90 jours après la fin de l’urgence, est en cours d’examen mais ce que demandent les collectifs de locataires, c’est l’annulation pure et simple des loyers.

#1342 vu sur theguardian.com

Belgique : malgré la fermeture des frontières, 200 sans papiers sont maintenus en centres fermés jusqu’à 9 mois, grèves de la faim et actes de solidarités se multiplient

Belgique. 200 sans papiers sont maintenus en centres fermés (pour 600 places) et les règles Covid continuent à s’appliquer. Ils restent enfermés pour la plupart jusqu’à 9 mois, alors que les expulsions ne peuvent pas avoir lieu à cause de la fermeture des frontières et parce que les pays d’origines ne délivrent pas de laisser passer. Au centre fermé de Bruges, une grêve de la faim a commencé pour protester contre cet enfermement. Après 24 heures, sept grévistes ont été mis au cachot puis très rapidement transférés dans d’autres centres. Au centre fermé 127 bis, tous les détenus de l’aile R ont exigé d’être mis au cachot en solidarité avec l’un d’entre d’eux qui s’y était retrouvé pour s’être révolté.

#1341 vu sur gettingthevoiceout.org

France, Nantes : des élèves infirmiers mobilisés et sous-rémunérés pour le Covid refusent de payer leurs frais d’inscription ; le CHU intervient auprès de Pôle emploi pour qu’ils soient déduits de leurs indemnités

France, Nantes. Des élèves infirmiers refusent de payer leurs frais d’inscription pour protester contre le fait qu’un tiers d’entre eux ont été mobilisés pendant le Covid en tant qu’aide-soignants tout en restant dans l’obligation de poursuivre les travaux nécessaires à la validation de leur année, puis de passer des partiels dans des conditions des conditions déplorables. Le CHU, qui a envoyé des huissiers pour percevoir les sommes dûes qui s’élève à un peu plus de 200 euros par élève, est même intervenu auprès de Pôle Emploi, afin qu’il retienne le montant de ces frais sur leurs indemnités chômage…

#1340 vu sur mediacites.fr

Zimbabwé, Harare : des manifestations contre la corruption à la tête de l’État ont lieu malgré le couver-feu et les intimidations et arrestations préventives

Zimbabwé, Harare. L’opposition a appelé à braver le confinement pour manifester contre la corruption à la tête de l’État. Le gouvernement avait prévenu qu’il ne laisserait pas les manifestations se tenir, et le centre-ville de la capitale est resté bouclé, tout comme celui de la seconde ville du pays, Bulawayo. Depuis plusieurs jours, les forces de sécurités sont visibles dans les rues où personne ne circule. Le contexte est d’autant plus tendu que s’ouvre le procès de l’ex-ministre de la Santé, limogé il y a 3 semaines, accusé d’avoir détourné des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19. Ces derniers jours les cas d’intimidations et de violences envers leurs militants se sont multipliés. De petits rassemblements ont eu lieu dans les banlieues des deux villes, menant à de multiples arrestations. De nombreuses arrestations préventives ont eu lieu les jours qui ont précédé et des dizaines d’opposants ont préféré s’enfuir parce qu’ils étaient recherchés par la police. Face à cette répression, certains opposants demandent la poursuite des manifestations tout au long du weekend. Depuis plusieurs jours, les forces de sécurités sont visibles dans les rues où personne ne circule. Le contexte est d’autant plus tendu que s’ouvre le procès de l’ex-ministre de la Santé, limogé il y a 3 semaines, accusé d’avoir détourné des fonds destinés à la lutte contre le Covid-19. Ces derniers jours les cas d’intimidations et de violences envers leurs militants se sont multipliés.

#1334 vu sur rfi.fr

Afrique du Sud, Cato Major : la municipalité a lancé une violente attaque contre les cabanes du terrain occupé d’eKhenana

Afrique du Sud, Cato Major. La municipalité a lancé une violente attaque contre les cabanes du terrain occupé d’eKhenana à Cato Manor. Les habitants sont pourtant protégés par une décision de justice qui a été rendue le 27 décembre de l’année dernière, puis réaffirmée le 24 avril de cette année. L’ANC a mené une guerre totale contre cette occupation. Il y a eu des attaques armées régulières de la part de la ville depuis 2008. Peu de temps après le début du confinement, le 24 avril de cette année, le chef de l’unité d’invasion terrestre de la ville, s’est rendu à eKhenana et a tiré à balles réelles sur les occupants, blessant gravement une personne. À plusieurs reprises pendant le confinement, l’armée a participé à ces attaques aux côtés de la police, de l’unité anti-invasion terrestre de la ville et du tristement célèbre Calvin & Family Security. C’est ce qui s’est à nouveau passé aujourd’hui. 13 maisons ont été détruites et des matériaux de construction ainsi que des biens personnels, de l’argent et beaucoup de téléphones portables ont été volés. Deux personnes ont été grièvement blessées lors de l’attaque et se trouvent maintenant à l’hôpital King Edward. Ils n’attaquent pas seulement les maisons de ce village auto-organisé, ils essaient également de détruire la coopérative que les habitants ont construite, qui produit de la nourriture et a financé des toilettes, des désinfectants, des masques faciaux et des frais de transport.

#1319 vu sur enoughisenough14.org

Etats unis, Chicago : l’ICE, agence américaine de l’immigration, a été inondée de milliers de fausses demandes de candidature pour son “académie citoyenne” de volontaires anti-immigrés

Etats unis, Chicago. L’ICE, agence américaine de l’immigration et de l’application des douanes (qui gère un parc énorme de prisons privées pour migrants) a été inondée de milliers de fausses demandes en réponse à son appel à candidatures pour son «académie des citoyens». Il s’agit de se porter volontaire pour faire partie d’une “Citizens Academy” de justiciers armés. Face à l’accusation de former des milices anti immigrés dans la population, ICE se défend en disant qu’il s’agit simplement “de dialoguer avec les civils et de «démystifier» les idées fausses sur l’ICE”. A Chicago, l’académie organisera “une formation basée sur des scénarios sur «les tactiques défensives, la familiarisation avec les armes à feu et les arrestations ciblées» afin que les résidents puissent voir comment les agents ICE font leur travail”. La formation qui doit commencer le 15 septembre et fait face à une forte mobilisation anti-raciste. L’appel aux fausses candidatures a été lancé par le groupe Never Again Action, un groupe d’action politique juif qui fait campagne pour abolir l’ICE et qui tire son nom du slogan «Never Again» invoqué en référence à la politique d’extermination menée par les nazis.

#1339 vu sur chicago.suntimes.com

France, Niort : suite à une montée de la tension avec les forces de l’ordre dans ce quartier populaire de la ville, une soixantaine de CRS se sont déployés dans le quartier du Clou-Bouchet

France, Niort. Suite à une montée de la tension avec les forces de l’ordre dans ce quartier populaire de la ville, une soixantaine de CRS se sont déployés dans le quartier du Clou-Bouchet. La police parle de “montrer les muscles” pour éviter que la situation se détèriore et considère que les jeunes s’ennuient parce qu’ils n’ont pas pu “retourner voir leur famille à l’étranger” à cause de la fermeture des frontières : racisme et contrôles au faciès en perspective !

#1338 vu sur francebleu.fr

Irlande : l’administration irlandaise des prisons publie un rapport sur les conséquences de la pandémie et du confinement sur les détenus

Irlande. L’administration irlandaise des prisons vient de remettre à la ministre de la Justice un rapport sur les conséquences de la pandémie et du confinement sur les détenus, en particulier les plus vulnérables au Covid-19. Un détenu y décrit la situation dans la plupart des prisons du monde : « Les tribunaux m’ont condamné à la prison, le confinement m’a mis à l’isolement. » Un autre détenu décrit qu’il passe jusqu’à 30 heures dans sa minuscule cellule, sans sortir. Un troisième confie avoir des idées suicidaires. Même si aucun décès à l’intérieur des prisons n’a été enregistré, l’administration pénitentiaire indique qu’en cas de deuxième vague du virus, il ne sera pas possible de recourir à la même méthode, à cause des dégâts psychologiques. En cas de reconfinement, le rapport recommande, entre autres, d’élargir les critères de libération conditionnelle pour ces détenus, de répandre l’usage du masque pour multiplier les sorties et de faciliter les contacts entre détenus vulnérables, à l’écart du reste de la population carcérale.

#1337 vu sur rfi.fr

International : depuis le début du confinement, des milliardaires du monde entier achètent des permis de résidence et des passeports à prix d’or pour échapper à l’épidémie

International. Depuis le début du confinement, des milliardaires du monde entier achètent des permis de résidence et des passeports à prix d’or pour échapper à l’épidémie ou aux infrastructures de santé défaillantes de leur pays. Le prix des passeports dépend de leur “puissance”, c’est à dire du nombre de pays qu’ils permettent de visiter sans visa. Des sociétés, comme la société Astons à Londres, offrent des « solutions » en matière de citoyenneté, c’est à dire qu’elles facilitent l’obtention rapide de passeports partout où c’est possible pour des tarifs très importants. Et, quand les frontières sont fermées, il ne s’agit plus seulement d’avoir assez d’argent pour se déplacer en jet privé, il faut acheter un droit de résidence. Aujourd’hui, face à l’épidémie, c’est en Australie que les plus riches veulent majoritairement se rendre. Le passeport du Vanuatu présente quant à lui, l’un des meilleurs rapports qualité-prix. Livré par les services postaux en seulement un mois pour 130 000 euros, il est l’un des moins chers et l’un des plus rapides à obtenir. Les permis de résidence sont les plus prisés, en particulier ceux qui sont vendus par Chypre (les quotas de Malte ont déjà été atteints).

#1318 vu sur lemonde.fr

Turquie : le gouvernement fait adopter une nouvelle loi de contrôle sur les réseaux sociaux

Turquie. Le gouvernement fait adopter une nouvelle loi de contrôle sur les réseaux sociaux. Les grandes plateformes, extrêmement populaires dans le pays, auront notamment 48 heures pour retirer tout contenu que les tribunaux jugent offensant. Elles doivent aussi tenir des registres précis sur les données de leurs utilisateurs. Si les réseaux sociaux s’opposent à ces règles, leur bande passante, soit leur vitesse de transmission, pourra être réduite de 50 voire de 90%. La situation du contrôle de ce qui circule sur le net est déjà tendue en Turquie : de nombreux internautes ont déjà été poursuivis pour de simples retweets ou des likes sur les réseaux sociaux.

#1332 vu sur rfi.fr

France, Sequedin : une voiture-bélier a forcé le parking du personnel de la prison, sept véhicules ont été incendiés au coktail molotov

France, Sequedin. Une voiture-bélier a forcé le grillage du parking du personnel de la prison et sept véhicules ont été incendiés au coktail molotov. Selon la presse, à 2h57 ce mercredi 29 juillet, “une grosse BMW noire” a défoncé le grillage du parking, puis trois individus “cagoulés” sont sortis du véhicule et ont lancé des cocktails molotov sur les voitures stationnées, incendiant la voiture privée d’un fonctionnaire et six véhicules administratifs. Les individus sont repartis à bord de leur berline à 3h02.

#1330 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Etats Unis, Portland. Un accord a été établi pour prévoir le départ progressif des forces fédérales déployées dans la ville contre les manifestations émeutières

Etats Unis, Portland. Un accord a été établi entre la gouverneure démocrate et l’administration Trump, pour prévoir le départ progressif des forces fédérales déployées dans la ville contre les manifestations émeutières. De son côté, le ministre de la Sécurité intérieure par intérim a affirmé l’Etat de l’Oregon a finalement accepté de coopérer, que les agents fédéraux étaient « toujours là » et resteraient « jusqu’à ce que nous voyions que le plan fonctionne et que le tribunal n’est pas perpétuellement attaqué ». C’est police locale qui doit désormais assurer le maintien de l’ordre à l’extérieur des bâtiments. L’accord est intervenu juste après une déclaration de Trump qui parle de venir lui-même “nettoyer la ville” : ” S’ils ne sécurisent pas leur ville bientôt, nous n’aurons pas le choix, nous irons la nettoyer nous-mêmes. On fera ça très facilement ». Dans le même temps, le ministère de la Justice annonce l’envoi des forces fédérales à Milwaukee, Detroit et Cleveland dans les semaines à venir. Le procureur général a ordonné aux agents du FBI, du US Marshals Service, de la DEA et de l’ATF de se joindre aux autorités locales dans la lutte contre les crimes violents; 25 agents iront à Cleveland, 42 à Detroit et 25 à Milwuakee dans le cadre d’une extension de l'”opération legend” de Portland.

#1329 vu sur leparisien.fr et abc7chicago.com

Italie, Sicile : en moins d’une semaine, plus de 200 migrants se sont évadés des centres de rétention où ils étaient enfermés en quarantaine

Italie, Sicile. En moins d’une semaine, plus de 200 migrants se sont évadés des centres de rétention où ils étaient enfermés en quarantaine. Les autorités envisagent de recourir à des navires-prisons le long des côtes pour empêcher les évasions, comme c’est déjà le cas au port d’empédocle et à Malte. 125 d’entre eux ont été interpellés suite à plusieurs évasions de groupe. Le maire de la ville a demandé la fermeture du centre d’accueil de Pian del Lago, d’où un groupe de migrants s’est échappé en courant pieds nus dans les champs, qu’il juge “inadapté” pour accueillir des personnes en quarantaine. Des dizaines d’autres migrants, eux aussi placés en quarantaine, se sont glissés hors d’une tente surveillée par une unité de protection civile à Empedocle, sur la côte ouest de la Sicile. Plus de 500 personnes se trouvaient sous une cabane en tôle sans fenêtres, installée pour accueillir 100 migrants, et dans laquelle il fait plus de 50 degrés.

#1322 vu sur infomigrants.net

France, Ouistreham : des heurts ont éclaté dans la nuit alors que les gendarmes contrôlaient un groupe de migrants qui tentaient de rentrer dans un camion, deux gendarmes ont été blessés et un migrants aurait été blessé par un tir de LBD

France, Ouistreham. Des heurts ont éclaté dans la nuit alors que les gendarmes contrôlaient un groupe de migrants qui tentaient de rentrer dans un camion pour passer en Angleterre, deux militaires ont été blessés selon la gendarmerie nationale. Des associations affirment qu’un des migrant a été blessé par un tir de LBD, ce que la gendarmerie nie. Deux véhicules ont aussi été endommagés selon la gendarmerie nationale. Un des migrants a été interpellé et placé en centre de rétention administrative.

#1321 vu sur francebleu.fr

Lybie, Khums : deux migrants d’origine qui ont été interceptés par les autorités Lybiennes et ramenés au port d’embarquement ont été tués par les gardes-côtes à leur arrivée et trois autres ont été blessés.

Lybie, Khums. Deux migrants d’origine soudanaise qui tentaient de traverser la méditerranée et ont été interceptés par les autorités Lybiennes ont été tués à leur arrivée au point de débarquement de Khums, trois autres ont aussi été blessés dans la fusillade. Les autorités locales ont commencé à tirer lorsque les migrants ont tenté de s’échapper du point de débarquement. La police Lybienne intervient en bonne entente avec Frontex et avec le soutien de l’Union Européenne qui contribue au financement de la sécurisation des frontières externes de l’UE.

#1320 vu sur iom.int

France, Le Havre : opération de communication autour des “poney parloirs” (parloirs avec une activité poney pour certains pères détenus), qui ne fait pas oublier toutes les relations détruites par la prison, et que ces pères n’ont pas vu leurs enfants depuis 4 mois…

France, Le Havre. Une grosse opération de communication est relayée par la presse autour de cette initiative des “poney parloirs” qui existe depuis trois ans à la prison du Havre : des parloirs en extérieur avec une activité poney proposée aux pères détenus pour “renouer le lien” avec leurs enfants. On peut effectivement imaginer comment le lien parent-enfant pourrait se renouer en plein air autour d’une activité qui peut appartenir au quotidien des enfants dont les parents ne sont pas détenus. Sauf qu’on apprend au fil des articles et des témoignages de détenus émus de l’expérience (et on les comprend…) que la plupart n’ont pas pu voir leur enfants depuis quatre mois à cause des limitations de parloirs qui ont perduré après le déconfinement, qu’aujourd’hui il n’ont droit qu’à des parloirs vitrés qui empêchent tout contact, que l’activité est (évidemment…) surveillée par les matons, et que vu le peu de places proposées, les détenus sont “choisis” pour pouvoir y participer, très certainement au moins sur des critères de bonne conduite dans la prison. Les détenus qui en bénéficient doivent en outre payer cette “bouffée d’air frais” de deux semaines de mise en quarantaine. Ce n’est pas avec une journée “en famille” (tout en étant toujours en prison) et avec une heure de poney que peut être réparé ce que la prison détruit…

#1306 vu sur www.francebleu.fr

France : plusieurs Ehpad ont été reconfinés après la découverte de nouveaux clusters alors qu’on commence à peine à mesurer des dégâts physiques et psychiques de la première phase de confinement

France. Le nombre de cas positifs dans les Ehpad est considéré comme un « signal préoccupant », et plusieurs Ehpad ont été reconfinés après la découverte de nouveaux clusters. L’incidence augmente de nouveau (+ 24 %) depuis la semaine du 13 juillet et le nombre de signalements est revenu au niveau observé à la mi-mai, après la levée du confinement, et progresse depuis trois semaines avec 62, 98, puis 105 cas. Les maisons de retraite, et en particulier les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), ont constitué près de la moitié des plus de 30 000 décès enregistrés en France depuis le début de l’épidémie. Entre le 6 et le 19 juillet, cinquante-neuf établissements accueillant des personnes âgées ont déclaré au moins un nouveau cas confirmé de Covid-19 parmi les résidents, mais aussi les personnels. Ces signalements s’observent dans des régions épargnées jusqu’ici. Mais les Ehpad s’estiment désormais armés pour affronter une éventuelle deuxième vague. Pourtant, on commence à peine à mesurer l’effet du confinement sur les patients : amaigrissement et affaiblissement qui a de nombreuses conséquences en terme de perte d’autonomie, de nombreux patients ont perdu la possibilité de marcher ou de se nourrir seuls parce que sans la vigilance de leurs proches, ils se retrouvent définitivement en fauteuil roulant ou nourri avec une assistance alimentaire, sans parler des pertes cognitives qui s’avèrent aussi définitives.

#1333 vu sur lemonde.fr

Corse, Lucciana : trois véhicules ont été incendiés au domicile d’un couple d’agents de la prison de Borgo

Corse, Lucciana. Trois véhicules ont été incendiés au domicile d’un couple d’agents de la prison de Borgo. Trois véhicules d’agents pénitentiaires avaient déjà été incendié à la prison début juillet. Suite à la fouille de plusieurs cellules au cours de laquelle des téléphones et des bouteilles de champagne ont été saisis après une fête d’anniversaire, le contexte est très tendu. Le directeur aurait aussi reçu une lettre de menaces et des tags ont été découverts sur la façade de la prison, visant nominativement deux agents et les incitant à partir.

#1328 vu sur lefigaro.fr

Pérou, Lima : plus de 900 femmes, dont 70% sont mineures, ont disparu au Pérou pendant les trois mois et demi de confinement.

Pérou, Lima. Plus de 900 femmes, dont 70% sont mineures, ont disparu au Pérou pendant les trois mois et demi de confinement. Avant le confinement, ont dénombrait cinq disparitions par jour en moyenne, mais ce chiffre est monté à huit sur cette période. Certaines sont réapparues par la suite, mais les registres de la polices ne permettent pas de savoir combien sont toujours portées disparues et pour la plupart ces “disparitions” sont en fait des meurtres dans le contexte familial.

#1315 vu sur www.lavoixdelest.ca

France, Condom : une employée de lME de Moussaron “Terre d’Envol”, qui avait été licenciée parce qu’elle avait dénoncé à l’ARS en 2013 des maltraitances sur les enfants et jeunes adultes handicapés gagne son recours

France, Condom (Gers). Une employée de l’Institut Médico Educatif de Moussaron “Terre d’Envol”, qui avait été licenciée parce qu’elle avait dénoncé à l’ARS en 2013 des maltraitances sur les enfants et jeunes adultes handicapés résidant dans ce centre, gagne aujourd’hui son recours. Elle avait été licenciée pour inaptitude. Des images étaient alors sorties dans la presse, montrant des enfants enfermés dans des box vitrés dépourvus de poignée intérieure, des adolescents faisant leur toilette ou allant aux toilettes en présence d’autres résidents du centre. La personne qui a dénoncé ces abus de pouvoir était employée en tant qu’aide médico-psychologique. L’ARS, après enquête, avait de fait relevé des manquements graves dans l’accueil de ces enfants et jeunes adultes, évoquant notamment un non-respect de la dignité, de l’intimité et du bien-être physique et psychologique s’apparentant à de la maltraitance institutionnelle. Licenciée en 2014 pour inaptitude la salariée avait déposé un recours auprès du tribunal des prud’hommes, mais l’affaire n’avait été examinée qu’en 2019 et elle avait alors été déboutée de sa demande. Mais la cour d’appel d’Agen vient de reconnaître que le licenciement n’avait pas de causes réelles et sérieuses et que l’IME aurait dû mettre en place une cellule de soutien psychologique pour aider les employés à faire face à ces situations (sic !). En janvier 2020, 7 anciens dirigeants de l’IME Moussaron ont aussi été mis en examen pour harcèlement moral.

#1295 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Bolivie, Cochabamba : émeute dans la prison de San Sebastian, les détenus exigent des soins médicaux urgents pour ceux qui présentent des symptômes de Covid-19 et de la nourriture, en plus de leur liberté…

Bolivie, Cochabamba. Emeute des détenus de la prison de San Sebastian. Les détenus sont montés sur le toit de la prison aux cris de “Libertad, Libertad !”. Ils exigent des soins médicaux urgents pour ceux qui présentent des symptômes de Covid-19 et de la nourriture qui leur manque depuis que parloirs et colis sont interdits. Ils demandent aussi la libération des détenus qui sont à quelques mois de purger leur peine et l’assouplissement des conditions pour ceux qui demandent la cessation de leur détention préventive. Ils refusent l’entrée de nouveaux détenus face à l’absence totale de mesures de protection sanitaire. La prison enferme plus de 700 détenus et trois décès dont la cause présumée est le Covid ont été enregistrés. Il y a quelques jours, le vice-ministre de la Sécurité citoyenne a exclu la possibilité d’isoler en dehors des prisons les personnes privées de liberté infectées par le nouveau virus, car – selon lui – cela générerait de nouveaux investissements économiques et une augmentation du personnel policier.

#1312 vu sur pressfrom.info

Etats Unis, Philadelphie : plusieurs véhicules de police ont été incendiés en une nuit, malheureusement une personne se déplaçant à vélo à été identifiée par videosurveillance

Etats Unis, Philadelphie. Plusieurs véhicules du département de police de Philadelphie (au moins quatre) ont été incendiés en une nuit, certains par des cocktails molotov. Des caméras de sécurité de la police de l’Université de Pennsylvanie ont été utilisées pour identifier un suspect se déplaçant à vélo.

#1309 vu sur www.inquirer.com

Guatemala, San Lucas Toliman : la mairie d’un village autochtone a été incendiée par des manifestants, après que la zone concernée a été classée en zone rouge

Guatemala, San Lucas Toliman. La mairie d’un village autochtone a été incendiée par des manifestants. La foule protestait contre les mesures de restriction de l’activité imposées pour freiner la progression de l’épidémie de Covid-19, a annoncé la police. L’émeute a commencé lorsque les villageois ont appris que leur localité était classée en zone rouge, et devait donc respecter les mesures de confinement les plus sévères du dispositif de gestion de la crise sanitaire. Bravant le couvre-feu, les habitants sont sortis de chez eux pour contester ce classement et les restrictions qui leur sont imposées. La manifestation a tourné à l’émeute durant la nuit et le bâtiment de la mairie a été incendié.

#1314 vu sur www.lefigaro.fr

Irak, Bagdad : des affrontements nocturnes ont eu lieu sur la place Tahrir entre manifestants et forces de l’ordre, faisant au moins deux morts

Irak, Bagdad. Des affrontements nocturnes ont eu lieu sur la place Tahrir entre manifestants et forces de l’ordre, faisant au moins deux morts. Des manifestants continuent à se rassembler sur cette place depuis l’automne. La situation sanitaire avait fortement diminué la mobilisation, mais la situation s’est soudainement tendue récemment avec les forces de l’ordre. « Tout à coup, les forces de sécurité autour de la place ont commencé à tirer des gaz lacrymogènes. L’intervention a duré plus d’une heure. Ils ont aussi brulé de nombreuses tentes de manifestants, puis les forces armées se sont retirées. Mais, après ça, ils ont entouré la place Tahrir et ils empêchaient les ambulances et les pompiers d’y accéder. »

#1313 vu sur www.rfi.fr

Balkans : une organisation humanitaire documente et dénonce les expériences de 351 personnes qui ont subi divers actes de cruauté commis par des agents d’au moins dix autorités nationales européennes

Croatie, Serbie, et autres pays des Balkans. Une organisation humanitaire, Le Border Violence Monitoring Network (BVMN) dénonce des dizaines de cas de refoulements illégaux (20 pour le mois de juin) et a documenté les expériences de 351 personnes qui ont subi divers actes de cruauté commis par des agents d’au moins dix autorités nationales différentes lors de leur parcours migratoire vers l’Europe à travers les balkans. En Croatie, des policiers ont blessé des migrants lors de refoulement en leur infligeant des coupures au couteau dans les mains. Il s’agit apparemment de pratiques d’intimidation visant à dissuader d’autres migrants, sous les yeux desquels ces actes ont été commis, de franchir la frontière. Plusieurs migrants ont reçu des coups de crosse et ont vu ensuite leurs plaies badigeonnées de nourriture comme du ketchup. La ligne physique de la frontière n’est pas le seul endroit dangereux du parcours : au moins six personnes sont décédées en essayant de traverser les rivières Mrežnice et Korona. Leur nombre exact est difficile à déterminer, car les cadavres disparaissent souvent dans la rivière. En 2018, l’UE a accordé à la Croatie 6,8 millions d’euros pour la sécurité de ses frontières. Le système de contrôle qui était sensé se mettre en place pour garantir que les activités des autorités frontalières soient “proportionnées” et conformes aux droits fondamentaux et à la législation européenne en matière d’asile n’a jamais été mis en place. En Roumanie, des violences physiques et psychologiques sont également commises par les fonctionnaires des frontières. Des personnes ont été frappés avecdes câbles et des matraques. Les frontières sont sécurisées par la force afin d’éviter que des demandes d’asile ne soient faites dans le pays. Comme il est devenu presque impossible de demander l’asile en Hongrie, de plus en plus de personnes se rendent en Serbie, qui n’était jusqu’à présent pour beaucoup qu’un pays de transit. Actuellement, 6 000 personnes y vivent dans des camps. Il devient maintenant évident qu’il est extrêmement difficile d’y demander l’asile également : la procédure n’est pas claire, les délais sont courts, tous les documents doivent être remplis en serbe et seuls 3 % des migrants sont finalement enregistrés comme demandeurs. En outre, la “loi sur les étrangers” a été modifiée pour faciliter les expulsions et des accords de réadmission ont été conclus avec l’Irak, l’Afghanistan et le Pakistan. La Grèce et l’Italie sont partie prenante de ce fonctionnement répressif délirant. Le rapport peut être consulté dans son intégralité ici.

#1317 vu sur mars-infos.org

Afrique du Sud, Le Cap : les habitants de plusieurs bidonvilles sont de nouveau descendus dans la rue pour protester contre leur expulsion et ont monté des barricades enflammées

Afrique du Sud, Le Cap. Les habitants des bidonvilles de Bloekombos et de Wallacedene sont de nouveau descendus dans la rue pour protester contre leur expulsion et la destruction de leurs logements par les forces de l’ordre de la ville. Les manifestants ont monté des barricades et de coups de feux ont été entendus. L’hippodrome de Tygerberg partiellement incendiés au cours des affrontements. De plus en plus de personnes vivent dans des habitats précaires parce que le confinement ne leur permet pas de réunir l’argent nécessaire pour un loyer.

#1310 vu sur www.iol.co.za

International, Chine : le label “éthique sur l’étiquette” (sic!) publie une liste d’entreprises internationales qui ont recours au travail forcé des Ouighours et autres minorités du Xinjiang en Chine ; un vêtement sur cinq passe par les camps de travail.

International, Chine. Le label “éthique sur l’étiquette” (sic !) fournit une liste (partielle) des entreprises internationales qui ont recours à un moment ou un autre de leur chaine de production, au travail forcé des Ouighours et autres minorités du Xinjiang en Chine. Abercrombie & Fitch, Adidas, C&A, Calvin Klein, Cerruti, Gap, H&M, Fila, Ikea, Lacoste, Muji, Nike, Patagonia, Puma, The North Face, Polo Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, Uniqlo, Victoria’s Secret, Woolsworth… Il en ressort qu’environ un vêtement sur cinq vendu à travers le monde passe par les camps de travail du Xinjiang.

#1316 vu sur liberation.frliberation.fr

Etats Unis, Portland : alors que la mobilisation s’intensifie, le gouvernement envoie des dizaines d’agents fédéraux supplémentaires afin de procéder à d’avantages d’arrestations

Etats Unis, Portland. Alors que les mobilisations s’intensifient, en particulier devant le palais de justice fédéral en protestation contre la gestion répression par la police spéciale qui traque et enferme les manifestants, le gouvernement envoie plusieurs dizaines d’agents des forces de l’ordre fédéraux supplémentaires avec pour mission de procéder à d’avantage d’arrestations. Ils sont déjà 114 à être déployés sur place mais on ne sait pas de combien ce nombre va être augmenté. Les méthodes de ces forces de l’ordre, en particulier les détentions arbitraires qui s’apparentent à des kidnapping ont pourtant été fortement décriées, et la mobilisation en cours dans plusieurs autres villes du pays s’est aussi ranimée face à la menace d’envoyer ces troupes partout où la contestation s’exprime. En plus de leurs exactions quotidiennes, cette unité a déjà blessé gravement plusieurs manifestants, en particulier avec les munitions “non létales” utilisées en grand nombre lors des patrouilles nocturnes. Les manifestants développent des pratiques offensives pour contrer ces dispositifs répressifs. (masques à gaz, boucliers ou parapluies, et même des souffleurs de feuilles pour renvoyer les gaz lacrymogènes vers les forces de l’ordre).

#1301 vu sur opb.org

Allemagne, Manning : 480 employés d’une exploitation agricole, pour la plupart des saisonniers venus d’Europe de l’Est sont plaés en quarantaine sur l’exploitation où ils travaillent, suite à 174 tests positifs

Allemagne, Manning. 480 employés d’une exploitation agricole, pour la plupart des saisonniers venus de Hongrie, de Roumanie, de Bulgarie et d’Ukraine, sont placés en quarantaine après 174 cas positifs au coronavirus. Des campagnes de tests sont prévues dans d’autres exploitations de la région.

#1298 vu sur ouest-france.fr

Maroc : quelque jours après l’annonce d’un relâchement du confinement, huit villes, dont Casablanca, Marrakech, Tanger et Fès, sont finalement confinées et isolées

Maroc. Quelque jours après l’annonce d’un relâchement du confinement, huit villes, dont Casablanca, Marrakech, Tanger et Fès, sont finalement confinées et isolées après une « hausse considérable » des cas de contamination. Cette mesure intervient à quelques jours de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, traditionnellement marquée par des réunions familiales et pour laquelle beaucoup de déplacement à travers le pays ont lieu.

#1297 vu sur ouest-france.fr

Corée du Nord, Kaesong : Kim Jong Un ordonne l’isolement totalement la ville de Kaesong près de la frontière en annonçant qu’un premier cas de covid aurait été détecté

Corée du Nord, Kaesong. Selon les médias d’Etat, Kim Jong Un a ordonné d’isoler totalement la ville de Kaesong près de la frontière avec la Corée du Sud parce qu’une personne aurait été détectée comme susceptible d’être infectée par le coronavirus. D’après la propagande gouvernementale, il s’agirait d’une personne qui serait entrée illégalement en Corée du Nord à travers la ligne de démarcation avec la Corée du Sud. Le franchissement de cette frontière gardée par des dizaines de milliers de militaires en passant à travers des champs de mines antipersonnel sur 4 km est particulièrement périlleux, voire impossible. C’est le premier cas de Covid annoncé par le gouvernement qui se prétendait complètement protégé de la propagation du virus. Le dirigeant du pays annonce que face à ce premier cas suspect, il resserrera le contrôle sur la population. Le commandant des forces américaines en Corée a déclaré que le virus avait probablement en fait déjà atteint la Corée du Nord. Contrairement à la frontière fortement militarisée de la Corée du Nord avec la Corée du Sud, la frontière de 880 milles du pays avec la Chine est poreuse – et les commerçants du marché noir qui ont traversé pendant des années des deux côtés ont été considérés comme une source plus probable d’introduction du virus.

#1289 vu sur bloomberg.com

Etats Unis : récapitulatif des manifestations émeutières qui se sont intensifiées partout contre l’envoi les troupes fédérales à Portland, avec de nombreux bâtiments fédéraux incendiés

Etats Unis. Dans de nombreuses villes du pays (Atlanta, Aurora, Austin, Baltimore, Los Angeles, Louisville, New York, Oakland, Richmond, Sacramento, Seattle), les manifestations émeutières se sont intensifiées en protestation contre l’envoi des troupes fédérales à Portland, avec des attaques incendiaires contre la police et divers bâtiments de l’administration fédérale. Un récapitulatif des diverses manifestations et attaques qui ont eu lieu est à lire ici.

#1308 vu sur enoughisenough14.org

France : face à la recrudescence de cas positifs détectés, en particulier chez les 20-45 ans, le premier ministre réaffirme que “Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général.”

France. Face à la recrudescence de cas positifs détectés, en particulier chez les 20-45 ans, le premier ministre réaffirme que “Ce qu’il faut éviter par-dessus tout, c’est le reconfinement général.”, en cohérence avec les préconisations du conseil scientifique covid19 du 2 juin. Pour éviter d’avoir à bloquer le travail de la plupart des habitants, la plus grande fermeté est prévue pour circonscrire les “clusters”. Plusieurs bars où des clients ont pu danser ont déjà été fermés administrativement pour deux mois, en particulier sur la presqu’île de Quiberon. Si reconfinement il doit y avoir, “ce peut être des reconfinements très localisés”, affirme Jean Castex. Des quarantaines administratives strictes sont donc à prévoir.

#1302 vu sur francetvinfo.fr

Belgique : face à la hausse des cas de Covid19, le gouvernement impose aux habitants une ” bulle sociale” limitée à 5 personnes

Belgique, Anvers. Face à la hausse des cas de Covid19, le gouvernement impose aux habitants une ” bulle sociale” limitée à 5 personnes, dont chacun doit garder les coordonnées par écrit. Du traçage manuel, en somme. Dans les bars et restaurants, il faut signer une fiche d’identification pour pouvoir consommer.

#1294 vu sur sudinfo.be

Etats Unis, Seattle : le chantier d’une prison pour mineurs est incendié lors d’une manifestation émeutière contre le racisme et en protestation contre les forces fédérales déployées à Portland

Etats Unis, Seattle. Des affrontements ont eu lieu lors d’une manifestation émeutière contre le racisme et en protestation contre les forces fédérales déployées à Portland. Le cortège s’est réuni devant un centre de détention pour mineurs en chantier qui a été partiellement incendié. La police a utilisé des grenades éblouissantes et du gaz au poivre contre les manifestants. 16 personnes auraient été interpellées.

#1293 vu sur fr.news.yahoo

Etats Unis, Austin : un manifestant a été abattu pendant une manifestation contre les violences policières et le racisme par le conducteur d’un véhicule qui roulait à travers la foule

Etats Unis, Austin (Texas). Un manifestant a été abattu pendant une manifestation contre les violences policières et le racisme par le conducteur d’un véhicule qui roulait à travers la foule. Plusieurs coups de feu ont éclaté alors qu’une centaine de personnes défilaient dans les rues de la ville. La police a arrêté un suspect. Avenue à 21h52. Un homme a été retrouvé blessé par balle et emmené à l’hôpital, où il a été déclaré mort peu après. “Les premiers rapports indiquent que la victime portait peut-être un fusil” quand il s’est approché d’un véhicule et que le suspect lui a tiré dessus, a déclaré Ratcliff.

#1292 vu sur axios.com

Etats Unis, Louisville : une milice armée de plusieurs centaines d’afro-américains venus d’Atlanta défile pour demander justice pour Breonna Taylor, trois d’entre eux sont accidentellement blessés par arme à feu lors de leur rassemblement

Etats Unis, Louisville. Plusieurs centaines de personnes venues d’Atlanta qui feraient partie de la “NFAC” pour “Not Fucking Around Coalition” ont défilé avec des armes dans Louisville pour demander justice pour Breonna Taylor, une technicienne des urgences afro-américaine de 26 ans tuée en mars par des policiers. Le NFAC s’est montrée pour la première fois le 4 juillet lors d’un rassemblement pour exiger le retrait de la sculpture géante de Stone Mountain Park, près d’Atlanta, considérée comme un monument glorifiant le racisme. Vêtus de noir et portant des fusils d’assaut, ils ont défilé en formation para militaire depuis Baxter Park dans le quartier Russell jusqu’à Metro Hall où ils ont été stoppés par des barrières de police. Un petit groupe de 50 membres de la milice d’extrême droite «Three Percenter», également lourdement armés, leur ont alors fait face, déclarant être là pour aider la police. Après un moment très tendu, les deux groupes se sont séparés “pour éviter toute violence”. Le maire de la ville a déclarer vouloir intensifier l’enquête sur la mort de Breonna Taylor. Le groupe NFAC, quant à lui, déclare qu’il prévoit de rester à Louisville et de «construire des stratégies de police communautaire» dans le but d’améliorer la sécurité publique. Ils donnent 4 semaine à la police de la ville pour terminer leur enquête. Cet incident s’est terminé sans blessés, mais plus tôt dans la journée, trois personnes ont été hospitalisés suite à des coups de feu accidentels lors du rassemblement de la NFAC à Baxter Park. La police a également procédé à cinq arrestations liées aux manifestations.

#1291 vu sur eu.courrier-journal.com

Maldives, Malé : 80 migrants du secteur de la construction ont été arrêtés depuis une quinzaine de jours alors qu’ils manifestaient pour réclamer leurs salaires impayés et dénoncer des formes de “traites d’êtres humains”

Maldives, Malé. 80 migrants du secteur de la construction ont été arrêtés depuis une quinzaine de jours alors qu’ils manifestaient pour réclamer leurs salaires impayés et dénoncer des formes de “traites d’êtres humains”. Les impayés de salaires datent de plus de six mois d’avant la crise sanitaire et le confinement du pays, et plusieurs manifestations avec des affrontements contre mes forces de l’ordre ont eu lieu. La police a confirmé avoir arrêté 41 travailleurs migrants à Hulhumale, juste à l’extérieur de la capitale, le 13 juillet. Plusieurs autres arrestations avaient eu lieu ailleurs, portant le nombre total de personnes détenues à un peu plus de 80. Les Maldives, connues comme lieu de tourisme de luxe, ont fermé leurs frontières depuis mars jusqu’au 15 juillet pour contenir la propagation du coronavirus qui a infecté 3175 et tué 15 personnes. La majorité des infections touchent les travailleurs bangladais qui vivent souvent dans des conditions sordides sur l’île de la capitale.

#1288 vu sur straitstimes.com

France, Nice : suite à des fusillades en plein jour liées au trafic de drogue, le premier ministre annonce un plan pour durcir la répression des usagers et pour renforcer les pouvoirs de la police municipale qui visent à être généralisés

France, Nice. Le premier ministre a annoncé à Nice, après des fusillades en plein jour liées au trafic de drogues selon les autorités, un plan pour durcir la répression des drogues et pour renforcer les dispositifs policiers et judiciaires en France. La forfaitisation des délits de stupéfiants sera généralisée à la rentrée : une sanction immédiate (une amende forfaitaire de 200 euros) pourra être appliquée en cas de flagrant délit d’usage de produits stupéfiants (n’importe quelle drogue). L’amende, si elle est réglée sous quinze jours, est minorée à 150 euros. Au-delà de 45 jours, le contrevenant devra s’acquitter d’une majoration fixée à 450 euros. Jean Castex a déclaré “nous allons renforcer les moyens de la police et de la gendarmerie, mais tout autant de la justice qui a trop longtemps été délaissée”, annonçant dès la fin de l’année 2020, la création de “150 emplois” “pour renforcer la justice de proximité”. Quant au niveau local lié à la ville de Nice, des policiers supplémentaires y seront affectés, les pouvoirs de la police municipale seront élargis (dans un cadre qui sera fixé plus tard par les ministres de l’intérieur et de la justice), l’hôtel de police sera réaménagé et une nouvelle prison de 650 places sera construite.

#1285 vu sur francetvinfo.fr

France, Janzé : un couvre-feu pour les mineurs est mis en place jusqu’au 31 décembre, pendant les vacances, les week ends et les jours fériés

France, Janzé (lIle et Vilaine). Un couvre-feu a été mis en place jusqu’au 31 décembre, pendant les vacances, les week ends et les jours fériés, pour les mineurs entre 23 h et 6 h du matin. La mesure a été prise par arrêté municipal pour lutter contre ” des faits de délinquance constatés part la gendarmerie” en plusieurs points de la ville, les dégradations étant chiffrées à 30 000 € pour l’année dernière. Cette année, les dégradations n’ont pas encore atteint le même niveau. « Mais on préfère anticiper, assure l’élu. Un bâtiment communal a été dégradé la semaine dernière. On a réparé et depuis l’arrêté, il a de nouveau été dégradé… » Un mineur en infraction avec cet arrêté sera reconduit à son domicile et ses parents du mineur concerné pourront faire l’objet de poursuites pénales.

#1280 vu sur ouest-france.f

France, Rouen : le conseil métropolitain annonce l’installation d’un système de vidéo-protection par analyse des comportements dans vingt bus circulant le soir et la nuit, en affirmant qu’il s’agit de protéger les femmes des agressions

France, Rouen. Le premier conseil métropolitain de Rouen vient de décider l’installation d’un système de vidéo-protection dans vingt bus circulant le soir et la nuit. Ces caméras, expérimentées sur un période de trois ans, alertent les services de police dès lors que les images montrent des “comportements anormaux”. Leur mise en place est supposé contribuer à “assurer la sécurité des femmes”. « Il s’agit de prévenir concrètement le harcèlement, jusqu’à l’acte le plus grave, l’agression », explique Myriam Mulot, vice-présidente en charge de la lutte contre les discriminations, de l’égalité homme/femme et du handicap à la Métropole. Le dispositif inclut un matériel de pointe, avec détection automatique de mouvements, visualisation en temps réel des situations à risque et retransmission instantanée au poste de commandement centralisé du réseau Astuce. Dans les véhicules, des “capteurs d’incivilité” (sic), par exemple, lanceront une alerte si le niveau sonore est trop élevé et une caméra intelligente détectera les objets abandonnés. La Métropole Rouen Normandie déboursera 254 000 euros pour cette expérimentation.

#1279 vu sur actu.fr

France : le gouvernement impose le test systématique des voyageurs à l’arrivée s’ils proviennent d’une liste de 16 pays, les personnes positives seront enfermées administrativement sous statut de quatorzaine


France. Face à la hausse constatée du nombre de cas de covid dans plusieurs pays (dont la France), le gouvernement met en place une mesure de tests systématiques des voyageurs provenant d’une liste de 16 pays considérés comme “à risque”, à leur arrivée sur le territoire. On trouve dans la liste les États-Unis, les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Panama, l’Afrique du Sud, le Koweït, le Qatar, Israël, le Brésil, le Pérou, la Serbie, l’Algérie, la Turquie, Madagascar, l’Inde et Oman. Le cas du Maroc est encore en discussion. Les aéroports sont donc dotés de nouvelles structures permettant plusieurs milliers de tests par jours. Les personnes testées positives seront soumises aux mesures de quatorzaine prévues dans les dispositifs législatifs du déconfinement, c’est-à-dire enfermés administrativement le temps estimé de la contagion, avec l’intervention d’un JLD pour un prolongement au delà de 15 jours.

#1284 vu sur paris-normandie.fr

Panama : le mécontentement de la population se traduit par une vague de protestations qui défient la quarantaine contre une nouvelle modification du code du travail

Panama. Le mécontentement de la population panaméenne se traduit par une vague de protestations qui défient la quarantaine, les manifestants protestent contre une nouvelle modification du code du travail et exigent une aide économique et du matériel sanitaire pour les soignants. Les manifestants protestent contre le fait que l’aide mensuelle de solidarité promise par le gouvernement pour les zones défavorisées et les chômeurs, n’est pas versée.

#1335 vu sur rezonodwes.com

Inde, Dehli : les travailleuses médicales des quartiers pauvres qui sont en première ligne pour combattre le Covid-19 sont en grève pour demander de meilleurs salaires et du matériel de protection sanitaire

Inde, Dehli. Les travailleuses médicales des quartiers pauvres qui sont en première ligne pour combattre le Covid-19 sont massivement en grève pour demander de meilleurs salaires et du matériel de protection sanitaire. 40 000 d’entre elles ont cessé le travail dans l’état du Karnataka, rejointe par celles de Delhi. Certaines témoignent qu’elles n’ont qu’un petit flacon de gel pour un mois de travail dans les bidonvilles. Elles sont chargé de tracer les cas de covid dans les bidonvilles, sans que cette tâche impossible ne soit véritablement rémunérée.

#1327 vu sur businessactuality.com

Kenya, Nairobi. Le couvre-feu dans les bidonvilles et la répression aveugle qui l’accompagne met beaucoup de femmes enceintes en danger de mort car elles ne peuvent pas sortir même pour l’accouchement

Kenya, Nairobi. La terreur engendrée par le couvre-feu dans les bidonvilles et la répression aveugle qui l’accompagne (au moins 23 personnes tuées par la police parce qu’elles circulaient dans les rues) met beaucoup de femmes enceintes en danger de mort car elles ne peuvent pas sortir même pour l’accouchement. Il n’y a aucun moyen de transport et la police frappe tous ceux qu’elle croise. Un médecin, alerté par le fait que presque aucune femme ne se présentait à l’hôpital pour accoucher, a créé un service d’urgence informel pour répondre à ce problème qu’il a appelé Wheels for Life. Il a partagé son numéro de téléphone sur Twitter, demandant aux femmes qui avaient besoin de consulter au sujet de leur grossesse de le contacter. Le tweet est rapidement devenu viral. Des taxis se sont proposés pour transporter les femmes enceintes qui appellent en urgence. Ce service pourrait se poursuive au-delà du couvre-feu, ciblant les résidents à faible revenu et se déplaçant au-delà du comté de Nairobi. En effet, la plupart des utilisateurs viennent de quartiers informels ou de zones à faible revenu. Le Kenya avait déjà l’un des pires taux de mortalité maternelle au monde, et les experts estiment que le nombre de femmes et de bébés qui meurent en couches a considérablement augmenté avec le confinement.

#1326 vu sur garconne-magazine.fr

Espagne, Huelva : suite à une série d’incendie touchant les logements de migrants saisonniers dans l’agriculture, l’ONU alerte sur leurs conditions de logements et de travail, ainsi que sur leur situation sanitaire

Espagne, Huelva. Suite à une série d’incendie touchant les logements des travailleurs saisonniers dans l’agriculture à Lepe et Lucena del Puerto qui laisse plus de 170 personnes à la rue, un expert indépendant des Nations Unies à Genève alerte sur le condition de vie et de travail des travailleurs saisonniers, particulièrement en période de pandémie et enjoint les gouvernements locaux espagnols à améliorer immédiatement « les conditions déplorables que les travailleurs migrants saisonniers endurent dans les bidonvilles autour des comtés de culture de fraises en Espagne avant que les gens ne meurent ». En juin dernier, le Rapporteur spécial avait déjà demandé aux autorités de veiller à ce que les travailleurs migrants se voient garantir des conditions décentes, notamment l’accès à des soins de santé adéquats, qui répondent aux normes internationales. Un mois plus tard, la situation ne cesse de se détériorer quotidiennement « de manière alarmante » et aggravée par la pandémie de Covid-19.

#1325 vu sur ledesk.ma

Pologne, Varsovie : des milliers de personnes manifestent contre la décision annoncée par le gouvernement de retirer la signature de la Pologne du traité européen sur les violences faites aux femmes

Pologne, Varsovie. Des milliers de personnes manifestent contre la décision annoncée par le gouvernement de retirer la signature de la Pologne du traité européen sur les violences faites aux femmes, parce que le texte irait à l’encontre des droits des parents en demandant aux écoles d’enseigner l’égalité homme-femme. Adopté en 2011 par le Conseil de l’Europe, ce texte connu sous le nom de “convention d’Istanbul” (version pdf) se donne comme objectif de prévenir les violences sexistes. La Pologne a signé ce traité en 2012 puis ratifié, trois ans plus tard, la Convention d’Istanbul. Les manifestants considèrent que retirer cette signature, c’est légalisr les violences domestiques.

#1287 vu sur francetvinfo.fr

France, Paris : une plainte pour “délaissement de personnes vulnérables” dénonce le choix de laisser les malades mourir chez eux ou dans les structures où ils vivent

France, Paris. Une plainte criminelle pour « délaissement » de personnes vulnérables a été déposée à Paris par vingt-huit proches de victimes décédées du Covid19 soutenus par l’association Coronavictimes, mettant en cause la gestion de la crise sanitaire. C’est la première plainte criminelle déposée à ce sujet. Cette plainte s’appuie sur plusieurs cas concrets. – Un enseignant trentenaire, souffrant de dépression, a été contraint d’appeler une demi-douzaine de fois le SAMU en une semaine avant de parvenir à être hospitalisé et sera immédiatement placé en réanimation puis mourra très vite une fois son transfert à l’hôpital obtenu. Le SAMU lui avait répondu : « Les gens qui sont vraiment en grande détresse, en gêne respiratoire, ils parlent beaucoup moins bien » pour justifier de ne pas se déplacer. – Un couple de septuagénaires dans un Ehpad. La femme tente désespérément d’alerter le personnel sur l’état de son mari. L’établissement, jugeant son attitude « alarmiste » et « nuisible », propose de la renvoyer chez ses enfants pour la « séparer » de son époux. La famille finit par obtenir, de haute lutte, l’hospitalisation du vieil homme, atteint du Covid, puis de la femme, également malade. Les deux finissent par en mourir, à quinze jours d’intervalle. – Une nonagénaire autonome, en Ehpad, présente de graves symptômes du Covid-19. Son fils demande instamment l’hospitalisation. Une infirmière sollicite le SAMU et s’entend dire : « Elle a 93 ans, c’est ça ? (…) Donc elle ne sera pas hospitalisée. (…) Il y a beaucoup de gens qui ne comprennent pas, mais elle n’ira pas aux urgences. (…) Il faut contacter le médecin, qu’il vous donne des consignes pour qu’elle évolue dans le confort. » Dix autres épisodes qui illustre la gestion de la pénurie hospitalière et l’absurdité administrative sont consignés dans la plainte contre X avec constitution de partie civile pour « délaissement ayant provoqué la mort », « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner », « discrimination » et « entrave aux soins ». « En raison de leur âge, de leur isolement ou de leur condition physique ou psychique préexistante, ces treize personnes n’ont pas eu accès à des soins adaptés qui auraient pu les sauver », explique Me Anaïs Mehiri, l’avocate qui a déposé cette plainte collective.” Les plaignants dénoncent une « stratégie » consistant, selon eux, à « laisser les personnes souffrantes à leur domicile ou dans une structure d’accueil [Ehpad] jusqu’à ce qu’elles atteignent un état de santé critique ».

#1331 vu sur lemonde.fr

France, Strasbourg : un petit avion de la PAF est désormais utilisé pour lutter contre les rodéos urbains, en plus de la vidéosurveillance et des policiers déployés sur le terrain

France, Strasbourg. Un appui aérien est désormais utilisé pour lutter contre les rodéos urbains. Aux déploiements policiers et à la vidéosurveillance s’ajoute donc maintenant un petit avion pour repérer les contrevenants. Depuis le déconfinement, la police nationale dit constater une augmentation des signalements de rodéos urbains. Depuis la mi-mai, plusieurs interventions ciblées ont eu lieu en plus des signalements de riverains pour à identifier les amateurs de wheeling. Vendredi 17 juillet, pour sa treizième opération d’envergure sur cette question depuis le déconfinement, la police strasbourgeoise a utilisé pour la première fois un appui aérien de la police aux frontières (PAF), en plus d’une quarantaine de policiers de la formation motocycliste urbaine départementale (FMUD), des unités de sécurisation (US) et des brigades anticriminalité (BAC) déployés au sol. « Cela nous permet d’avoir une hauteur de vue, c’est un peu de la 3D », apprécie la directrice. Le tout se déroule en lien avec les opérateurs du centre de supervision vidéo de l’Eurométropole. « La vidéosurveillance nous permet d’avoir un signalement précis du contrevenant et sa localisation. L’avion nous donne la possibilité de voir où il s’est réfugié, afin de diriger efficacement les effectifs déployés sur le terrain et de l’intercepter en toute sécurité ». Les techniques d’interpellation sont adaptées au délit : “Lorsque les jeunes se montrent hostiles, on préfère différer les interpellations. Grâce à la vidéo, aux réseaux sociaux et aux renseignements, on dispose d’assez d’éléments pour les confondre par la suite. »

#1277 vu sur dna.fr

France, Bordeaux : des tirs de mortier et des jets de pierre ont visé avec succès un véhicule de police, cinq personnes auraient été interpellées et deux policiers blessés

France, Bordeaux. Des tirs de mortier et des jets de pierre ont visé avec succès un véhicule de police, Cinq personnes auraient été interpellées et deux policiers blessés (brûlures aux jambes et aux poignets). “On est vraiment monté d’un cran sur notre belle ville de Bordeaux”, dénonce le secrétaire régional du syndicat Unité SGP Police de la Nouvelle-Aquitaine. Il demande au ministre de l’intérieur d’envoyer des renforts à Bordeaux.

#1275 vu sur www.francetvinfo.fr

Etats Unis : le gouvernement Trump aura réduit l’immigration légale de 49% d’ici l’année prochaine

Etats Unis. D’après les objectifs qu’il se donne, d’ici l’année prochaine, le gouvernement Trump aura réduit l’immigration légale de 49% depuis qu’il est devenu président. Même s’il se retrouve obligé de reculer sur certaines mesures allant dans ce sens (comme pour les étudiants étrangers menacés de ne pas poursuivre leurs études et d’être expulsés dans les universités fonctionnant à distance à la rentrée prochaine), la logique d’ensemble se maintient et s’accélère. En plus de quelques changements législatifs, le gouvernement utilise surtout la marge de manoeuvre administrative laissée aux autorités policières pour augmenter les performances répressives, quitte à ce que des recours soient parfois engagées contre ces procédures expéditives. Les trois mesures à l’origine de cette baisse sont des interdictions d’entrée prises contre les pays principalement musulmans pendant la crise sanitaire, la proclamation présidentielle du 22 avril pour empêcher l’entrée de parents étrangers de citoyens américains, et toutes les autres mesures qui entravent le regroupement familial en particulier la “nouvelle règle de charge publique”. Le nombre de réfugiés obtenant la résidence permanente (une carte verte) devrait diminuer considérablement, avec un nombre d’admission qui est déterminé à l’avance chaque année. Pour 2020, l’administration Trump a établi un plafond annuel pour les réfugiés de 84% inférieur à celui de la dernière année de l’administration Obama. L’administration Trump a empêché les Centraméricains de demander l’asile à la frontière et a apporté de nombreux autres changements de nature à réduire le nombre de demandeurs d’asile approuvés chaque année.

#1271 vu sur www.forbes.com

Irlande : la période de confinement semble avoir eu comme effet collatéral étonnant la chute du nombre de naissances prématurées

Irlande. La période de gestion de la pandémie semble avoir un effet collatéral étonnant : la chute des naissances prématurées. C’est un article de médecins irlandais qui le montre. L’Irlande a confiné sa populations du 12 mars au 18 mai 2020 et le nombre de bébés dont le poids est « très bas » (inférieur à 1,5 kg) et « extrêmement bas » (moins de 1 kg) – signes quantifiés de prématurité – chute de 73% relativement à la moyenne des 20 années précédentes, avec, en plus, aucune naissance de bébés de moins de 1 kg. Une équipe danoise observe les mêmes résultats pour le Danemark avec une chute de 90 % des naissances prématurées. Ce serait le cas dans tous les pays où la situation socio-économique est similaire. Le travail pendant la grossesse (et les transports qu’il implique le plus souvent) seraient donc responsables de la plupart des naissances prématurées, ce qui devrait conduire à augmenter la durée du congé maternité, si du moins il est considéré qu’avoir moins de naissance prématurées est plus rentable que la perte d’exploitation occasionnée par cette possibilité de repos supplémentaire.

#1265 vu sur www.lemonde.fr

France : avant la fin du mois vont entrer en vigueur les mesures de sûreté pour les détenus condamnés pour infraction terroriste ayant purgé leur peine

France. Les mesures de sûreté pour les personnes condamnées pour une infraction rentrant dans le cadre du terrorisme ayant purgé leur peine de prison vont entrer en vigueur avant la fin du mois. Les détenus feront l’objet d’une évaluation à l’approche de leur sortie de prison, et des mesures restreignant leur liberté peuvent être prises à leur encontre pendant 10 ans après la fin de leur peine en fonction des résultats de cette évaluation. La loi sera définitivement adoptée le 27 juillet et les décrets d’application devraient être promulgués dans la foulée. Il s’agit de préparer le système judiciaire à la sortie de prison de 150 détenus condamnés pour terrorisme d’ici à 2022, car selon les “experts” en la matière, « les personnes condamnées pour des faits de terrorisme n’échappent pas au risque de récidive généralement estimé, toute infraction confondue, à 40 % dans les cinq ans suivant la sortie de prison ». La justice pourra donc ordonner des mesures de restriction de la liberté d’une personne pendant dix ans (assignation à résidence, pointage, bracelet électronique par exemple) non pas en raison d’actes commis, mais d’une évaluation de la “dangerosité” future d’un individu. Il s’agit d’une forme de justice assurancielle et proactive, dite “justice préventive”. Alors que les avocats s’entendent globalement pour dénoncer ce changement de paradigme autour de la notion de “dangerosité”, le nouveau ministre de la justice et ancien avocat affirme que sa conception de la rétention de sûreté pour les terroristes est “en cheminement”, et qu’il préfère de telles mesures à une surveillance classique par les services de renseignement “dans des conditions attentatoires aux libertés”.

#1264 vu sur www.lemonde.fr

Méditerranée, Espagne, Maroc : plus de 100 migrants ont été interceptés en mer en une seule nuit par la marine royale marocaine et renvoyés aux ports de Nador et Tanger, huit migrants sont morts au cours d’une de ces interventions menées par le Maroc ou l’Espagne

Méditerranée, Espagne, Maroc. Plus de 100 migrants ont été interceptés en mer Méditerranée en une seule nuit par la marine royale marocaine et renvoyés aux ports de Nador et Tanger, puis 107 deux jours plus tard. Huit personnes sont mortes la nuit suivante dans le détroit de Gibraltar alors qu’elles tentaient de rejoindre l’Espagne à bord d’embarcations de fortune. Une embarcation a chaviré pendant l’intervention de a marine marocaine, “deux migrants originaires du Sénégal sont morts à ce moment-là”, précise une militante. “De plus, six autres personnes ont perdu la vie la même nuit dans un autre canot secouru par les Espagnols”, ajoute-t-elle. Par ailleurs, les arrivées sur les îles Canaries continuent à une rythme important. Quatre-vingt onze personnes ont débarqué dans l’archipel pour la seule journée de mardi. Les flux migratoires, qui n’ont pas cessé pendant la pandémie, augmentent actuellement suite aux divers déconfinements.

#1256 vu sur infomigrants.net

France, Montpellier : deux squats ont été expulsés par la police, le centre social Bonnard, avec 51 personnes dont 5 mineurs, ainsi qu’un squat connu sous le nom de “Casa del Sol”


France, Montpellier. Deux squats ont été expulsés par la police. Le squat du centre social Bonnard, avec 51 personnes dont 5 mineurs, ainsi qu’un squat connu sous le nom de “Casa del Sol”, installé depuis plusieurs mois dans une bâtisse historique de la rue du Faubourg-Saint-Jaumes, moins de trois semaines après le squat de la Soucoupe. Le plus gros squat de Montpellier, dans un ancien centre de vaccination d’Euromédecine, occupé depuis janvier 2019 par 100 à 200 sans-papiers, est lui aussi sous la menace d’une expulsion qui avait été annoncée pour le 21 juillet 2020

#1262 vu sur midilibre.fr

Etats Unis, Portland : en plus des forces fédérales qui patrouillent dans la ville, un avion de surveillance de l’armée de l’air conçu pour transporter des capteurs à la pointe de la technologie circule autour de la ville

Etats Unis, Portland. En plus des forces fédérales qui circulent dans la ville, un avion de surveillance de l’armée de l’air conçu pour transporter des capteurs à la pointe de la technologie généralement réservés aux zones de guerre tourne autour de la ville. L’avion, un DO-328 «Cougar», a été repéré via le site Web open source de suivi des vols ADS-B Exchange qui a suivi ses vols serrés et circulaires en appui des opérations des forces fédérales à Portland et aux alentours. Il comporte d’un équipement de surveillance à longue portée adapté pour soutenir les commandos des opérations spéciales américaines au sol, selon la documentation de l’armée de l’air. Il était dans le Colorado au début du mois, en boucle au-dessus de Denver et de Boulder, avant de s’envoler pour Portland le 19 juillet, et il tourne au-dessus de Portland et de sa banlieue depuis le 21 juillet, selon les données de vol disponibles au public. Lors d’une conférence sur l’industrie des forces d’opérations spéciales en 2015, comme l’a rapporté pour la première fois le blog de défense War Is Boring, le colonel de l’armée de l’air Eric Forsyth a détaillé les capacités du Cougar pour le renseignement, la surveillance et la reconnaissance : «Ces systèmes pourraient potentiellement faire fonctionner des radars à longue portée, des caméras puissantes, des radios à haute puissance, des télémètres laser et plus encore.» Le mois dernier, des survols de surveillance similaires par la Garde nationale ont été signalés dans d’autres villes à la suite de manifestations. L’armée de l’air a nié que les vols surveillaient les manifestants, et déclare qu’il s’agit de tester l’appareil dans des vols d’essais qui étaient déjà prévus qui n’auraient rien à voir avec les opérations policières contre les manifestants se déroulant au sol au même moment.

#1292 vu sur theintercept.com

Etats Unis, New York : le chef de la NYPD rassure les policiers en affirmant qu’aucun procureur ne poursuivra un policier utilisant la clé d’étranglement pourtant désormais interdite

Etats Unis, New York. Le chef du département de la police de New York, Terence Monahan, a rassuré les policiers de la ville lors d’une réunion du département à propos des nouvelles lois concernant les arrestations, en particulier l’interdiction de la clé d’étranglement. Les policiers auxquels il s’adressaient lui avaient fait part de leur crainte de se faire poursuivre pour “avoir accidentellement (sic) appuyé leur genou sur le dos d’une personne lors d’une arrestation”, en particulier lors de interpellations pour trafic de drogue. Sa réponse a été claire : aucun procureur ne poursuivra de policier pour l’usage de la clé d’étranglement pendant une arrestation.

#1276 vu sur nbcnewyork.com

France : le ministère de l’intérieur envoie un mail aux préfectures précisant les 28 pays vers lesquels il est envisageable d’expulser des personnes, dont les USA et le Brésil, les 2 pays les plus touchés par le COVID19

France. Le ministère de l’intérieur envoie un mail aux préfectures précisant les 28 pays vers lesquels il est envisageable d’expulser des personnes, dont les USA et le Brésil, les 2 pays les plus touchés par le COVID19. On y trouve aussi l’Egypte, la Turquie, l’Algérie et le Maroc, ainsi que la Tunisie même si cette dernière ne délivre pas de laissez-passer ce qui implique que les migrants doivent être “volontaires” pour se faire expulser. Dans une situation où malgré la réouverture des frontières le trafic aérien est encore compliqué par des restrictions diverses, les centres de rétentions continuent de se remplir et se retrouvent dans des situations sanitaires catastrophiques, sans compter la situation kafkaïenne des “dublinés” que l’Espagne et l’Italie continuent à refuser pour cause de pandémie.

#1272 vu sur canard enchainé

France, Calais : suite à plusieurs opérations de “mises à l’abri”, c’est à dire d’expulsion des campements, beaucoup de migrants n’ont plus accès à l’eau potable ou aux distributions de repas

France, Calais. Suite à plusieurs opérations de “mises à l’abri”, c’est à dire d’expulsion des campements, beaucoup de migrants n’ont plus accès à l’eau potable ou aux distributions de repas depuis le démantèlement du camp des Dunes le 10 juillet. Dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur, plusieurs associations alertent sur la dégradation des conditions de vie pour les migrants présents à Calais, en particulier en période de pandémie. Le nombre de migrants à la rue serait d’au moins 1200 soit le double de l’an dernier. Les autorités contestent ce constat et se vante d’avoir mis en place un service de bus pour conduire les migrants dans un lieu où ils peuvent se doucher. Ce service est proposé à raison de deux bus, cinq jours par semaine, afin d’acheminer les migrants par groupe de 14 maximum jusqu’aux douches situées à l’autre bout de la ville.

#1270 vu sur www.infomigrants.net

France : des “systèmes d’armes létaux autonomes” (SALA) pour l’armée autrement appelés “robots tueurs” ont été présentés dans un rapport parlementaire

France. Deux députés présentent un rapport parlementaire sur les SALA, les “systèmes d’armes létaux autonomes” autrement appelés “robots tueurs” dans l’armée. L’intelligence artificielle est de plus en plus présente sur les champs de batailles, comme dans les interventions de police. Opérationnellement il y a peu de chances que ces “robots tueurs” existent prochainement, “même si technologiquement, on pourrait y arriver dans un temps relativement bref”, explique un responsable du rapport mais pour le moment, “on n’est pas toujours capable de faire le cheminement qu’a fait la machine et d’expliquer pourquoi elle a réussi à trouver tel résultat” (en terme d’identification de la cible de tir par exemple). Les rapporteurs se veulent rassurants : il faut donc que le chef militaire puisse “reprendre la main sur une machine à tout moment, afin de lui donner de nouveaux ordres, d’annuler des ordres précédents ou encore de fixer de nouvelles règles, il y a là une règle fondamentale de l’engagement militaire”. Les rapporteurs estiment que la France doit pousser à une règlementation internationale très contraignante allant dans ce sens. Comme dans d’autres domaines la course entre grande puissance est en route, et la France compte visiblement bien s’inscrire dans le processus en finançant largement la recherche dans ce domaine.

#1268 vu sur www.francetvinfo.fr

Suisse, Berne : dégradation de plusieurs véhicules de l’entreprise de sécurité privée Vüch qui patrouille pour empêcher les maisons expulsées d’être réoccupées et assure la sécurité dans certains camps pour demandeurs d’asile

Suisse, Berne. Plusieurs véhicules de l’entreprise de sécurité privée Vüch ont été dégradés (pneus crevés et peinture répandue à l’extérieur et à l’intérieur d’un des véhicules). Le communiqué à lire ici explique que cette entreprise patrouille autour des maisons anciennement occupées qu’elles ne soient pas squattées à nouveau et assure également la sécurité dans certains camps pour demandeurs d’asile.

#1300 vu sur barrikade.info

France, Meaux : un juge a récemment rejeté environ 80 demandes de permissions de sortie de détenus parce que deux cas de covid ont été identifiés dans la prison

France, Meaux. Un juge du tribunal judiciaire de Meaux a récemment rejeté environ 80 demandes de permissions de sortie de détenus de la prison de Meaux-Chauconin “au regard du contexte sanitaire actuel”. La raison serait l’identification de deux cas de Covid-19 parmi les détenus, qui n’ont par d’ailleurs toujours pas les moyens de se protéger du virus malgré l’obligation du port du masque dans les lieux fermés.

#1254 vu sur leparisien.fr

Méditerranée, Italie : l’équipage de l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage

Méditerranée, Italie. Dans un communiqué, l’équipage du bateau d’SOS MEDITERRANEE l’Océan Viking dénonce le harcèlement administratif cynique qui le maintient au port et entrave sa mission de sauvetage. Aujourd’hui, par exemple, après une inspection de 11 heures menée par les garde-côtes italiens dans le port de Porto Empedocle en Sicile, l’Ocean Viking est détenu par les autorités italiennes, pour une période indéterminée. Le motif est énoncée ainsi : “le navire a transporté plus de personnes que le nombre autorisé par le certificat de sécurité pour navire de charge”. L’équipage conteste le fait de désigner comme “passagers” des personnes rescapées qui périraient en mer s’i elles ne montaient pas à son bord, et assure avoir toujours assuré la sécurité des personnes recueillies. Au cours des trois derniers mois, le même argument sur la sécurité a été systématiquement utilisé par les autorités italiennes pour arrêter quatre navires d’ONG menant des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale. Une convention, la convention Solas, établit d’ailleurs que les naufragés qui se trouvent à bord, conformément à l’obligation du capitaine de porter assistance, ne doivent pas être comptabilisés dans la vérification de la conformité du navire. La situation est d’autant plus critique que très peu de navires sont aujourd’hui autorisés à partir en mer et des corps flottant au milieu de la mer sont actuellement repérés qui laissent présager plusieurs naufrages.

#1251 vu sur sosmediterranee.fr

Etats Unis, New York : des centaines de manifestants des mobilisations Black Lives Matter ont été enfermés pendant plusieurs jours dans les prisons de la ville sans pouvoir contacter leurs proches ou leurs avocats

Etats Unis, New York. Depuis le début du mois de juin, des centaines de manifestants des mobilisations Black Lives Matter ont été enfermés pendant des jours voire des semaines dans les prisons de New York sans pouvoir contacter leurs proches ou leurs avocats : certains d’entre eux ont littéralement disparu. Dans une action en justice intentée contre le département de police de New York, des avocats de Legal Aid, une organisation de défense publique, ont affirmé que plus de 400 personnes ont été détenues plus de 24 heures dans les centres de détention de la ville sans voir de juge, en violation du droit de l’État. Les avocats ont accusé le service de police d’avoir délibérément ralenti les procédures pour maintenir les manifestants en détention, comme mesure de rétorsion contre les manifestations. Tous ces recours ont été refusés par un juge de Manhattan, au cours d’une seule audience dont la sentence a grandement attisé les tensions. Des milliers de personnes ont alors afflué au Foley Square de Manhattan, près des palais de justice de l’État et du gouvernement fédéral, pour exiger la libération des manifestants. Un projet de loi pour éviter ces disparitions et obliger à libérer les personnes détenus au bout de 24 heures si elles n’ont pas été audiencées par un juge tout en limitant les motifs pour lesquelles les personnes peuvent être mises en détention provisoires (nécessité pour la police de produire des preuves) a été adopté par l’ensemble du Sénat de l’État de New York mais il doit encore être validé par l’assemblée de l’Etat et le gouverneur Andrew Cuomo qui a lui-même appelé en juin les procureurs de la ville à garder les pillards en prison pendant plus de 24 heures.

#1250 vu sur theintercept.com

France, Toulouse : évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie, avec de prétendues “propositions de relogement” sous conditions de suivi social

France, Toulouse. Suite à l’évacuation par la force d’un campement de migrants originaires de Roumanie et de Bulgarie installé sur les bords de la Garonne, avec destruction des cabanes et des affaires des habitants qui se retrouvent sans rien, la mairie publie le communiqué suivant : “le mercredi 22 juillet 2020 à 8h00, les services de l’Etat et de la Ville de Toulouse ont procédé, en application d’une décision de justice, à l’évacuation du campement précaire installé sur les berges de la Garonne, propriété de la commune, dans le quartier d’Empalot. Tous les occupants se sont vus proposer une solution d’hébergement.” Quelques informations glanées dans la presse nous permettent de confirmer les doutes plausibles à la lecture de la propagande municipale : quelques familles (ménages avec enfants) ainsi que certains couples sans enfants (soit 11 personnes – 8 adultes et 3 enfants) se voient proposer une hébergement conditionné par un suivi social appelé “accompagnement global” “afin de favoriser leur inclusion socio-professionnelle”. Il est précisé que ce dispositif prévoit notamment l’apprentissage de la langue française et “l’accès aux droits, aux soins, à la scolarisation des enfants, à la formation et à l’emploi”. Les autres (familles et célibataires) se sont vu proposer une “solution” qui consiste en un hébergement d’urgence de quelques jours en fonction des places disponibles en hôtels sociaux… La préfecture de la Haute-Garonne et la mairie rappellent quand même face à toute cette “générosité” institutionnelle, que ” la réglementation prévoit que les ressortissants européens, restant sur le territoire national au-delà de 3 mois, doivent disposer de ressources propres pour satisfaire leurs propres besoins”, ce qui ajoute à la destruction du lieu de vie des personnes en question la menace de l’expulsion…

#1249 vu sur actu.fr

Grèce : le confinement de tous les lieux d’accueil et d’enfermement de migrants est prolongé pour la sixième fois pour une période de quinze jours

Grèce. Le confinement des camps de migrants est prolongé pour la sixième fois pour une période de quinze jours, en même temps que le tourisme est encouragé, y compris de personnes venant de pays où la circulation du virus est bien plus forte qu’en Grèce. Ce confinement ciblé concerne cette fois toutes les structures accueillant ou enfermant des migrants, quelles qu’elles soient. Le confinement est d’autant plus insupportable que la chaleur monte et que l’accès à l’eau est le plus souvent très restreint dans ces camps. Plusieurs ONG protestent à propos de ces prolongations depuis début juillet, sans effet sur la politique gouvernementale.

#1278 vu sur plus.lesoir.be

France, Paris : la moitié des livreurs sans papiers en lutte de Frichti pourraient obtenir la régularisation de leur situation en France, à condition d’occuper un emploi salarié dans les mois à venir…

France, Paris. Le conflit prend fin, après plus d’un mois de bataille, sur une bien maigre “victoire”. La moitié des livreurs sans papiers de Frichti pourraient obtenir la régularisation de leur situation en France, à condition d’occuper un emploi salarié dans les mois à venir. C’est l’engagement qu’ont obtenu les représentants des livreurs sans papiers, la CGT et un membre de la direction de Frichti qui étaient réunis pour l’annoncer à la presse. Environ la moitié des 200 travailleurs mobilisés vont donc entamer une procédure qui devraient les mener à une régularisation s’ils trouvent un emploi salarié, car une telle procédure impliquant des autoentrepreneurs n’existe pas pour le moment, et ce conflit est loin d’avoir régler cette situation. Les autres livreurs devraient être indemnisés par Frichti qui a abondé un fonds de solidarité. La start-up a aussi annoncé, par l’intermédiaire de son cofondateur Quentin Vacher, qu’elle allait embaucher quinze de ces livreurs en tant que salariés dans ses cuisines. Les participants aux négociations se disent plutôt satisfaits du résultat. Le Collectif des livreurs autonomes de Paris (Clap) souligne quant à lui qu’il laisse de côté au moins une quarantaine des livreurs qui ont été, selon lui, exclus injustement de la procédure avant la signature de l’accord. La CGT considère que ce sont des livreurs qui n’ont pas fait grève (sic) et que c’est donc normal qu’ils ne bénéficient pas du résultat.

#1273 vu sur www.liberation.fr

France, Guyane : suite à un appel syndical à la grève générale, une manifestation a eu lieu pour dénoncer les effets de gestion de crise sanitaire

France, Guyane. Suite à un appel syndical à la grève générale une manifestation a eu lieu pour dénoncer les effets de gestion de crise sanitaire qui touche particulièrement la Guyane, toujours sous couvre-feu. Les manifestants ont brandi des pancartes blanches barrées d’une croix rouge symbolisant les victimes de la Covid-19 (38 décès comptabilisés au 20.07.20). Des palettes ont été enflammées devant la façade de la préfecture.

#1269 vu sur www.franceguyane.fr

Etats Unis, Washington : trois unités “de type paramilitaire” ont bien été déployées pour aider à la répression des manifestations contre la violence policière à Portland

Etats Unis, Washington. La division des douanes et de la protection des frontières du département américain de la Sécurité intérieure a confirmé qu’elle avait déployé des agents de trois unités “de type paramilitaire” pour se joindre à une répression fédérale contre les manifestations contre la violence policière à Portland, sans en donner le nombre. Selon le site Web du CBP, l’une de ces unités, l’Unité tactique de la patrouille frontalière, «offre une capacité de réaction immédiate aux incidents émergents et à haut risque nécessitant des compétences et des tactiques spécialisées.» Le CBP a déclaré qu’avait également été envoyés des agents de ses équipes de recherche, de traumatologie, de sauvetage et d’intervention spéciale de patrouille frontalière. De nombreuses vidéos vidéos publiées en ligne montrent en effet des officiers en tenue de camouflage sans badges d’identification utilisant des véhicules non marqués pour transporter des manifestants arrêtés. Suite à la polémique sur la légalité de ces arrestations qui ressemblent fort à du kidnapping, les autorités locales demandent leur retrait tandis que Trump appelle à leur déploiement dans d’autres villes où les manifestations émeutières se poursuivent.

#1267 vu sur www.reuters.com

France, Monclar-de-Quercy (Tarn et Garonne) : le personnel d’un Ehpad se met en grève contre son directeur, dénonçant sa manière de traiter les salariés et les résidents

France, Monclar-de-Quercy (Tarn et Garonne). Le personnel de l’Ehpad des Trois lacs se met en grève contre son directeur qu’ils accusent de harcèlement à leur encontre. Les soixante salariés sont en grève. Ils dénonce sa manière de traiter les salariés mais aussi les résidents, le mépris qu’il exprime, parfois les insultes. Le personnel lui reproche aussi d’avoir détourné l’usage des caméras de sécurité, pour espionner les salariés en permanence, leur téléphonant chaque fois que quelque chose ne lui convenait pas. Les familles soutiennent cette protestation et considèrent que depuis la mise à pied du directeur le 3 juin le temps de l’enquête, la situation s’est quelque peu améliorée.

#1266 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

Etats Unis : Trump déclare vouloir déployer dans d’autres villes et Etats les forces de sécurité fédérales qui sévissent déjà à Portland

Etats Unis. Trump déclare vouloir déployer dans d’autres villes et Etats, en particulier à New York, Chicago, Philadelphie, Detroit, Baltimore et Oakland, en Californie, des villes contrôlées par des «démocrates libéraux». les forces de sécurité fédérales qui sévissent déjà à Portland suite à la validation de son nouveau décret visant à protéger les monuments américains. Les maires et gouverneurs de ces ville ou Etats ont déjà annoncé qu’ils refusaient cette mesure et s’opposaient à ce déploiement, qui poseraient selon eux des problèmes juridiques car en vertu de la Constitution américaine, les gouverneurs d’État ont généralement le pouvoir de maintenir l’ordre à l’intérieur des frontières de leur État. Cependant, une autre loi, l’Insurrection Act, permet aux présidents de déployer des forces fédérales pour réprimer une insurrection nationale. Les deux cas cités, sous Eisenhower et Kennedy, concernent des épisodes où un Etat refusait d’appliquer des mesures décidées au niveau fédéral concernant le système universitaire, et non des manifestations ou des révoltes.

#1260 vu sur reuters.com

Brésil : l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones par les soignants de l’agence gouvernementale Sesai qui interviennent sans tests ni protections suffisantes se confirme

Brésil. Parmi d’autres causes identifiables, l’hypothèse d’une contamination accrue des populations autochtones vivant dans des zones très isolées par les soignants qui sont venu dans le cadre de la gestion de l’épidémie se confirme. En effet, beaucoup des personnels de santé affectés aux soins des autochtones étaient déjà infectés, sans disposer des tests qui leur aurait permis de le savoir ni des équipements de protection adéquats. Dans beaucoup de villages, les symptômes commencé environ une semaine après que le personnel médical du gouvernement ait effectué une visite de routine et plus de 1000 travailleurs du service fédéral de santé autochtone, connu sous le nom de Sesai, ont été testés positifs pour le coronavirus au début du mois de juillet. A ce jour, Plus de 15500 brésiliens autochtones ont été diagnostiqués positifs, dont au moins 10889 vivant dans des territoires protégés. Au moins 523 sont décédés. Dans un communiqué envoyé par courrier électronique, Sesai, qui est dirigé par un général de l’armée, a déclaré que les informations selon lesquelles des agents de santé avaient exposé des peuples autochtones au virus n’étaient «pas concluantes».

#1259 vu sur nytimes.com

Etats Unis, Sarasota (FL) : alors que le coronavirus continue de se propager rapidement, des personnes affirment avoir reçu des résultats positifs sans avoir été testées et sont obligées ensuite de prouver qu’elles ne sont pas contaminées

Etats Unis, Sarasota, Floride. Alors que le coronavirus continue de se propager rapidement à travers l’État, des personnes affirment avoir reçu des résultats positifs sans avoir été testées, à cause d’une mauvaise traçabilité des tests. «J’ai reçu un appel me demandant et ils m’ont dit que j’avais été testé positif. Je me suis dit: “Positif pour quoi ?” Ensuite, la dame a dit pour COVID, et j’ai dit: «C’est impossible. Je n’ai jamais été testé, madame » témoigne une habitante de la région, qui s’était présentée au centre de test mais n’avait pas pu l’effectuer car il était réservé aux personnes présentant des symptômes. Les nombreuses personnes qui se retrouvent dans cette situation doivent ensuite prouver qu’elles ne sont pas contaminées pour être retirée de la base de données des infectés et faire supprimer l’information de leur propre dossier médical.

#1258 vu sur msn.com

Pérou, Espinar : deux véhicules des sociétés minières qui refusent de fournir du matériel sanitaire et de la nourriture à leurs salariés dans un contexte social très confrontatif ont été incendiés

Pérou, Espinar (Cusco). Des manifestants ont incendié deux véhicules à proximité de la ville d’Espinar selon la société minière Las Bambas. Le contexte social est très confrontatif et une série de manifestations ont eu lieu depuis le 15 juillet au moment où une grève illimitée a commencé contre la société minière Antapaccay. Il s’agit de lutter contre l’impact de la pandémie de COVID-19 et les situations de pauvreté terrible qu’elle engendre, ainsi que contre l’absence de protection sanitaire des travailleurs contre la propagation du virus. Suite à la mobilisation, les autorités de la région ont accepté de fournir des bons alimentaires, des médicaments et du matériel sanitaire contre le COVID-19. Cependant, les sociétés minières ont jusqu’à présent refusé de se conformer à l’accord, ce qui a déclenché une nouvelle vague de mobilisation dans la région.

#1257 vu sur telesurenglish.net

Royaume Uni, Leicester : les contaminations repartent à la hausse en particulier dans les usines textiles où des milliers de personnes travaillent pour environ 3,50 livres sterling l’heure sans avoir cessé pendant la pandémie et sans protection

Royaume Uni, Leicester. Les contaminations repartent fortement à la hausse dans le pays, et en particulier dans les usines textiles de Leicester où des milliers de personnes travaillent pour environ 3,50 livres sterling l’heure (3,86 euros), c’est-à-dire bien moins que le minimum légal (8,72 livres sterling pour les salariés âgés de 25 ans et plus). Ces contaminations sont liées au fait que ces ateliers ont continué à fonctionner sans protection sanitaire efficace pendant toute la phase de pandémie. Une ONG dit même « avoir collecté des informations selon lesquelles on a demandé aux gens de venir au travail même s’ils montraient des symptômes du Covid-19, sinon ils perdraient leur poste ». Le gouvernement britannique a réimposé début juillet un confinement strict dans la ville. Beaucoup de ces travailleurs et travailleuses sont issus du continent indien (37 % de la population locale).

#1255 vu sur lemonde.fr

Kenya, Nairobi : les tensions s’intensifient dans le bidonville de Mathare, où la police est impliquée dans la mort d’au moins 15 personnes depuis le début du couvre-feu

Kenya, Nairobi. Les tensions s’intensifient dans le bidonville de Mathare, où la police est impliquée dans la mort d’au moins 15 personnes depuis le début du couvre-feu lié à la pandémie de Covid-19. “C’est la police, pas le coronavirus, qui nous tue”, scandent des manifestants. Plusieurs rassemblements avec des affrontements avec les forces de l’ordre ont eu lieu dans ce quartier, le plus dense de la capitale kényane, qui abrite environ 500 000 personnes. La brutalité policière n’y est pas nouvelle mais depuis que les policiers sont chargés de faire respecter le couvre-feu, ils n’hésitent pas à distribuer des coups de fouet aux habitants qu’ils croisent dans les rues mais aussi à tirer à balles réelles, faisant régner la terreur. Dès la première nuit du couvre-feu à Mathare, un garçon de 13 ans a perdu la vie, touché par une balle perdue tirée par la police dans la rue alors qu’il se trouvait dans son appartement avec sa famille. “La journée, nous avons peur du coronavirus ; et la nuit, la police nous tire dessus”, résume le père de l’adolescent. Le virus continue lui aussi à faire des ravages dans le bidonville où les conditions sanitaires sont déplorables, sans que des chiffres fiables soient diffusés.

#1247 vu sur courrierinternational.com

Inde, Bombay : les autorités promeuvent des “casques intelligents” utilisés par des organisations humanitaires pour “tester” les habitants des bidonvilles

Inde, Bombay. Les autorités de Bombay, ville indienne la plus touchée par la pandémie de coronavirus, promeuvent des “casques intelligents” pour lutter contre la flambée des cas dans les bidonvilles. Ces casques, qui ont déjà été utilisés à Dubaï, en Chine et en Italie, permettent de mesurer la température de dizaines de personnes par minute, ce qui est beaucoup plus rapide que les méthodes de dépistage. Ce sont des ONG qui les utilisent dans les bidonvilles : “Vous allez dans un bidonville de 20.000 personnes et cela vous prend trois heures pour dépister 300 personnes”, a expliqué à l’AFP Neelu Jain, un volontaire de l’ONG Bharatiya Jain Sanghatana. “Quand vous utilisez ces casques, tout ce que vous avez à faire c’est de demander aux gens de sortir de chez eux, vous mettre devant eux et vous pouvez dépister 6.000 personnes en deux heures et demie”. Quatre “casques intelligents”, d’une valeur estimée à 600.000 roupies (environ 7.000 euros) sont utilisés à Bombay et dans ville voisine de Pune, toutes deux confinées pour lutter contre la pandémie. L’Inde est devenue vendredi la troisième nation à franchir la barre du million de cas détectés de Covid-19, après les Etats-Unis et le Brésil. Mais nombre d’experts pensent que ce chiffre est très inférieur à la réalité, car le taux de dépistage demeure faible. Plus de 28.000 malades ont péri. L’Etat du Maharashtra (ouest), où se trouve Bombay et ses bidonvilles, est le plus touché, devant New Delhi et le Tamil Nadu (sud).

#1281 vu sur notretemps.com

Fort-de-France (Martinique) : un manifestant est violemment arrêté, frappé puis mis en examen pour violence sur des gendarmes lors d’une manifestation, il a dû être hospitalisé deux fois pendant sa GAV

Fort-de-France (Martinique). Un manifestant est violemment arrêté puis mis en examen pour avoir frappé des gendarmes lors d’une manifestation à Fort-de-France, l’Inspection générale de la Gendarmerie est saisie. Il a été blessé à la tête et a abondamment saigné comme le montrent des vidéos qui circulent en ligne. “Ils m’ont donné des coups à la tête, au dos, sur les bras, ils ont piétiné mes parties intimes, un des gendarmes qui a enfoncé son pouce dans mon œil alors que j’étais menotté. Je pleurais du sang ”, témoigne le jeune homme qui a dû être hospitalisé deux fois au cours de sa garde-à-vue et qui veut porter plainte.

#1274 vu sur www.ouest-france.fr

France, Dunkerque : le bâtiment d’une école maternelle a été détruit par un incendie volontaire

France, Dunkerque. Une école maternelle a été détruite par un incendie volontaire (d’après les premiers éléments d’enquête fournis par la presse) qui a ravagé l’un des bâtiment de 600 m2 d’un groupe scolaire de la ville. Le toit du bâtiment s’est effondré. L’incendie n’a fait aucun blessé.

#1242 vu sur france3-regions.francetvinfo.fr

France, Lons-le-Saunier : deux personnes ont été condamnées à trois et quatre ans de prison ferme et à de lourds dommages et intérêts pour avoir attaqué au cocktail molotov une antenne-relais et tenté d’incendié un restaurant mac donald’s

France, Lons-le-Saunier. Deux personnes ont été très lourdement condamnées, à quatre ans et trois ans de prison ferme avec mandat de dépôt et à des dommages et intérêts très importants, pour avoir attaqué au cocktail molotov une antenne-relais dans le Jura français et tenté d’incendié un restaurant mac donald’s. D’après la presse, l’un d’eux a clairement revendiqué son opposition à la 5G parce qu’elle nuit à l’environnement.

#1241 vu sur www.rts.ch

Grèce : le gouvernement intensifie ses préparatifs en vue d’une éventuelle augmentation du nombre de migrants, prévoyant de nouveaux camps/lieu de quarantaine sur les îles

Grèce. Le gouvernement intensifie ses préparatifs en vue d’une éventuelle augmentation du nombre de migrants et de réfugiés atteignant les îles de la mer Égée depuis la Turquie. La police a arrêté six passeurs présumés de personnes ce week-end, utilisant des voiliers pour faire passer les migrants. Alors que les relations avec la Turquie se détériorent, la Grèce prévoit que l’assouplissement des mesures contre la pandémie en Turquie va augmenter considérablement le nombre de migrant passant d’un pays à l’autre par la mer Egée et renforce les contrôles avec l’aide de Frontex. Des camps supplémentaires à double vocation (enfermement et quarantaine) sont prévus sur les îles. «Nous devons être préparés et avoir mis en place des camps supplémentaires sur toutes les îles qui serviront également de zones de quarantaine étant donné le risque de Covid-19», a déclaré Manos Logothetis, secrétaire général du ministère des migrations chargé de l’accueil des demandeurs d’asile. Au cours du week-end, deux bateaux transportant 90 hommes, femmes et enfants ont atterri sur les rives de Lesbos.

#1240 vu sur www.theguardian.com

Pérou, San Pedro : les personnes autochtones auxquelles un antiparasitaire vétérinaire a été injecté sous la menace de perdre leur emploi souffrent de nombreux effets secondaires

Pérou, San Pedro. Les personnes auxquelles un antiparasitaire vétérinaire a été injecté comme un médicament contre le coronavirus souffrent de nombreux effets secondaires comme des maux de tête, des étourdissements, des maux d’estomac et des difficultés à dormir. Une partie d’entre eux accusent l’administrateur et un contremaître d’une entreprise bananière appelée El Misionero. Le “vaccin” aurait été appliqué cet entreprise et présenté comme obligatoire pour continuer à travailler sur place. Deux personnes qui ont refusé l’injection ont finalement été renvoyés de leur travail. Une plainte a été déposée et un suivi sanitaire des personnes qui ont reçu l’injection se met en place

#1238 vu sur www.lanacion.com.py

Allemagne, Pologne : une clôture électrifiée est en cours d’installation sur 62 km pour empêcher les sangliers infectés par la peste porcine de passer, elle poursuit les 248 km de clôtures déjà construites pour lutter contre l’immigration illégale

Allemagne, Pologne. La frontière entre l’Allemagne et la Pologne, au niveau des régions allemandes du Brandeburg, du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et de la Saxe, qui jusqu’en 2019 était non matérialisée (on pouvait passer à pied d’une forêt à une autre des deux pays), est en train d’être érigée pour empêcher les sangliers infectés par la peste porcine africaine (inoffensive pour les humains) de la transmettre aux porcs d’élevage (une des productions agro-alimentaire principales de l’Allemagne). Lundi 13 juillet, les autorités du Land du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale ont annoncé la construction d’une clôture, haute de 1,50 m et longue de 62 km, qui suivra le tracé de la frontière. Cet ensemble de clôtures a été annoncé durer au moins cinq ans. Cela complète les quelque 248 km de clôtures partiellement électrifiées, bâtis en début d’année par les autorités régionales du Brandeburg et de la Saxe entre autres pour lutter contre l’immigration illégale. Les contrôles aux frontières ont en effet été de plus en plus nombreux cette année, du côté de la Pologne comme du côté de la République Tchèque (les deux étant frontaliers avec la Saxe). Il y a 5 jours, 31 migrants ont été arrêtés par la police frontalière alors qu’ils étaient cachés dans un camion réfrigérant, chacun disposant de moins d’un mètre d’espace parmi les marchandises transportées.

#1236 Source Le Monde, Das Bild, Freie Presse

La Chine utilise la main d’oeuvre des Ouïghours pour produire les masques faciaux utilisés dans le monde entier

Chine. Une enquête du Times révèle que la Chine utilise la main d’oeuvre des Ouïghours, qu’elle persécute et enferme, pour produire les masques faciaux utilisés ensuite aux Etats Unis et dans le monde entier pour limiter la propagation de l’épidémie. Des images, produites par la télévision d’Etat chinoise, montrent un groupe d’Ouïghours arrivant, joyeux, dans une entreprise textile qui a commencé à produire des masques en réponse à la pandémie. Il s’agit de la propagande autour du programme de travail gouvernemental, c’est-à-dire les camps de travail. Au Xinjiang, où vivent la plupart des Ouïghours, le nombre d’entreprises produisant des équipements de protection médicale est passé de 4 à 51 et au moins 17 d’entre elles participent au programme de “transfert de main-d’œuvre” des Ouighours. Mi-mars, le gouvernement a déplacé près de 2 000 Ouïghours de Hotan, dans le sud du Xinjiang. Leur destination est Urumqi, la capitale du Xinjiang au nord. Cinquante d’entre eux ont été envoyés à Tianshan Textile pour cette tâche. Les travailleurs sont ainsi déplacés au gré des besoins croissants sur les lieux de travail puis sont enfermés à proximité. Les images satellites de certaines usines où sont aussi employés des travailleurs chinois montrent des quartiers de travail et d’habitation séparés. La hausse soudaine de la demande liée à la pandémie favorise le recours à ce type de main d’oeuvre, utilisable au gré des besoins, et les Etats Unis et la France (entre autres) utilisent aussi le travail des prisonniers pour ces productions massives.

#1263 vu sur www.nytimes.com

Etats Unis, Portland : un très grand nombre de manifestants très déterminés se sont réunis devant le palais de justice fédéral derrière le “mom bloc”

Etats Unis, Portland. La mobilisation se renforce dans la ville. Un très grand nombre de manifestants très équipés pour faire face aux gaz et aux arrestations se sont réunis devant le palais de justice fédéral. Le mom-bloc (également appelé «mom-tifa») était présent en force ce soir, les “mères” se mettant en première ligne pour protéger la foule. Ce groupe s’est réuni suite à l’appel de la mère de Donovan Labella que le gouvernement fédéral a mis dans un état critique avec un crâne fracturé après lui avoir tiré dans la tête avec une munition à impact d’un fusil de chasse la semaine dernière. Les affrontements ont duré tard dans la nuit.

#1237 vu sur itsgoingdown.org

Turquie, Iran : 59 corps ont été retrouvés à ce jour dans le lac de Van à l’est de la Turquie, après le naufrage d’un bateau de migrants fin juin


Turquie, Iran. 59 corps ont été retrouvés à ce jour dans le lac de Van à l’est de la Turquie, après le naufrage d’un bateau de migrants fin juin. Il s’agit de migrants originaires du Pakistan, d’Afghanistan et d’Iran retrouvés plus de trois semaines après le naufrage de leur embarcation. Jusqu’à 100 personnes se sont noyées dans le lac de Van le 27 juin au cours d’un orage. Des villageois avaient également trouvé deux survivants qui ont contesté le chiffre de 60 à 70 personnes disparues, assurant que le bateau était massivement surpeuplé. La province de Van est le premier point de contact sur le territoire turc pour les personnes qui veulent fuir vers l’Europe après les guerres au Moyen-Orient et en Asie. La frontière et la région sont fortement militarisées. Avec l’aide de l’aide à la reconstruction de l’UE, deux bases militaires ont été construites de part et d’autre. En moyenne, entre 1 000 et 1 500 personnes originaires d’Afghanistan, d’Iran, d’Irak et d’Asie centrale arrivent à Van chaque jour. Le 26 décembre 2019, sept personnes ont été tuées lorsqu’un bateau transportant des réfugiés a coulé sur son chemin vers Bitlis. 64 personnes ont été secourues avec l’aide de villageois des environs.

#1244 vu sur anfenglishmobile.com

France, Yvelines : depuis le 14 juillet, les policiers ne cessent pas d’être pris à partie et visés, eux_mêmes ou les commissariats, par des tirs de mortiers d’artifice

France, Yvelines. Les policiers continuent à être pris à partie et visés, eux_mêmes ou les commissariats, par des tirs de mortiers depuis le 14 juillet, par exemple à Mantes-La-Jolie ou au commissariat de Meaux. Un jeune garçon de 17 ans a été interpellé à Bois d’Arcy.

#1243 vu sur leparisien.fr

Chine, Royaume Uni : l’ambassadeur de Chine a démenti les “mauvais traitements” infligés à la population ouïghoure face auxs images de centaines de prisonniers enchaînés tournées par drone en aout 2019

Chine, Royaume Uni. L’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni a démenti les “mauvais traitements” infligés à la population ouïghoure dans la région du Xinjiang, alors qu’il était confronté à des images de prisonniers enchaînés entassés dans des trains prises il y a un an par des drones, expliquant qu’il s’agit d’un simple transport de prisonniers. Il a défendu le bilan de son pays en matière de droits de l’homme, insistant sur le fait que le peuple ouïghour vit dans une «coexistence pacifique et harmonieuse avec d’autres groupes ethniques», alors qu’il était confronté à des images de prisonniers enchaînés étant parqués dans des trains en Xinjiang et que la Chine est mise cause pour sa politique génocidaire comportant entre autres le contrôle forcé des naissances et des stérilisations, et l’enfermement des prisonniers dans des camps de rééducation. Les images de drones montrent des centaines d’hommes aux yeux bandés et enchaînés, qui semblaient être des Ouïghours et d’autres groupes ethniques minoritaires. La vidéo, publiée de manière anonyme en ligne l’année dernière, a été rediffusée récemment.

#1234 vu sur www.theguardian.com

Brésil, Rio Pequeno : deux hommes ont été abattus lors d’une intervention de la police militaire, pour protester contre cette action les habitants de la favela ont mis le feu à un bus

Brésil, Rio Pequeno. Deux hommes ont été abattus lors d’une intervention de la police militaire dans une favela à l’ouest de la Sao Paulo. L’intervention meurtrière a été filmée par des habitants et on voit sur les images un garçon allongé sur le sol après avoir reçu une balle dans la jambe tirée par la police. D’autres enfants sont sur place et sa famille essaye de le protéger. Les policiers disent avoir tiré en l’air pour disperser la foule qui se regroupait et commençait à leur jeter des pierres. Plusieurs personnes ont été blessées dont certaines gravement, puis la scène s’est transformée en fusillade et deux hommes qui venaient secourir les blessés ont été abattus. Pour protester contre cette action, les habitants de la favela ont mis le feu à un bus sur l’autoroute Raposo Tavares.

#1232 vu sur ponte.org

France, Roanne : un détenu de 27 ans, enfermé au quartier disciplinaire, s’est suicidé en mettant le feu à son matelas ; les suicides sont sept fois plus nombreux en quartier disciplinaire.

France, Roanne. Un détenu de 27 ans du centre de détention de Roanne, qui était enfermé dans le quartier disciplinaire, s’est suicidé dans la nuit de ce vendredi à samedi. Il a mis le feu à son matelas et est mort suite à l’inhalation des fumées, aux alentours de minuit à l’hôpital. Dans les quartiers disciplinaires des prisons, les personnes détenues n’ont droit à aucune activité, ni affaires personnelles. Elles sont placées dans des cellules de 5 à 6 m2, avec pour seul équipement, des WC non cloisonnés, une tablette et un lit scellé au sol, et ne peuvent en sortir qu’une heure par jour pour se rendre dans une petite cour de promenade surplombée de grillage. Selon l’OIP, les suicides sont sept fois plus nombreux en quartier disciplinaire qu’en détention normale.

#1213 vu sur www.francebleu.fr

France : le 20 ou 21 juillet, le port du masque sera obligatoire dans tous les établissements clos recevant du public, mais pas sur les lieux de travail qui fixent leurs propres règles sur la question

France. Le décret rendant obligatoire le port du masque dans tous les établissements clos recevant du public entrera en vigueur la semaine prochaine, lundi 20 ou mardi 21 juillet. Il ne sera par contre pas obligatoire sur les lieux de travail, qui fixent leurs propres règles là-dessus. S’agissant des mesures répressives pour encadrer cette obligation, c’est le ministère de l’intérieur qui doit s’en charger, en discussion avec les préfets, dont certains ont déjà mis en place de tels dispositifs. Si les moyens de contrôle ne sont pas encore précisés, le montant de l’amende en cas de non-respect devrait être identique à celui prévu pour les transports, c’est-à-dire 135 euros.

#1212 vu sur www.lemonde.fr

France, Vosges : trente cas de Covid-19 ont été détectés dans une maison d’accueil spécialisée accueillant des patients ayant des troubles psychiatriques, ils sont tous maintenus en quarantaine sur place

France, Vosges. Trente cas de Covid-19 ont été détectés la semaine dernière dans la maison d’accueil spécialisée (MAS) de Mattaincourt, dans les Vosges, qui accueille des patients qui ayant des troubles psychiatriques. Des premiers signes de Covid-19 sont apparus en début de semaine. Les 40 résidents ont fait des tests PCR mercredi et jeudi. 22 d’entre eux sont contaminés par le coronavirus. Tous les résidents sont enfermés dans leur chambre, y compris les personnes contaminées qui sont maintenues dans l’établissement. Au début de la pandémie, on se rappelle que les circulaires du Ministère de la Santé et de la Solidarité précisaient justement que les cas de Covid-19 dans des structures psychiatriques type maisons d’accueil devaient le plus possible y être maintenus (et donc non transférés à l’hôpital).
Pourtant, une partie du personnel de cette maison d’accueil, qui a aussi été contaminée (8 personnes) est par conséquent absente de l’établissement sans qu’il y ait eu de remplacement immédiat.

#1235 vu sur www.francebleu.fr

France, Mattaincourt : 30 cas de Covid-19 ont été détectés dans la maison d’accueil spécialisée (MAS) qui accueille des patients qui ont des troubles psychiatriques, la quarantaine se déroule dans l’établissement

France, Mattaincourt (Vosges). Trente cas de Covid-19 ont été détectés la semaine dernière dans la maison d’accueil spécialisée (MAS) de Mattaincourt,, qui accueille des patients qui ont des troubles psychiatriques. Des premiers signes de Covid-19 sont apparus en début de semaine. Les 40 résidents ont fait des tests PCR mercredi et jeudi. 22 d’entre eux sont contaminés par le coronavirus. Tous les résidents sont enfermés dans leur chambre, y compris les personnes contaminées qui sont maintenues dans l’établissement. Au début de la pandémie, on se rappelle que les circulaires du Ministère de la Santé et de la Solidarité précisaient justement que les cas de Covid-19 dans des structures psychiatriques type maisons d’accueil devaient le plus possible y être maintenus (et donc non transférés à l’hôpital). Pourtant, une partie du personnel de cette maison d’accueil, qui a aussi été contaminée (8 personnes) est par conséquent absente de l’établissement sans qu’il y ait eu de remplacement immédiat.

#1237 Source .francebleu.fr